Critiques d'albums - Page 5

  • Le nouveau Beck arrive … et c’est un chef d’œuvre !

    Beck_Morning_Phase.jpgBeck sort son nouvel album ce vendredi 21 février. Nous, on l'adore et on vous dit pourquoi ci dessous ! 

    C’est quoi ? Six ans après Modern Guilt (2008), Beck Hansen alias « Beck » est de retour avec un nouvel album, Morning Phase. Un disque apaisé d’une beauté et d’un charme juste incroyables.  2014 n’est pas encore passé de deux mois qu’on tient peut-être déjà l’album de l’année.  La grande classe !

    Cela ressemble à quoi ? Le Californien (de 43 ans) a enregistré Morning Phase dans le studio où il avait donné vie à Sea Change en 2002. Un disque où il avait subjugué dans un style rappelant par moments le Histoire de Melody Nelson de Gainsbourg.  

    Et bien Morning Phase sonne musicalement comme son petit frère. Mais un petit frère surdoué. Car la barre est désormais placée à une hauteur vertigineuse. Tel un Nick Drake des temps modernes, l’Américain oscille entre tristesse et douceur. Juste magnifique !  


    Notre note ? 5 sur 5, le niveau chef d’œuvre. Ni plus ni moins. Cet album est dans notre iPod depuis quelques semaines et il ne le quittera pas avant très longtemps !

    L’info (pas si) inutile ? Beck  travaille déjà sur un nouvel album. Il espère parvenir à l’achever dans les prochaines semaines et le sortir avant la fin de l’année. On n’ose imaginer un deuxième chef d’œuvre en quelques mois…


  • Que penser de Vieux Frères - Partie 1, le premier album de Fauve? Voici notre avis

    103627-sortie-du-premier-album-de-fauve-vieux-freres.jpgL'album en langue française le plus attendu de ce début d'année 2014 sort en Belgique ce vendredi. Vous hésitez à l'acheter ou à le télécharger? On va vous aider en vous donnant notre avis ! 

    C'est quoi? Fave, LE phénomène musical français de 2013, passe à l'étape du premier album. Après la claque que constituait l'EP Blizzard publié en juin dernier, on attendait forcément au tournant ce collectif formé en 2010 à Paris par des potes de fac. Surtout que le buzz couve depuis des mois à coup de vidéos et autres teasers sur le web. 

    Cela ressemble à quoi? Pour tous ceux qui ont écouté Blizzard ou vu des vidéo de Fauve sur le net, l'effet de surprise est passé. On sait que ces Français oscillent entre rock, rap, slam et spoken word. Que leur flow (accompagné ici sur certains morceaux de samples) exprime leur mal-être, leurs angoisses, ... Bref, Fauve vide son sac. De manière crue, franche mais aussi poétique. Et surtout sans aucune censure. 

    Le cri d'une génération désenchantée qui exprime son malaise de vivre dans une société simplement invivable? Peut-être vu l'engouement que le groupe a déjà suscité. Mais seul le temps pourra permettre de l'affirmer.

    C'est comment? Comme Blizzard, Vieux Frères - Parties 1 respire l'urgence. Il secoue l'auditeur. Et on ne peut rester indifférent à ce qu'on entend. Soit cela vous prend aux tripes et vous adorez, soit vous rejetez le tout après quelques secondes d'écoute.

    Nous, on se situe plutôt dans le premier groupe ... même si tout n'est pas du même niveau sur cet album. On retrouve quelques moments très forts comme "Infirmière" ou "De ceux", mais sur la longueur, le flow martelé de Fauve peut faire saturer l'auditeur. Voire l'énerver. Ce qui passait sur les six titres de Blizzard a plus de mal sur les onze plages de Vieux Frères - Partie 1.

    Notre note? 3,5 sur 5.

    L'info (in)utile? Si Vieux Frères - Partie 1 paraît ce vendredi, la ... Partie 2 est prévue pour la fin de l'année. 

    Par Julien Carette 

     

  • Que penser du nouveau Coeur de Pirate? On vous donne notre avis

    0002155056_10.jpgC'est quoi? Cette semaine, Béatrice Martin, alias Coeur de Pirate, est de retour avec un disque baptisé Trauma. Un album qui est en réalité une bande originale, celle de la cinquième saison de la série canadienne Trauma, une sorte d'Urgence version caribou. Après Ariane Moffatt, Pascale Picard ou Martha Wainwright, c'est donc au tour de Coeur de Pirate de s'y coller.

    Précisons-le d'entrée, il ne s'agit pas d'un troisième album original de la Québécoise mais bien de douze reprises. Ce qui avait de quoi faire un peu peur quand on sait le nombre de massacres qui ont été perpétrés ces derniers temps en la matière. Heureusement, ici, on est plus proche du premier album de Birdy (qui reprenait Bon Iver, Phoenix, ...) que de Génération Goldman.


     

    Cela ressemble à quoi? Dès les premières secondes de ce disque, Béatrice Martin nous embarque dans un univers délicat, épuré et mélancolique. Elle se réapproprie littéralement ces reprises (toutes anglo-saxonnes, ce qui change de ses deux premiers album en français), les emmenant dans un monde qu'elle seule connaît et où sa voix "enfantine" fait merveille. Quelque part entre Birdy, Lana Del Rey et Agnes Obel.

    Au menu, des grands noms du passé (les Stones avec "Dead Flower", le classique "Ain’t No Sunshine" de Bill  Withers ou Nancy Sinatra et Lee Hazlewood et leur "Summer Wine") mais aussi des groupes indies actuels super cotés (The National avec "Slow Show", Bon Iver et "Flume", "Music When The Light Go Out" des The Libertines ou "The Great Escape" de Patrick Watson). 


    C'est comment? Pris séparément, tous les morceaux font mouche. La jeune Québécoise touche ... au coeur à chaque fois. Avec une mention spéciale pour la chanson "Last Kiss" de Wayne Cochran (popularisée par Pearl Jam), le single "You Know I'm No Good" d'Amy Winehouse ou "The Great Escape" de Patrick Watson.

    Cependant, il faut bien avouer que mises bout à bout, ces douze reprises peuvent lasser sur la longueur. Tant leurs univers peuvent être proches. 

    Notre note? 3,5 sur 5. 

    Notre conseil? À écouter en pyjama un dimanche après-midi ou un soir pluvieux sous son plaid. Vous trouverez forcément quelque chose dans ces chansons qui se rattache à votre vie personnelle.


  • MY TVis DEAD enfin prophête en son pays

    MY TVis DEAD, c'est l'association d'Amaury Massion et de Joël Grignard. Le premier, nous l'avions découvert à la tête du projet folk Lylac, qui nous avait valu quelques frissons l'année dernière. Et le second en tant que musicien de Cloé du Trèfle. Il y a quelques mois, ils avaient d'ailleurs partagé la scène de l'Orangerie. Jusqu'à présent, il y avait une certaine frustration au sein de ce groupe bien de chez nous. "Freedomatic", le premier album, avait carrément cartonné en Suisse. Et en France, Francis Zegut avait complètement flashé sur la reprise du "Strange Fruit" de Billie Holiday, l'intégrant d'ailleurs à sa compil. Et en Belgique? Rien, le néant. Incompréhensible. "Gravity", qui vient de sortir, pourrait heureusement combler cetttv.jpge lacune. En écoutant les douze morceaux de cet album, on a l'impression de parcourir de manière encyclopédique quelques décennies de pop-rock. Des sonorités new wave bien placées, une guitare à la U2 sur "Party's in the sky", une influence dEUS sur "When you're gone", une voix qui rappelle tantôt Brian Molko tantôt Michael Stipe, des ambiances à la Interpol... Bref, un beau fourre-tout, mais d'une rare cohérence. Avec "Gravity", vous pouvez clairement balancer votre vieux poste de tv par la fenêtre pour vous rabattre sur votre chaîne hi-fi!

    < Christophe Van Impe

  • James Vincent McMorrow : Tonnerre sous les tropiques

    posttropical-620x620.jpgL'année est à peine commencée et on n'a pas encore fini de vous présenter nos espoirs musicaux pour 2014 que tombe déjà un album qu'on n'oubliera pas de sitôt: Post Tropical de James Vincent McMorrow. Assurément l'album de ce début d'année ! 

    C'est quoi? Né à Dublin voici 30 ans, James Vincent McMorrow a le look du parfait hipster. Mais surtout il possède la voix d'un ange ! En 2010, le premier disque de cet Irlandais, Early in the Morning, a cartonné de l'autre côté de la Manche (numéro 1 des charts et disque de platine), tout en restant complètement inconnu par chez nous. Une injustice tant cet album reste toujours aujourd'hui un véritable moment de grâce dont le folk atmosphérique touchait directement au coeur (si vous ne connaissez pas, on vous conseille le splendide "If I Had A Boat").

    Cet ancien bagagiste de l'aéroport de Dublin revient donc en ce début d'année et n'a rien perdu de sa grâce. Enregistré dans une ferme perdue près de la frontière mexicaine, soit une des régions les plus dangereuses au monde, Post Tropical est paradoxalement une oeuvre lumineuse, apaisée et d'une fragilité rare.


    Cela ressemble à quoi? Imaginez les mélodies grandioses d'un Bon Iver dans une ambiance apaisée à la James Blake et vous aurez une idée de Post Tropical. Un rêve pour tout fan de pop-folk atmosphérique. Juste sublime ! 

    Pourquoi vous devez l'écouter? Parce que s'il est poussé avec un peu de promotion, James Vincent McMorrow pourrait devenir une des "success story" de 2014. Si vous voulez avoir un temps d'avance...

    Notre cote? 4,5 sur 5. Voilà un disque tout simplement charmant qui pourrait bien vous accompagner un petit temps. En tout cas, nous, cela fait des semaines qu'il ne nous quitte plus. 


  • Que vaut "Pure Heroine", le premier album de la sensation Lorde? On vous donne notre avis

    homepage_large.f2072684.jpg

    C’est quoi ? Lorde (de son vrai nom Ella Yelich-O'Connor) est la nouvelle sensation de la musique actuelle. 16 ans au compteur, une place de numéro 1 des ventes de single aux USA et un album, Pure Heroine, qui va se vendre, pardon se télécharger (légalement ou non), comme des petits pains.

    Une nouvelle Katie Perry ou Miley Cirus nous direz-vous ? Pas tout-à-fait. Car si sa dernière chanson (« Royals ») rivalise dans les charts avec les singles des deux jeunes femmes précitées, musicalement, cette Néo-Zélandaise se situe un étage au-dessus. Et elle n’a pas besoin de se déssaper pour vendre des disques... 


    Cela ressemble à quoi ? Dans un sens, Lorde nous fait un peu penser à une Lana Del Rey qui aurait viré R&B. Sa pop est teintée d’électronique, de synthé, …  le tout dans une ambiance plutôt dark, parfois même hypnotique, sans virer non plus dans le dépressif.


    Pourquoi vous allez aimer ? C’est simple : vous ne pourrez pas y échapper ! Cette demoiselle va devenir un vrai phénomène.

    Note cote : 3,5 sur 5. Pas sûr que cet album passera l’hiver mais d’ici là, on risque quand même de bien l’user.

     

    Par Julien Carette

  • Keaton Henson touche au coeur

    2013KeatonHenson_Birthdays600G150213.jpgCela fait un petit temps que nous n'avions pas chroniqué un disque. Mais quand vous tombez sur un album comme Birthdays de l'Anglais Keaton Henson (25 ans), vous vous devez de le partager avec le maximum de gens. 

    C'est quoi? Il y a des albums où dès les premières notes de la première écoute, vous savez que ce disque vous accompagnera longtemps, très longtemps. Toute votre vie peut-être. Que vous y reviendrez régulièrement pour revivre les émotions qu'il a suscitées en vous la première fois. Birthdays est de ceux-là. Ce n'est pas l'album le plus inventif de l'année mais certainement le plus touchant. Il est l'oeuvre d'un artiste solitaire, timide (au point d'en devenir maladif), dont la fragilité donne à ses chansons un charme fou.

    "Birthdays" raconte votre premier amour, votre dernier coup de coeur, la déception la plus déchirante de votre vie, ... Un disque à vous déchirer le coeur. 


    Cela ressemble à quoi? On pense d'emblée au Jeff Buckley de "Hallelujah", au premier (et déchirant) album de Tom McRae ou à Damien Rice. Cela vous situe le niveau. Les mélodies sont le plus souvent dépouillées, se limitant généralement à un duo guitare-voix, laissant toute la place nécessaire à l'émotion. Même lorsque la rage monte sur les morceaux "Don't Swim" et "Kronos", c'est toujours cette même émotion qui prendra le dessus. 


    Pourquoi vous allez aimer? Parce qu'il est impossible de résister à ces compositions si superbement tragiques. Le genre de disque dont on ne peut que tomber amoureux.

    Notre cote : 5 sur 5, niveau chef d'oeuvre. Ni plus, ni moins

     

    Par Julien Carette

  • Cloé et Lylac, tout en délicatesse

    C'est dans une Orangerie en configuration assise et donc plus feutrée que de coutume que, jeudi soir, Cloé (désormais sans le Trèfle) présentait son nouvel album "D'une nuit à une autre". On s'attendait à un moment presque d'intimité, et ce fut le cas. A commencer par la première partie, assurée avec beaucoup de talent et de délicatesse par Lylac, révélation des dernières Francos de Spa. Lui, c'est Amaury Massion. Il est Bruxellois, fan de Nina Simone, de Jeff Buckley, de Radiohead et de dEUS et imprégné comme un buvard de ses voyages aux quatre coins de la planète, notamment en Asie du sud-est et en Amérique Centrale. Elle, c'est Thècle Joussaud. Elle est Française (d'origine picarde, mais passée par Paris), possède une formation Lylac.jpgclassique mais a vite pris ses jambes à son cou pour se diriger vers le rock en collaborant notamment avec Debout sur le Zinc et Oldelaf. Lui est au chant et à la guitare, les pieds posés sur une caisse de pinard. Elle est au violoncelle. Et ça donne une alchimie incroyable. "Quand on n'est que deux, on ne peut pas se cacher derrière des artifices. Mais c'est un choix délibéré", nous confie Amaury. Leurs compositions sont belles et touchantes. Et quand ils reprennent "Lilac wine", dont ils se sont inspirés pour le nom du groupe, on en oublierait presque que l'originale est de Nina Simone, tant le mimétisme avec Jeff Buckley est troublant. C'était le quatrième passage de Lylac dans les salles du Botanique, on espère de tout coeur les voir pour la première fois aux Nuits.

    "Je suis restée pendant deux ans dans ma grotte. Maintenant, je peux reprendre une vie sociale". Ne l'appelez plus Cloé du Trèfle, mais simplement Cloé. Elle revient avec un nouvel album-concept fascinant, sur le thème de l'exil. Sur lequel il y a des chansons, mais pas que ça. On y retrouve aussi des enregistrements radiophoniques. Une démarche presque documentaire, qui raconte la dernière journée de quelqu'un qui a décidé de partir sur un autre continent, pour une durée indéterminée. Le doute, la crainte, l'espoir et l'amour: tous les sentiments sont présents et s'entremêlent. On se balade, pour quelques heures encore, dans les ruelles de la capitale et sur la place De Brouckère. On y rencontre notamment un attachant épicier (dont les proches étaient dans la salle jeudi). "Il y a des gens qu'on côtoie tous les jours sans se douter qu'ils ont de histoires ou des modes de vie incroyable. J'ai voulu leur donner le micro. J'ai toujours été fascinée par ceux qui, à un moment, décident de tout Cloé.jpglarguer et de quitter leurs repères", explique-t-elle. On suit même les péripéties d'un bouquet de fleurs, qui ne sait plus trop bien où il va et pourquoi. Multi-instrumentiste, elle passe d'un instrument à l'autre. Mais c'est au piano qu'on la préfère quand, à la manière d'An Pierlé, elle arrive à nous arracher des frissons. C'est le cas en fin de concert sur "Instant flou", issu de "Sapristi", qui reste incontestablement un de ses plus beaux morceaux. L'album trouve son épilogue sur le magnifique "L'air semble déjà différent". "Ca tangue un peu ce soir, mais je garde le cap", susurre-t-elle. Pour nous aussi, jeudi soir, ça tanguait...

    La setlist de Lylac: 1. "Time si on our side", 2. "What's going on", 3. "Maybe", 4. "Lilac wine" (reprise de Nina Simone), 5. "Spanish parade", 6. "The end of the road", 7. "How the story goes" et 8. "I forget who I am" (inédit).

    Lylac sera en concert au WHalll (salle Fabry) de Woluwé-St-Pierre le 14 novembre. Des dates sont également prévues à Bouillon, Remicourt, Silly, Morlanwez, Theux et Chênée. En janvier, Amaury sortira par ailleurs un album avec "MY TVis DEAD", son autre projet, plus rock. La reprise de "Strange fruit" de Billie Holiday figure sur la dernière compil de Francis Zégut.

    La setlist de Cloé: 1. "L'appel", 2. "L'esquisse", 3. "Plus qu'une aurore", 4. "Je pars", 5. "Lisa", 6. "Descendance", 7. "Mesdames, messieurs", 8. "Le doute", 9. "Biographie d'un bouquet de fleurs", 10. "Chanchan", 11. "Même longitude mais bien plus au Nord, 12. "Le musée", 13. Avez-vous rencontré quelqu'un?", 14. "L'effeuilleuse", 15. "L'air semble déjà différent", 16. "L'épicier", 17. "Instant flou" et 18. "L'amour et la folie".

    < Christophe Van Impe

  • Quels sont les albums de cette rentrée musicale? Découvrez notre Top 5

    A la rentrée, comme dans le domaine de l'édition, les nouveautés musicales foisonnent. De quoi ne plus savoir quoi écouter. C'est pourquoi, nous vous livrons notre Top 5 ... de ces premières semaines.

    On reviendra plus tard avec les révélations de ce début de rentrée mais aussi sur les nouveaux albums de Drake, Mazzy Star, Agnes Obel ou encore Arcade Fire.  

    Arctic-Monkeys-AM.jpgArctic Monkeys – AM

    Chose finalement très rare, les Arctic Monkeys semblent s’améliorer d'album en album. Et quand on connaît le niveau qu’atteignait déjà leur premier opus, Whatever People Say I Am, That’s What I’M Not paru en 2006, tout est dit. Sur ce cinquième disque,  Alex Turner et ses boys montrent qu’ils ont bien grandi. Le rock brut des débuts a fait place à une musique beaucoup plus riche en influences. LE must de cette rentrée.

     

    Janelle Monae – The Electric Ladyjanelle-monae-the-electric-lady-lp-artwork-lead.jpeg

    En 2010, la jeune chanteuse soul d’Atlanta  surprenait tout le monde avec un premier disque, The ArchAndroid, qui était sans conteste dans les meilleurs de l’année.  

    Trois ans plus tard, elle nous revient avec un disque qu’on attendait, avouons le, un peu fébrilement, tant on a vu d’artistes se vautrer avec leur deuxième album. Mais ici, il n’en est rien. The Electric Lady est un grand disque brassant soul, hip-hop, funk, électro, guitare électrique, …

     

    Everest.jpgGirls in Hawaii – Everest

    Pour leur retour, les Brainois signent une oeuvre sombre et mélancolique … juste magnifique.  On y perçoit l’hommage que les membres du groupe ont voulu rendre à Denis (Wielemans, le petit frère d’Antoine, un des deux chanteurs), son ancien batteur disparu en mai 2010. On ressent également de la tristesse. Forcément.

    Everest nous fait penser au meilleur de Grandaddy ou Sparklehorse. Et oui, rien que ça. 

     

    Franz Ferdinand -  Right Thoughts, righ Words, Right Action images.jpeg

    Si le groupe écossais a bien failli s’éteindre après leur précédent disque, Tonight (2009), il nous revient avec … son meilleur album depuis celui qui nous les avait fait découvrir en 2004 (où on retrouvait notamment "Take Me Out" ou "Jacqueline").  Avec des vrais tubes certifiés pour faire danser et sauter le public. 

     
     


    MGMT – MGMT arctic monkeys,am,janelle monáe,the electric lady,girls in hawaii,everest,franz ferdinand,right thoughts right words right action,mgmt

    Le groupe de Brooklyn a tout fait à l’envers et cela le rend forcément un peu fascinant. Le duo a commencé, en 2008, avec son album le plus commercial (un Oracular Spectacular bourré de tubes à l’image des morceaux "Time to Pretend" ou "Kids"), avant de faire des choses de plus en plus barrées. Ce MGMT est un trip psyché d’une quarantaine de minutes qui n’est pas forcément à mettre entre toutes les oreilles. Mais si vous rentrez dedans, vous n’oublierez pas ce voyage de sitôt. 

    Par Julien Carette
  • Jagwar Ma, des kangourous à la sauce mancunienne

    Les Australiens de Jagwar Ma viennent de sortir leur premier album : Howlin.

    34272749addf37dc4d78aa6091354afc.jpgC'est quoi? "Le futur de la galaxie dépend de deux disques, ceux de Temples (NDLR: un jeune groupe anglais) et Jagwar Ma!" Noël Gallagher, l'ex-leader d'Oasis, n'est jamais à une phrase choc près. Mais le compliment est beau pour ce duo australien (composé de Gabriel Winterfield et Jono Ma) ... fan d'Oasis. 

    Cela ressemble à quoi? Si Jagwar Ma est fan d'Oasis, cela ne s'entend pas sur Howlin. Un disque mélangeant guitare et rythme dansant ... dans un style rappelant le Screamadelica de Primal Scream ou Pills ’n’ Thrills and Bellyaches des Happy Mondays. Bref, on est en pleine période "Madchester", fin 80 début années 90, avec cet album immense et à découvrir de toute urgence. 

    Notre note? 4 sur 5.