• Un clip pour la merveilleuse nouvelle chanson de James Vincent McMorrow

    James-Vincent-McMorrow-Cavalier.jpgVoici quelques semaines, nous vous avions fait découvrir "Cavalier", la première chanson tirée du deuxième album de  l'auteur-compositeur irlandais James Vincent McMorrow. Une petite merveille tout en douceur, lenteur et romantisme qui fait un peu penser au récent lauréat du Mercury Prize, James Blake. Une chanson qui donne clairement envie d'en entendre plus (l'album, Post-Tropical, est prévu pour début janvier). Elle possède depuis ce jeudi son clip, ce dernier étant par moments un peu chaud...


  • James Blake remporte le Mercury Prize

    Mercury Prize.jpgLe Mercury Prize, c'est le prix donné chaque année en Angleterre au meilleur album indépendant. 

    En 2013, c'est James Blake qui l'a emporté ce mercredi soir avec son deuxième album Overgrown. Il a devancé notamment Foals, David Bowie, Discolsure, Arctic Monkeys, Laura Mvula, Jake Bugg, ...James Blake.jpg

    Overgrown est un disque qui est un subtil équilibre  entre  électro calme et la voix de crooner du Londonien. Le tout dans une œuvre qui fait l'éloge de la lenteur, de la douceur. Vous ne voyez pas à quoi cela peut ressembler? Alors écoutez ci dessous...



  • Ce dimanche n'était pas un "Perfect Day", RIP Lou Reed

    images.jpeg"It's not a perfect day", voilà un statut que beaucoup abordaient ce dimanche sur les réseaux sociaux. Car ce dimanche fut triste pour tous les fans de musique à travers le monde puisqu'on a appris (via le site du magazine Rolling Stone) la mort de Lou Reed. L'ancien leader du Velvet Underground, auteur également en solo de quelques-unes des plus belles chansons jamais écrites comme "Perfect Day" ou "Walk On The Wild Side", nous a quittés à l'âge de 71 ans. La cause du décès n’est pour l’instant pas confirmée mais le magazine américain rappelle que le chanteur et immense musicien avait subi une greffe du foie avant l’été. 

    Pour se rendre compte de l'influence du plus New Yorkais des rockeurs sur le monde de la musique, il suffit d'aller jeter un oeil sur facebook et de compter le nombre de groupes ou artistes majeurs lui ayant rendu hommage ce dimanche. 

  • Miles Kane, Liverpool aux oeufs d'or

    Encore illustre inconnu quand il jouait il y a quelques années dans The Rascals, Miles Kane est devenu un des artistes les plus respectés de la scène rock british. Quand vous avez grandi et titillé vos premières cordes à Liverpool, ça aide. Que ce soit en solo, lors de ses collaborations avec ses potes d'Arctic Monkeys ou avec The Last Shadow Puppets, tout ce qu'il touche se transforme en or. Qu'il soit originaire de Liverpool, il ne peut pas le cacher avec sa coupe de cheveux anachronique à la Beatles et ses fringues que personne n'oserait porter ailleurs que sur les docks de la Mersey. Samedi soir, à l'AB, il avait opté pour un sémillant pantalon à damier parfumé à la naphtaline que Garry Glitter n'aurait pas renié, s'il avait encore pu rentrer son popotin dedans. Miles.jpeg

    Pourtant, sans remettre le talent du garçon en question, il y a quand même un p'tit quelque chose qui nous dérange chez Miles Kane. Autant son premier album avait été une bombe, autant on le sens désormais glisser tendancieusement vers la facilité. Ses morceaux sont excellents et donnent envie de se déhancher dès la première note, veste en cuir sur les épaules. Mais, et même si ça fonctionne à tous les coups, il y a un peu trop de "lalala" à notre goût. Comme s'il ne pouvait s'empêcher de terminer un tube sans voir toute la salle reprendre en choeur la mélodie pendant plusieurs minutes. Malheureusement, on ne retrouve pas cette inventivité qu'il avait lors du projet The Last Shadow Puppets lancé avec Alex Turner. Disons que ça manque un peu de nuances, comme on peut en retrouver chez Arctic Monkeys. Peut-être devrait-il, lui-aussi, partir un moment en stage chez Josh Homme.

    Finalement, c'est sur des morceaux plus enlevés comme "Give Up" et "Inhaler" qu'il parvient le plus à nous enthousiasmer et pas sur ses singles radiophoniques. Et paradoxalement pour un gars qui a passé toute sa vie dans l'ombre inquiétante des deux Liver Birds, c'est en reprenant les Rolling Stones ("Sympathy for the Devil") qu'il est arrivé à nous mettre ko samedi...

    < Christophe Van Impe

  • Nouveau clip pour BRNS

    558439_580917298629569_718694190_n.jpgLe premier (et très attendu) album des Bruxellois de BRNS est en cours de réalisation et est prévu (d'après la firme de disque du groupe) pour le printemps 2014. 

    En attendant, BRNS continue à mettre en avant son EP, Wounded, en sortant la vidéo (entièrement dessinée) du morceau "Our Lights". 


  • Le nouveau Arcade Fire en streaming intégral

    20130910061006!ArcadeFireReflektor.jpgReflektor, le quatrième album d'Arcade Fire, sortira officiellement ce lundi. Officieusement, vous pourrez déjà le trouver chez certains disquaires dès ce vendredi.

    Et si vous ne voulez pas attendre une seconde avant de l'écouter, les Canadiens ont balancé le streaming intégral ce jeudi soir. A voir ci dessous!


  • Fauve, entre pénombre et blizzard

    Certains groupes sont tellement talentueux qu'il n'ont pas besoin d'artifices pour briller. Car il était dit que cette date bruxelloise de Fauve, jeudi soir au Bota, serait casse-gueule. Déjà, elle avait dû être avancée de deux jours à cause d'un... mariage auquel deux des membres sont conviés samedi et ne peuvent déroger. Alors quand le projecteur vous lâche sans prévenir en plein milieu du premier morceau, c'est forcément le coup d'assommoir. Surtout quand on sait à quel point les images vidéos font partie intégrante du projet des Parisiens. Mais aussi qu'il s'agit du... seul éclairage utilisé par le groupe. Jusqu'au rappel, moment où la lueur revint comme par enchantement au beau milieu de "Blizzard", Fauve a joué tout son concert dans le noir presque le plus complet. Avec juste quelques spots d'appoint rougissant à peine leurs silhouettes. Ce qui n'aurait normalement pas dû trop les déranger, puisqu'ils cultivent un goût pour l'anonymat assez prononcé. Et pourtant, on les a sentis dans un premier temps stressés et déstabilisés par ce contexte bien particulier. Certains auraient crié au scandale, d'autant que les guitares faisaient également quelques caprices en début de set. Mais pas là. Au contraire, à partir du moment où ils ont compris que le public jouait le jeu, ça a donné une prestation encore plus prenante et sulfureuse.Fauve.jpg

    Car Fauve, c'est ce qu'il y a de plus novateur qu'il nous ait été donné d'écouter depuis très longtemps sur la scène française. Un peu le même électrochoc que nous avions eu en découvrant les Anglais de Wu Lyf, dont l'approche idéologique et artistique n'est pas fort éloignée. Arpentant la scène de long en large, le "chanteur" scande sa frustration de la routine et de la vie quotidienne. Il ne chante pas, il déverse toute sa rage et ses rancoeurs. Les textes sont autant de plaies ouvertes sur les rapports humains, l'amour, la sexualité. Les paroles sont crues et directes, comme autant d'uppercuts, mais toujours intelligentes. "Et même si tu vois que je n'suis pas quelqu'un pour toi, si le soir quand ça va pas, que t'es triste, qui y a quoi qu'ce soit, fais moi signe. Je bouge pas, j'te promets, je serai là", se résignent-ils sur "Rub a Dub". Mais tout n'est heureusement pas que désillusions chez Fauve. Au milieu du blizzard et du tourbillonnement des mots, il y a tout de même une petite place pour l'espoir. "Allez, faisons l'amour la fenêtre ouverte. Et on va la vivre notre putain de belle histoire..."

    < Christophe Van Impe

  • Soldout (ce vendredi à l'Eden de Charleroi): "Ce nouvel album nous ressemble très fort"

    A guichets fermés ou pas, l'Eden sera assurément "Soldout" ce vendredi 25 octobre. Dès 20 heures, la salle carolo offrira sa grande scène au duo bruxellois le plus sexy et le plus exaltant de la scène électro belge. David et Charlotte présenteront leur dernier album "More", qui est sorti dans les bacs le 25 février dernier. Un opus où l'obscurité et la douceur ne font qu'un, où la bestialité et la vulnérabilité n'ont jamais été aussi intimement liées.

    "Notre but a vraiment été d'explorer d'autres univers, de nous distancer des albums précédents", analyse Charlotte, la voix de Soldout. "Avec "More", nous sommes partis vers quelque chose de plus pop, de plus mélancolique aussi. Nous avons ressenti le besoin de travailler les mélodies. Oui, il y a une vraie rupture par rapport au précédent album qui était très énergique, électronique, voire rugueux. Il a été pensé pour la scène. "More" a, pour sa part, été conçu pour l'écoute. Attention, nous avons gardé notre identité de base, mais en présentant une autre facette de Soldout."

    Elle rajoute: "Chaque fois que l'on bosse sur un album, on se bat pour concilier nos deuSoldout.jpgx univers. Pour marier l'univers électro et expérimental de David et le mien beaucoup plus pop. Pour moi, c'est la première fois qu'on y arrive aussi bien. Ce nouvel album nous ressemble très fort."

    "More" se distingue aussi par sa grande profondeur narratrice. Chaque morceau raconte une histoire. Un peu à l'image d'un film. Une référence cinématographique qui n'est pas le fruit du hasard. Que du contraire... Si Soldout a accouché de l'album "More", le groupe a également donné naissance à la bande-son d'un long-métrage belgo-suisse, "Puppy Love" de Delphine Lehericey qui était par ailleurs aux manettes de leur clip "Off Glory".

    "L'album et le film se sont mutuellement influencés", pointe Charlotte. "Le film sort au printemps. On va jouer nos morceaux lors de certaines projections. A Charleroi, ce vendredi, on va d'ailleurs intégrer dans notre set une ou deux chansons de la BO du film. Ce sera la première fois en live!"

    < Emilie Vleminckx

     

     

     

  • Arcade Fire dévoile le morceau Afterlife

    Arcade-Fire-Reflektor-608x6081.jpegAlors que Reflektor, le nouvel (et quatrième) album d'Arcade Fire, sortira officiellement chez nous lundi prochain, les Canadiens ont dévoilé ce lundi soir un nouveau morceau de celui-ci. Il s'agit de la chanson "Afterlife". A entendre et voir ci dessous.


  • Un nouveau titre pour Jack Bugg, des vidéos pour Atoms For Peace et Yeasayer

    2544c76c776fa1335372f4105dbe8145.jpgAlors que son deuxième album Shangri La sortira le 18 novembre prochain, Jake Bugg vient de dévoiler le second single de celui-ci. Après "What Doesn’t Kill You", publié en septembre, voici « Slumville Sunrise ».


    atoms of peace,yeasayer,jack bugg,shangri la,before your very eyes,glass of the microscope,flagrant world,slumville sunriseOn notera aussi que le groupe indie américain Yeasayer a mis en ligne son nouveau clip. Il s'agit de la vidéo du morceau « Glass of the Microscope », extrait de leur dernier album Fragrant World.


    Atoms-For-Peace-Amok-cover.jpegEnfin, on a eu des nouvelles d'Atoms For Peace, le supergroupe de Thom Yorke, Nigel Goldrich, Flea, ... Ce dernier a mis en ligne le clip de son titre "Before Your Very Eyes", extrait de l’album Amok sorti en février.