Nuits du Bota (J6): Belgique, terre de délicatesse, de rock n' roll et de surréalisme

Pour nous, la Nuit belge elle a commencé au Cirque Royal. Manon Ache, délicat électron libre de la scène bruxelloise, ouvrait pour Vincent Delerm. Un événement de taille pour elle, qui n'avait jamais fait que l'Orangerie en première partie de Rose, et d'autres salles liliputiennes. Seule au milieu de cette grande scène, Nuitbelge1.jpegelle a assuré comme une grande, prouvant que son album n'est qu'un tout petit chapitre de son répertoire. Une voix à la Barbara, un style à la William Sheller au féminin,... il n'en fallait pas plus pour conquérir le public de Vincent Delerm. Et c'est toute émue et sous de chaleureux applaudissements qu'elle pouvait quitter ce Cirque, dont elle avait déjà foulé les planches... lorsqu'elle avait 11 ans pour y faire des claquettes. Ce vendredi à midi, elle se produira danNuitbelge2.jpgs les jardins de la Maison des Arts à Schaerbeek. Nous ne pouvons par contre pas vraiment juger de la prestation de Vincent Delerm puisque, après trois morceaux et autant de blagues, nous avons filé vers le site du Bota.

Nous y voilà juste à temps pour le début du concert des Vismets. Les Bruxellois avaient déjà joué sous le Chapiteau l'an dernier. Cette fois, ils remplaçaient Baloji, qui a déclaré forfait il y a quelques semaines pour on ne sait quelle raison. A la sortie de leur premier album, nous les avions accompagnés dans un triptyque bruxellois, sous la neige, entre le Bar du Matin, le Belga et le Marquee. Quatre ans plus tard, et accompagnés de David Picard (Applause) aux claviers et de Geoffrey Hautvas (Electric Château et Antoine Chance) à la basse, ils ont plutôt trèNuitbelge3.jpgs bien vieilli. L'énergie juvénile est toujours bien présente, notamment sur le dévastateur "Wasted Party" joué en fin de set. Mais elle s'est désormais adjointe d'une maturité assez impressionnante. L'album "Abracadabra", qui sort ce vendredi, en est la plus belle preuve. Plus adulte, plus psyché, il constitue une des excellentes surprises de ce printemps. Et l'entêtant "Dreamers" n'en est qu'un petit échantillon. Les Vismets seront également sur scène à l'Alhambra de Mons le 28 mai et aux Francos.

Retour au calme ensuite dans le Grand Salon avec la création proposée par Carl et les Hommes-Boîtes, des amis du Bota. Découvert l'an dernCarl.jpgier aux Nuits et ensuite en première partie de Fauve à l'Orangerie, l'intriguant projet de Carl Roosens propose un univers aussi inquiétant que fascinant. "Perdue dans mon ventre", interprété devant un parterre médusé, est appelé à devenir un classique à la manière de "Autour du Lac".

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.