At The Drive-In l'emporte sans forcer

Lâché par son guitariste Jim Ward juste avant le début de sa tournée le mois dernier, At the Drive-In passait par l'Ancienne Belgique vendredi soir. Un concert nostalgique centré sur "Relationship of Command", leur 3e album, qui a marqué le début des années 2000 et qui a gardé toute son aura.

at the drive-in,le butcherettes,ancienne belgiqueOn pénètre juste dans la salle quand Le Butcherettes débute son set. Le groupe formé à Guadalajara (Mexico 86, souvenirs également...) est entièrement dédié à la chanteuse et centre d'attraction Terri Gender Bender. Une sorte de PJ Harvey croisée à Karen O reprenant des gimmicks grandiloquents, mais son punk garage est plutôt efficace. A peine l'attention baissait-elle légèrement qu'elle décide de faire un petit tour dans le public en traînant derrière elle une barrière de sécurité tranquillou...

Aaaah, "Relationship Of Command". Un album qui nous a marqué et qu'on a tellement écouté... Alors oui, quand on a vu qu'At The Drive-In venait à Bruxelles, on s'est dit qu'on ne pouvait pas rater ça. Un peu comme si on était en voyage à Barcelone et qu'on va au Camp Nou voir Messi en vrai après tant d'années passées à l'admirer devant sa télé, même si on ne connaît pas tous les noms de ses coéquipiers. "Un peu", on a dit... On avait déjà vu l'équipe satellite The Mars Volta aux Ardentes en 2008, mais ce n'était pas la même chose.

at the drive-in,le butcherettes,ancienne belgiqueLes étincelles d'"Arcarsenal" (tiens, le récent adversaire du Barça en  Champions League...) et de "Pattern Against User" en enfilade semblent être le début idéal. Pourtant, il y a un petit quelque chose qui ne colle pas, niveau du son et de la voix... Et ce premier plongeon du chanteur Cedric Bixler-Zavala ressemble même à une belle simulation.

Progressivement, le concert prend quand même de la consistance et une belle attaque menée par le plus ancien "Lopsided" et l'éternel "Invalid Litter Dept", précédé par quelques mots sur les attaques terroristes (la chanson évoquant quant à elle meurtres et viols de jeunes femmes du côté mexicain de la frontière avec le Texas), font hurler le public: goal juste après le deuxième "Dancing on the corpses' ashes" du milieu, le tout sous des lumières... rouges et bleues.

"Enfilade" justement et ses petits beats maintient le niveau général, mais il faudra quand même attendre Quarantined et Catacombs pour entendre du lourd. Si bien qu'après un nouveau petit laïus sur l'importance de la tolérance et de s'aimer les uns les autres, ils mettent tout à l'attaque pour inscrire un deuxième but sur un "One Armed Scissor" terminé à fond. Le match s'arrête à la 80e minute sur une victoire tranquille, sous l'oeil d'un public qui s'est quand même bien donné... >Philippe Sadre

Les commentaires sont fermés.