Mustii (ce vendredi 21, au Cirque Royal): "Le jour ou Bowie est mort, j'ai chialé toute la journée"

mustii 1700 guillaume kayacan.jpg

Il a la voix d'un black de 50 ans, cite aussi bien David Bowie que David Lynch parmi ses influences, est apparu dans "La Trêve", jouera prochainement dans un film d'époque, et a tourné sur toutes les scènes imaginables cet été. Lui, c'est Mustii, 25 ans, et qui jongle avec brio entre la musique, le théâtre et le cinéma. Vendredi prochain, il sera au Cirque Royal pour l'apothéose de sa tournée. Un concert événement qui annonce un premier album. Car oui, tout ça il l'a fait jusqu'à présent avec un simple EP...

Nous t'avions découvert en juillet 2015, devant une poignée de personnes, pour le "Nostalgie Live Tour" au Sablon. En un an et demi, sur quels plans penses-tu avoir le plus évolué?

"Il y a une évolution sur scène, dans ma manière de gérer les choses et dans l'écoute avec mes musiciens. Au plus j'avance, au plus je vois vers ce quoi je veux aller, et ce que je n'ai pas envie de faire."

Et de quoi n'as-tu pas envie, par exemple?

"Dans la construction du show, il y a des choses que je veux absolument éviter. Je ne peux pas tomber dans quelque chose de millimétré et froid. Je veux garder un côté spontané, tout en ayant un aspect théâtral. Cela peut paraître contradictoire, mais je ne veux pas de la pure chorégraphie. Chaque live doit être différent, tout en ayant la conscience d'un récit, avec une introduction et un final. Je suis un grand fan de Florence and the Machines, et je trouve ça très inspirant. Il y a chez elle cette dose de théâtralité dans le stylisme, le décor et la construction du show. J'aime aussi beaucoup Oscar and the Wolf, car il interprète un personnage. Il a prouvé que ça n'était pas propre qu'aux Anglais ou aux Américains. En Belgique, on est parfois un peu trop timide."

J'ai l'impression que tu canalises aussi mieux ton énergie. Ce sont des conseils qu'on t'a donnés?

"Déjà, je ne risque plus de perdre mon pantalon à n'importe quel moment! Plus sérieusement, je me suis rendu compte de certaines choses, qui sont purement liées au physique. J'ai pris conscience que je ne pouvais plus me lâcher comme avant, que c'était même débile et intenable. Physiquement, il faut tenir le coup. Je dois m'imposer une hygiène de vie. Ce sont des trucs cons, mais je me suis mis au sport."

A quel point le visuel est-il important?

"Tout reste à faire. Là, j'ai envie de passer un stade dans la mise en scène, tout en restant sincère et en n'en faisant pas trop. Cela ne peut pas étouffer la musique et le rapport qui est établi entre le public et moi. Je pourrais vite être tenté d'aller vers quelque chose de spectaculaire, mais il faut jauger."

Le visuel actuel est-il né lors de la release party à la Rotonde?

"Oui, il est né ce soir-là. C'était une première étape. Le Cirque Royal, ce sera une transition. On ne va pas clôturer quelque chose, mais on va tourner la page."

Que peux-tu révéler par rapport à la mise en scène pour le Cirque Royal?

"J'ai vraiment chapitré le show et imaginé une scénographie en lien avec la salle. Le dessin est assez clair depuis un moment dans ma tête, mais je préfère ne rien dévoiler..."

Tu as énormément tourné cet été. N'as-tu pas eu peur de lasser?

"Oui. De lasser les gens, mais de me lasser moi aussi. C'est la difficulté quand tu as des dates concentrées sur une courte période. C'est valable aussi pour le théâtre. Le socle restait le même, avec quelques petits changements. J'ai surtout tenté d'être à chaque fois conscient du moment, en ne pensant plus à la veille."

C'est quand même étonnant de voir un "gamin" de 25 ans reprendre David Bowie et s'inspirer de Mick Jagger. C'est ce que tu écoutes depuis toujours?

"J'écoute des trucs actuels aussi, mais mon père est un grand fan de musique. J'ai baigné au milieu de ses disques des Rollings Stones ou de Black Sabbath. Il regardait tout le temps des concerts à la télévision."

Tu n'as pas non plus la voix de quelqu'un de 25 ans...

"Il y en a même qui pensent que je suis black! Je pense qu'on a plusieurs voix différentes, et j'ai envie de me tester. Quand tu écoutes Bowie, il travaillait sa voix comme un instrument, et ne restait jamais sur la même tonalité. Je vais par moments essayer d'avoir une voix plus suave, plus crooner..."

Continueras-tu à reprendre "Heroes"?

"Oui, parce que ça me fait du bien. Pourtant, à la base, je ne suis pas très porté sur la cover. Au Cirque, elle sera là, mais de manière différente. Ce sera plus une sorte d'hommage."

Tu as été marqué à ce point par son décès?

"Quand je me suis réveillé, j'avais plein de SMS. J'ai chialé toute la journée. Rien que d'y repenser, ça me fout des frissons. C'était mon premier choc musical. Je pense que j'aurai la même chose le jour du décès de David Lynch. J'ai d'ailleurs fait mon mémoire sur la théâtralité dans son cinéma. "Mulholland Drive" m'a marqué, ce film est d'une tristesse sur les rêves hollywoodiens! En janvier, je vais jouer au théâtre dans "Is there a life on Mars?", qui parle de l'autisme. Il y aura sans doute des clins d'œil à Bowie."

Quel est son album qui t'a le plus marqué?

"J'ai tendance à dire "Outside". Mais j'aime bien aussi "Heathen", qui avait pourtant été critiqué. Je regarde de temps en temps son concert à Rock am Ring. Le mec, c'est le patron! Je suis aussi totalement fan de Grace Jones. Brian Ferry, Madonna, David Sylvian et Einstürzende Neubauten aussi. Mais, encore une fois, c'est souvent lié au live. Par contre, j'écoute aussi beaucoup Lady Gaga! Son dernier single, je l'écoute en boucle."

C'était quoi ton premier concert?

"Werchter, quand j'avais 15 ans. J'y avais vu Goldfrapp , Placebo et les Red Hot Chilip Peppers notamment."

Quand as-tu eu le déclic musical?

"Je chante depuis que je suis tout petit. Par contre, vouloir faire de la musique, ce ne m'est venu que quand j'avais 19 ans. Parfois, c'est un regret, car j'aurais bien aimé me mettre au piano à 5 ans. Mais, c'est venu plus tard, via mes études de théâtre. Du coup, j'ai un côté plus bricoleur et instinctif. Mon obsession, c'était vraiment de faire du théâtre et du cinéma, la musique est venue un peu par hasard."

Comment Kid Noize est-il venu te chercher?

"C'est grâce à une audition de cinéma, pour un film de Philippe de Pierpont. Le scénario du film me faisait penser à une démo que j'avais composée. Mais vraiment, ce n'était pas lèche-cul de ma part. Je voulais lui faire écouter, et il a ensuite envoyé la démo à Kid Noize. Il m'a appelé, je l'ai rencontré et c'est parti."

Sans lui, en serais-tu là aujourd'hui?

"Je pense qu'il m'a vraiment mis le pied à l'étrier. Il m'a permis de professionnaliser ça."

Avec un style qui est pourtant assez éloigné du sien...

"Nous avions des influences années 80 en commun. Mais, sur son label, je suis le seul artiste pop. Je trouve ça intéressant de confronter les univers."

Malgré la préparation de ce concert, tu tournes également un film...

"Oui, ce mois d'octobre est le plus dingue de toute ma vie. Je tourne dans "L'Echange des Princesses", avec Lambert Wilson et Olivier Gourmet. L'histoire raconte le mariage arrangé entre l'Infante d'Espagne et Louis XV. Je joue le rôle du Duc de Condé, qui est le conseiller du Roi, et qui va devenir Premier Ministre. C'est un rêve d'acteur, un rôle de composition que je ne pouvais pas refuser."

Télé Pro t'avait récemment cité parmi les candidats à... l'Eurovision. Sérieux?

"Je ne sais pas d'où ça vient. Mais non, je ne veux pas faire ça..."

> Un entretien de Christophe Van Impe


 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.