• Morcheeba, Chance The Rapper, ... se rajoutent à Couleur Café

    Couleur-Cafe-2014-bands.jpg.png7 nouveaux artistes s’ajoutent au line-up de Couleur Café: le  reggae Protoje & The Indiggnation, Chinese Man, la star montante du rap Chance The Rapper, les pionniers du trip hop Morcheeba mais aussi le brass band funky Soul Rebels, la talentueuse chanteuse soul & hip-hop Akua Naru et enfin les hip-hoppers électro de Skip & Die.

    Vendredi 27 Juin

        Basement Jaxx
        Dilated Peoples
        Morcheeba
        Skip & Die

    Samedi 28 Juin

        Akua Naru
        Chinese Man
        Laura Mvula
        Chance The Rapper

    Dimanche 29 Juin

        Alpha Blondy
        John Butler Trio
        Jurassic 5
        Protoje & The Indiggnation
        Suarez
        The Soul Rebels
        Youssoupha

  • Massive Attack à l'Abbaye de Neumunster le 2 juillet

    Massive Attack.jpgMassive Attack passera pas mal de temps dans nos contrées cet été. Après les annonces de leur passage à Bruges (pour le Cactus Festival) et aux Ardentes, on a appris ce vendredi que le groupe de Bristol sera à Luxembourg le 2 juillet. Et pas n'importe où puisqu'ils joueront en plein air dans le magnifique cadre de l'Abbaye de Neumunster.

  • Des nouveaux noms (dont MIA, Naughty Boy, Cats on Trees, ...) aux Ardentes

    Ardentes.jpgQuelques heures après avoir balancé le nom de Stromae, les Ardentes viennent d'annoncer quelques nouveaux artistes pour son édition 2014. On retrouve notamment M.I.A. (12 juillet), Naughty Boy (le 10), Melanie de Biasio (le 12), Cats On Trees (le 10), Benjamin Clémentine (le 13), Todd Terje Live (le 12),  Agoria (le 11),  Panda Bear (le 11), Valerie June (le 10), Zeds Dead (le 12), Nathan Fake (le 11), Danton Eeprom (le 11) et Coely (le 11). Du beau monde assurément.

  • Stromae, Girls in Hawaii, MLCD, Cats on Trees ou les BB Brunes aux Francofolies de Spa

    FRANCOFOLIES-2014-logo-Q-White.pngDans la foulée des Ardentes, les Francos annoncent aussi la venue de Stromae. Il sera là le 16 juillet pour l'ouverture du festival sur la Place de l'Hôtel de ville. MLCD et les Casseurs Flowters seront, eux, là le lendemain tandis que Girls in Hawaii et Sold out seront à Spa le 18 juillet. 

    Le 19, on aura droit aux BB Brunes, Vismets ou à Miss Kittin et Noa Moon. Enfin, Cats on Trees et Disiz seront présentes le 20 juillet. 

  • Stromae sera aux Ardentes !

    1978613_10151956858382747_1598808966_n.pngLe festival des Ardentes a annoncé ce vendredi une grosse tête d'affiche pour son samedi soir. Stromae prendra, en effet, d'assaut la scène liégeoise le 12 juillet prochain. 

  • Vegas: "Evoluer, c'est prendre des risques"

    Vegas3.jpg

    Vegas n'aura sans doute jamais aussi bien porté son nom. Trois ans après "An Hour With", le plus dansant des groupes rocks belges fait scintiller son nom et est de retour avec un album plus lumineux et plus entrainant. Produit par Leo Grandet et Charles De Schutter, qui ont notamment collaboré avec Vismets et M, "Everything You Know is Wrong" marque un tournant dans la carrière de Vegas. Nous les avons rencontrés quelques minutes seulement avant de monter sur les planches de la Rotonde pour un concert bondissant et jouissif. Avec plus de subtilités que par le passé, les blousons noirs sont de retour sur le dancefloor...

    En quoi cet album est-il fort différent des deux précédents?

    Seb (guitare): "Il l'est déjà par sa pochette. Généralement, on bosse toujours avec des couleurs sombres et ici c'est plus lumineux. Quand tu débarques avec une pochette sombre, ça donne directement une connotation plus dark à ta musique. Ce qui aurait donné une mauvaise idée de ce qu'on fait. L'autre différence primordiale, c'est qu'on a bossé les chants à fond. Avant on commençait par les instrus et puis on mettait le chant. Ici, on pose la chanson en fonction du chant. Cela donne un truc plus homogène. Les séquences ont trouvé leur place car tu les utilises comme un instrument au lieu d'un tapis permanent. Et au niveau du mixage, on a fait un mix pop où on a mis la voix d'Alky en avant. Comme les grands..."

    Alky (chant): "Une pochette peut influencer dès le départ. Dans cet album, nos textes sont plus sombres qu'avant. Mais la musique fait ressortir le côté plus dancy. C'est surtout ça qui change. On a voulu aller vers des choses plus positives et ne pas tomber à nouveau dans un truc noir."

    Seb: "On a voulu faire un album rock, mais qui fait danser les gens."

    N'avez-vous pas l'impression d'avoir pris un gros risque?

    Alky: "On se le dit encore maintenant. On en parle souvent. Mais si tu ne fais plus la musique qui te plait, alors il ne faut plus en faire. En tout cas, moi ça me rendrait malheureux."Vegas1.jpg

    Le titre de l'album veut également faire passer un message?

    Seb: "Tout le monde avait peut-être un a priori, une première idée. Là, on fait un peu page blanche et c'est reparti. Maintenant, on ne rejette pas ce qu'on a fait. Nos deux premiers albums sont un héritage. C'est un prolongement, une continuité. On a enfin réussi à poser ce qu'on avait en tête depuis le début. Il a fallu le temps qu'on apprenne. Maintenant, on arrive vraiment à sortir un son personnel et original. On évolue sans perdre notre identité. Récemment, on me demandait ce que ce sera dans dix ans. En fait, tant que ça monte, on bosse."

    Alky: "Le jour où tu stagnes, vaut mieux arrêter."

    Qu'avez-vous écouté récemment et qui vous ait donné envie d'évoluer vers ce nouveau son?

    Alky: "Des trucs comme Swedish House Mafia. Des trucs modernes, mais il faut qu'il y ait du chant et de la mélodie. C'est ça qu'on veut mettre en avant depuis dix ans. Et je pense que sur cet album-ci, on est vraiment arrivé à ce qu'on voulait faire. Avant, on se cherchait. Là, c'est vraiment homogène. On savait où on voulait aller, et c'est ce qu'on a fait de A à Z. C'est ce qu'on avait en tête qui se retrouve sur le CD."

    Seb: "Au niveau guitares, on a écouté des trucs un peu plus modernes genre Kings of Leon ou Biffy Clyro."

    Cet album est-il le plus abouti de votre discographie?

    Seb: "C'est ce qu'on se dit à chaque fois. Ici, on a pondu 30 titres et il y en a 13 sur l'album. Certains sont restés sur dix mesures, d'autres ont été répétés et abandonnés."

    Les morceaux laissés de côté, pourrait les retrouver sur un album ultérieur?

    Seb: "Non. Si on ne ne l'a pas mis aujourd'hui, le morceau ne sera pas meilleur dans deux ans."

    Combien de temps avez-vois bossé sur cet album?

    Alky: "Une petite année."

    Seb: "Un an en off et puis trois mois à partir du moment où tu entres en studio. En amont de l'enregistrement, tu peux compter une centaine d'heure par chansons. On a un studio chez Alky. On enregistre les guitares etc et après, on retourne en studio pour faire les réglages définitifs. Il y a un putain de boulot au niveau de la compo."Vegas2.jpg

    Quel est le morceau qui représente le plus le nouveau son de Vegas?

    Alky: "Raise me up"

    Seb: "Il ouvre l'album. Il donne le ton. Tu sens directement que ce sera énergique, que ce sera rock et dansant."

    A quoi doit-on s'attendre en live?

    Alky: "Ce sera plus dur que sur l'album car on aime envoyer du gros son. Ce sera plus énergique et moins posé."

    Seb: "Quelques morceaux des albums précédents ont été mêlés à la setlist. On présente une heure qui tient la route de A à Z. Tout est réfléchi et enchaîné. Les morceaux joués, ce sont les plus puissants. C'est hyper homogène."

    Il n'y a donc aucune place à l'improvisation?

    Alky: "Pour le moment, non. Mais peut-être plus tard, car on vient d'avoir un nouveau membre dans le groupe. Il gère les séquences et le sampler. Grâce à ça, on pourra peut-être évoluer. Ce ne sera pas de l'impro car on n'aime pas travailler dans le brouillard, mais ce sera plus libre en live."

    Seb: "On aime bien balancer des intros avant les concerts. Avant, c'était une séquence. On arrivait et on jouait dessus. Ici, c'est notre cinquième membre, qui la crée. On n'a jamais deux fois la même intro. Il met des effets. Il y a donc quand même un côté plus aléatoire dans le traitement de nos sons, un côté live. Puis on a aussi la possibilité, si c'est la folie pendant un pont et que les gens commencent à danser, de bouger. La formule est prête à la flexibilité, plutôt qu'à l'improvisation."

    Comment a-t-il rejoint le groupe?

    Alky: "Dim nous a découvert il y a trois ans, lors d'un acoustique à "50° Nord". On jouait tous les soirs un titre. Il est venu nous voir deux ou trois fois, je me suis lié d'amitié avec lui et il est désormais dans le groupe. On avait besoin de quelqu'un. On avait beau chercher, on ne trouvait pas."

    Seb: "Il n'y a pas eu de phase d'adaptation, ça a collé direct. Désormais, les séquences sont vivantes. Le son électronique, qui est censé être figé, ne l'est plus."

    Êtes-vous anxieux par rapport à l'accueil de l'album?

    Alky: "On est plus anxieux pour l'accueil du live. Sur scène, on a une pression."

    Seb: "T'as beau avoir répété 200 fois, c'est différent."

    Alky: "Ce n'est pas comme si tu jouais pour trois potes..."Vegas4.jpg

    Peut-on dire que Vegas, c'est la somme de toutes vos influences?

    Alky: "Non car elles totalement différentes. Vegas, c'est un assemblement de nos quatre personnalités. Mais je ne pense pas que nos influences aient joué, sinon on aurait sorti un album new-wave. Moi, j'écoute IAMX, du hip-hop américain, beaucoup de house."

    Seb: "Alors que moi c'est plus du rock classique, de la new wave. La phase punk et post-punk, ça c'était vraiment ma came. Après, ça dévie avec des groupes comme Nine Inch Nails, Tool. J'ai flashé sur Biffy Clyro aussi. A 15 ans, j'écoutais les Guns, Led Zep,..."

    < Un entretien de Christophe Van Impe

  • Le nouveau morceau de Pharrel Williams avec les Daft Punk

    26653_pharrell-williams-girl-620x400.jpgComme nous vous l'avons annoncé voici quelques jours, le nouvel album de Pharrel Williams arrive le 5 mars. Il est d'ailleurs déjà en écoute en streaming sur iTunes.

    On retrouvera sur l’album Miley Cyrus, Justin Timberlake, Alicia Keys, Hans Zimmer et Daft Punk. Le morceau "Gust Of Wind" où on retrouve d'ailleurs les Daft Punk est désormais aussi dispo sur le net. Et ci-dessous!

  • Black Rebel Motorcycle Club a retrouvé le feu sacré

    Il y avait une agréable ambiance de sauvagerie à l'Orangerie vendredi soir. Blouson de cuir, cheveux gominés et poupée vaudou pour l'accompagner, Nuuti Kataja donnait déjà le ton en première partie. New-Yorkais d'origine finlandaise, le leader de Dead Combo suinte le rock n' roll. "Je me souviens d'avoir vu Chuck Berry à l'Olympia, le gars n'avait joué que cinquante minutes, quel scandale", nous lançait-il d'ailleurs, visiblement exigeant avec ses aînés, en goûtant au houblon bien de chez nous accoudé au bar du Bota. Il reviendra d'ailleurs par la suite sur scène pour accompagner la tête d'affiche de la soirée.BRMC1.jpg

    Black Rebel Motorcycle Club nous devait une revanche. Depuis 2001, et un premier passage en Belgique sous le chapiteau de Rock Werchter, le groupe de San Francisco n'avait jamais vraiment déçu. Enfin presque. A l'exception de ce dernier concert à l'Ancienne Belgique, il y a moins d'un an, où Peter Hayes et Robert Turner avaient donné l'impression d'en garder sous la pédale lors de la tournée du très moyen "Specter at the feast". Deux ans auparavant, ils avaient pourtant mis le Botanique à genoux lors des Nuits. Quelques mois auparavant, on se souvient que Robert avait perdu tragiquement son père (ancien chanteur de The Call) en Belgique, décédé d'une crise cardiaque dans les backstages du Pukkelpop.

    Mais vendredi, dans une Orangerie bondée qui sentait bon le sable incandescent des déserts californiens, BRMC avait retrouvé le feu sacré. On aura apprécié le début d'anthologie, jusqu'à "Ain't no easy way", issu de l'excellent "Howl". Et le final avec "Spread your love", suivi d'un passage acoustique, pour enfin terminer pied au plancher avec l'incontournable "Whatever happened to my rock n' roll". Entre les deux, malheureusement un petit coup de mou. Ce qui nous fait dire que le concert de deux heures aurait sans doute pu être raboté d'une petite demi-heure. Pas encore de trace par contre de morceaux de l'album appelé à sortir en mars. Mais on a vu sourire Robert Turner, et ça c'est un événement. Encore un peu et il communiquait avec le public...BRMC2.jpg

    < Christophe Van Impe

     

  • Eels sera à Werchter le vendredi 4 juillet

    Werchter.jpgPris de court par le chanteur Mark Oliver Everett qui l'a annoncé sur les réseaux sociaux ce week-end, le festival de Werchter vient de confirmer qu'Eels sera également à l'affiche de son édition 2014.

    Il sera présent le vendredi 4 juillet. Il viendra présenter le nouvel album The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett.

  • Le retour d'Intergalactic Lovers acclamé à l'Ancienne Belgique

    Intergalactic Lovers présentait samedi soir son deuxième album "Little Heavy Burdens", sorti la semaine passée, dans une AB Box complète depuis longtemps. Et comme il s'agissait d'un concert "de présentation", Sudpop y est allé sans connaître aucune de ces nouvelles chansons.

    Ou plutôt si, une, le single "Islands", omniprésent sur les radios du Nord du pays. Un bonbon qui donne envie d'appuyer à nouveau sur "Play" dès qu'il a fondu en bouche. A première vue, "Little Heavy Burdens" ressemble d'ailleurs à un grand sachet rempli de chansons plus délicieuses les unes que les autres.

    inter.jpg

    Après une première partie assurée par le sympathique Ian Clement (jamais facile d'être seul avec une guitare face à un public qui ne vient pas nécessairement pour vous), Intergalactic Lovers débarque avec "Lost Message" et "Northern Rd", issus de la nouvelle plaque.

    La recette utilisée sur "Greetings & Salutations" est toujours bien présente, mais avec encore plus de liant et de caractère. Le groupe est en place et nous offre un joli mur de guitares et de rythmiques lancinantes sur lesquels vient se déposer la voix enchanteresse de Lara Chedraoui. Entre les plus réservés Maarten et Philipp-les-guitaristes à la droite de la scène, Raf-le-bassiste et Brendan-le-batteur à gauche; Lara (en chômage technique niveau guitare après un accident à la main) illumine tout simplement l'Ancienne Belgique.

    On est tellement emballé qu'on se surprend à penser "C'est du bon "Shewolf", mais on veut le nouvel album!". Avec des chansons comme "No Regrets", "War" et "Obstinate Heart", on est directement sous le charme. Evidemment, les anciens morceaux, bien répartis pendant le concert, sont également accueillis à leur juste valeur. Comme ce décidément parfait "Delay" ou le deuxième rappel "Drive", terriblement sensuel pour terminer le set. Le quatuor (avec donc le guitariste allemand Philipp Weies en extra) a définitivement passé un nouveau palier et épate avec des mélodies superbement construites. Et cette voix évidemment...


    Finalement, en ce jour d'anniversaire de Robert Baden-Powell (né le 22 février 1857), quoi de plus symbolique que de voir triompher sur scène un groupe dont les membres se sont rencontrés il y a de nombreuses années... aux scouts à Alost. Les sourires étaient également de mise après le concert avec une séance d'autographes qui a duré de très longues minutes.

    Voilà, on a donc découvert le deuxième album d'Intergalactic Lovers sur scène. Et on a directement acheté le CD, qui tournera en boucle ces prochains jours. Parole de scout ou pas.

    > Philippe Sadre