BSF (J1): Great Mountain Fire est bien le groupe belge de 2015

Attention, il ne faut plus dire "Brussels Summer Festival", mais simplement BSF. Et c'est parti pour dix jours! Vendredi, les organisateurs ont eu de la chance avec le temps car l'orage s'est arrêté quelques heures seulement avant le début des festivités. Et ce sont les Gantois de Douglas Firs, qui ont eu _C0X6401_1024.jpgl'honneur d'ouvrir le bal au Mont des Arts. Devant une assistance encore clairsemée vu l'heure, ceux-ci ont séduit grâce à leur son très "americana" Même si on avait un peu de peine pour Gertjan Van Hellemont, le chanteur, quand il tentait en vain, et en français, d'inciter le public à reprendre le refrain de ses mélodies. Les morceaux sont pourtant bien foutus, rappelant par moments Lou Reed, Arctic Monkeys ou Balthazar. Pas étonnant, vu que Simon Casier (Balthazar) fait partie du groupe, au même titre que Christophe Claeys (Amatorski et Magnus).

Nous avons ensuite fait un saut jusqu'à la salle de la Madeleine pour le début du set de Bony King, accompagné d'un certain... Gertjan Van Hellemont, qui venait de piquer un sprint depuis le Mont des Arts. La Madeleine, un endroit dont nous vous reparlerons souvent durent ce festival puisqu'il remplace désormais pour de bon le Magic Mirrors, avec une capacité d'accueil supérieure, ce qui évitera certains désagréments connus les années précédentes. Et que c'est là qu'il y aura tous les soirs les afters.

Nous n'y sommes cependant cette fois pas restés très longtemps, car il était évidemment hors de question de rater Great Mountain Fire qui, avec "Sundogs", a sans doute sorti le meilleur album belge de 2015 (en concurrence avec le superbe "Mont Royal" de Roscoe). Même si on les a vus un peu partout cet été, et encore récemment à Ronquières, GMF a encore une fois été à _C0X6517_1024.jpgla hauteur. Leur set est de mieux en mieux en place, et les mélodies des nouveaux morceaux nous deviennent déjà familières. Ceux-ci sont d'ailleurs tellement bons qu'ils nous feraient presque oublier que "Cinderella", joué en début de concert, était un tube il y a quelques années. La température n'a cessé de grimper durant le set jusqu'au final, agrémenté de la présence de l'ancien batteur de School is Cool aux percussions et des potes de Robbing Millions. Le premier coup de chaud du festival!

Le Mont des Arts était ensuite noir de monde pour l'arrivée de Charlie Winston. Avec lui non plus, on n'est plus vraiment dans la surprise puisqu'il a écumé les festivals ces dernières semaines. Pour ne pas _C3A8322_1024.jpgl'avoir encore vu, il fallait franchement le faire! Heureusement, pour l'avant-dernier passage de la tournée en Belgique, il a eu le bon goût de ne pas proposer la même setlist qu'il y a deux semaines à Ronquières. Dans le Hainaut déjà, il était parvenu à mettre tout le monde dans sa poche grâce à un show généreux et bien ficelé. Sous son éternel chapeau, le Britannique a enchaîné ses tubes, et il n'en manque pas. C'est "Lately", son dernier single, qui a allumé la mèche d!s le deuxième morceau. Place ensuite à "In Your Hands", "Like a Hobo", "Hello Alone", "Truth",... Déchaîné, il _C3A7995_1024.jpgdescend de scène pour traverser la foule et aller escalader la statue de la Reine Elisabeth située au milieu de la place. Et pour le rappel, il est évidemment rejoint sur scène par Baptiste (Saule) pour "Dusty Men". On s'y attendait, mais ça reste bon. Baptiste qu'on retrouvera d'ailleurs dans quelques jours sur cette même scène avec son projet délirant à tendance punk Gonzo. Ce samedi, c'était au tour d'Elvis Black Stars, Mudflow et Cats on Trees. On reprend notre souffle et on vous raconte ça!

_C0X7076_1024.jpg

> Christophe Van Impe

> Photos de Denoual Coatleven

Les commentaires sont fermés.