Muse à l'AB, on y était et on vous raconte ça

Muse à l'AB, c'est un peu comme si Lionel Messi venait taper le ballon en sandales au stade Machtens ou si Johnny Depp faisait une apparition dans un téléfilm financé par la RTBF. Pour avoir une place, il fallait d'ailleurs se lever tôt. Ou en tout cas avoir du bol au jeu, puisque c'était uniquement sur concours et, de surcroît, pour la bonne cause. Sudpop faisait partie des chanceux, et on a pris notre pied.

L'AB, Muse y avait déjà joué (et à la Rotonde aussi, oui oui!), mais c'était dans une autre vie. A cette époque, le trio anglais faisait partie de ces groupes comme Placebo et Coldplay, auteur d'albums somptueux à leurs débuts, mais qui ont très vite visé beaucoup plus haut, beaucoup trop haut même. Coldplay y est parvenu, au détriment de tout intérêt artistique. Muse2.jpgDepuis qu'il joue dans des stades et qu'il prête même des morceaux aux Enfoirés, le groupe de Chris Martin ne nous intéresse plus. Quant à Placebo, il y a longtemps qu'il a délaissé son rock suintant le glam de David Bowie et de Roxy Music pour des choses totalement indigestes. Et aujourd'hui, bouffi et cerné, Brian Molko ne plaît plus à grand monde.

Muse, c'est différent. Dès le début, on a compris que tous les trois étaient de sacrés musiciens et que ce groupe ne se contenterait pas longtemps de petites salles. Qu'avec ses envolées lyriques parfois pompées à Queen, il allait même vite proposer à U2 de débarrasser le plancher et de prendre au plus vite rendez-vous pour une maison de retraite. Et c'est ce qui est arrivé. Dès lors, voir Muse à l'AB et même si le groupe ne fait pas l'unanimité, loin de là, parmi les puristes, oui c'est un événement.de taille

La soirée avait été présentée comme un "show case". Ils auraient pu ne jouer que cinq morceaux et puis se barrer que tout le monde aurait quand même été satisfait. Certains étaient même revenus de l'étranger pour assister à cette prestation. Loin de là. Les fans auront carrément eu droit à un concert complet d'1h30. Et Muse1.jpgmême à quelques exclusivités puisque, après un discours de JFK, ça débutait par "Defector", encore jamais joué en live jusqu'à ce mercredi soir. Sans tout le tralala, le lightshow et la mise en scène habituelle, Muse a séduit comme aux premiers jours. Balançant cinq morceaux du dernier album, mais surtout un vrai best of avec "Time is runnig out", "Plug in baby", "Starlight" ou encore "Uprising". Pour ensuite finir sur un clin d'oeil à Ennio Morricone. Muse sera de retour au Palais 12 en mars mais, cette fois, avec l'intention d'en mettre plein la vue visuellement.

La setlist: 1. "Defector" (live debut), 2. "Psycho", 3. "Supermassive Black Hole", 4. "Interlude", 5. "Hysteria" (Back In Black riff outro), 6. "The Handler", 7. "Time Is Running Out", 8. "Plug In Baby" (with outro), 9. "Munich Jam", 10. "United States of Eurasia" (tour debut), 11. "Mercy", 12. "Starlight", 13. "Reapers", 14. "Agitated". Rappel: 15. "Uprising" et 16. "Knights of Cydonia" (Ennio Morricone's 'Man With a Harmonica' intro).

> Christophe Van Impe

Commentaires

  • TOUT est dit ! Longue vie à ces génies !!

Les commentaires sont fermés.