Solidarités 2016: Mustii, impérial malgré la fatigue

La saison des festivals s'est terminée en beauté avec 43.000 personnes en deux jours sur les remparts de la Citadelle de Namur pour les Solidarités. Non seulement l'initiative, qui se démarque des grands supermarchés du "rock" est plus que louable. Impossible en effet de se rendre à une scène sans jeter un coup d'oeil aux nombreux stands "solidaires" ou à l'énorme espace réservé Mustii1.jpgaux enfants (qui rentrent gratuitement jusque 12 ans). Mais, en plus, le cadre est atypique pour un événement musical. Même si, évidemment, il faut aimer grimper, si on veut alterner entre le Théâtre de Verdure, le Maquis et l'Esplanade. Après Nekfeu et ses caprices de "star" et Louise Attaque (déjà présent au BSF) notamment la veille, la journée de dimanche débutait assez tôt par Mustii. Le marathon se poursuit pour lui. La veille, il jouait encore jusqu'à 2h du matin à Scène sur Sambre. Pourtant, il n'est que 12h40 quand il prend possession de la scène de l'Esplanade. Mais, la fatigue ne l'arrête pas, alors qu'il a pourtant passé une nuit blanche dans un hôtel carolo. Cela ne réfrène cependant en rien son énergie communicative et ses déhanchements à la Mick Jagger. Malheureusement pour lui, son set est raccourci de 10 minutes par rapport à ceux du BSF et des Francos. Tant pis, tout est finalement rentré au chausse-pied. Et c'est fatigué mais satisfait qu'il fait encore une escale dans le studio de Bel RTL de Thibaut Roland sur le coup de 15h. L'apothéose de la tournée, ce sera pour Mustii2.jpgle 21 octobre au Cirque Royal. Un concert qui s'annonce d'ores et déjà flamboyant, et en totale interaction avec l'architecture si particulière de la salle bruxelloise. Après ça, il ne faudra plus attendre que quelques semaines avant la sortie de l'album.

L'organisation des Solidarités à ensuite eu un solide couac, mais s'en est remarquablement sortie. Tiken Jah Fakoly, bloqué à l'aéroport de Bamako, n'a pu rallier Namur. C'est donc Starflam qui a été appelé à la rescousse. Akro, qui devait intervenir pendant le set de Marka, était déjà sur place. Les trois autres ont donc été rameutés en dernière minute. Pas de Baloji par contre, malgré sa présence sur le site la veille. Le Congolais fait désormais son chemin seul et une réconciliation tiendrait franchement du miracle. Peu importe, Starflam s'est donné comme jamais, et ce malgré la canicule. Les textes sont plus actuels jamais, et ne semblent avoir aucune date de péremption. Comme sur "Ce plat pays qui est le mien", qui claque toujours autant. Gros coup de chaleur donc sur la scène du Théâtre de Verdure. Le festival pouvait ensuite se terminer en roue libre avec Ulysse, Romeo Elvis, ainsi que Alice on the Roof et Souchon & Voulzy. Ni la fatigue ni l'improvisation n'auront affecté ces Solidarités. Chapeau.

Starflam.jpg

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.