Francos 2016: Papy Polnareff fait de la résistance

Il est passé 1h du matin, et la limousine de Michel Polnareff s'engouffre dans les bois sombres entourant Spa, en direction de l'aéroport de Bierset. A 72 ans, loin du los Angeles où il s'est installé il y a bien longtemps, il a encore une fois repris sa vie de rock star. Pourtant, les signes de vieillesse sont inévitablement là. Comme quand il se fait aider d'u prompteur quand il s'installe, à deux reprises, au piano pendant son concert. Mais sans doute qu'il refuse de voir la vérité en face, et que c'est d'ailleurs ce qui le pousse encore à tourner. L'an dernier, il s'était enfermé pendant de très longues semaines aux studios ICP à Ixelles. Pour quel résultat? Un morceau sorti à Noël, plus que dispensable. Le reste est enfermé dans un placard pour le moment. L'album, attendu depuis 1990, finira-t-il par sortir un jour? PersonneMichelPolnareff.jpg n'est en mesure de le dire. Perfectionniste, il attendra que ce soit à son goût. Peut-être éternellement. Mais il persiste à croire qu'il a encore cette magie créatrice qui avait jadis fait de lui le plus passionnant des artistes de la scène française.

De toute façon, on ne va pas voir Polnareff pour découvrir de nouvelles choses. On est d'ailleurs bien content que, mardi soir à Spa, il ait fait l'impasse sur cet "Homme en rouge" qui sent quand même bien la naphtaline. Ses grands classiques, par contre, n'ont pas pris une ride. Même si on aurait aimé avoir "Âme câline" ou "Tous les bateaux, tous les oiseaux" plutôt que "Y a qu'un cheveu", tout y est passé. C'est sur "La poupée qui fait non", morceau sur lequel Jimmy Page jouait à l'origine, qu'il débarque sur scène pour directement enchaîner par "Je suis un homme" et "L'amour avec toi". Il a eu le bon goût de s'entourer de musiciens virtuoses qui, pour la plupart, on la moitié de son âge. Au milieu de "Je t'aime", il rend hommage à Prince en interprétant "Purple Rain", tandis que le logo du Love Symbol s'élève en fond de scène. Après 2 heures de concert, il s'en va sur "On ira tous au paradis" en version karaoké. Ces Francos 2016 ne pouvait mieux débuter...

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.