Festival - Page 2

  • Blink-182 à Rock Werchter

    15219639_10154719391775699_2274167755547293217_n.jpgRock Werchter a ajouté ce vendredi un nouveau nom à son édition 2017 : les rockeurs américains de Blink-182. Ils joueront le samedi 1er juillet, soit le même jour que Linkin Park et System of A Down.

    Pour rappel, trois autres noms ont déjà été révélés : Arcade Fire (le jeudi 29 juin), Radiohead (le vendredi 30 juin) et Foo Fighters (le dimanche 2 juillet). 

     

  • Pour la bonne cause et pour vos oreilles, venez passer votre 11 novembre au Rock for Life!

    La deuxième édition du « Rock for Life » aura lieu le 11 novembre prochain à la salle Cité Culture à Laeken avec le soutien de son directeur et de la Ville de Bruxelles.Rock4Life.jpg

    > C'est quoi le projet "Rock for Life"?

    Le projet “Rock for Life” est né en novembre 2015 de la simple volonté d’un groupe de personnes, concernées de près par le fléau du cancer, des membres d’ASBL organisatrices de concerts et donc habituées à fréquenter le milieu du rock. L’objectif de cet événement est de recueillir des fonds afin de lutter contre le « crabe » en soutenant des projets destinés à aider la recherche. L’édition 2015 avait permis de verser la somme de 1500€ à l’association « Les Amis de Bordet », qui finance la recherche contre le cancer à l’Institut Bordet.

    > Où iront les bénéfices du "Rock For Life" 2016?

    Récemment médiatisées, les recherches de l’équipe du professeur Pierre Sonveaux de l'UCL ont retenu notre attention: Une équipe de chercheurs de l'Université catholique de Louvain (UCL) a récemment fait une découverte permettant de freiner l'avancée du cancer. Les scientifiques ont mis le doigt sur une enzyme clé pour lutter contre les cellules tumorales et dont l'inhibition permet d'empêcher à celles-ci de recycler leurs constituants superflus. La preuve de l'efficacité de cette stratégie a été faite sur des souris porteuses d'un cancer du col de l'utérus ou d'un cancer du côlon humains. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue scientifique 'Cancer Cell'. L’équipe de « Rock For Life » a décidé d’apporter sa petite contribution en versant les bénéfices du festival à ce service de l’UCL.

    A noter que l'événement sera également soutenu par l'association www.jaidebenoit.be, qui avait été créée pour aider une personne à payer son traitement contre le cancer, alors qu'il n'était pas remboursé par la sécurité sociale.

    > Moaning Cities en tête d'une affiche résolument rock.

    Le 11 novembre, c'est férié. Les portes ouvriront donc vers 15h30. Neuf groupes se succéderont ensuite sur la scène.

    - Moaning Cities: Grâce à deux albums impeccables et au lancement du festival Stellar Swamp, Moaning Cities est rapidement devenu le porte-drapeau de la scène psyché bruxelloise. Moaning.jpgQuelques semaines après la release party de "D. Klein" au Bota et quelques dates en Allemagne, les voilà déjà de retour. "C'est un projet qui nous tenait à cœur. On a d'ailleurs fait une croix sur un autre concert pour pouvoir répondre présent. On a directement accepté l'invitation ", nous explique Valérian, le chanteur.

    - My Diligence: My Diligence, power trio basé à Bruxelles, propose un rock mélodique  mais sans concession non sans rappeler  Queens of the Stone Age, At the Drive-in, Wolfmother ou encore Clutch.

    - Black Mirrors: Comme Moaning Cities, ils viennent de jouer au très réputé "Desert Fest" à Anvers. Du garage rock aux accents joplinesques, une grâce mélodique soutenue par des BlackMirrors.jpgrythmes à la Queens Of The Stone Age, Black Mirrors se déploie entre évocations chamaniques et images fantasmagoriques.

     

    - Spoons of Kwowledge: Spoons Of Knowledge est un groupe bruxellois de rock, tantôt psychédélique et tantôt énervé, qui tire ses origines de la région de Mons. Si le projet est vieux de sept ans, c'est une toute nouvelle formation qui s'apprête à sillonner tout le plat pays. Des guitares transcendantes, une basse profonde et énergique, une voix puissante et une batterie rock comme il faut, c’est tout ce que le groupe tient à offrir.

    - Coverballs: Tout nouveau tout show! Vous pensiez avoir tout vu et bien voici un nouvel ovni dans le paysage musical du cover. Avec Nicolas Scamardi aux commandes (« Jane Doe and theCoverballs.jpg Black Bourgeoises » et « Von Durden »). Un quatuor qui propose des musiques de films et des titres vintage avec une bonne dose de testostérone... C'est surréaliste, c'est Belge, voici coverballs !

    Mais aussi The Father, the Son and the Holy Simon, Z-Band, Dr Ape et Ziggy & The Van Elders.

    > Comment se procurer des tickets?

    Les tickets pour le festival coûtent 12 euros en prévente (sur www.ticketmaster.be) ou 15 euros sur place.

    Comment vous rendre sur place?

    Adresse: Cité Culture/Cité Modèle ) Allée du Rubis, 1020 Bruxelles (Laeken). L'entrée se situe en face du Delhaize de l'avenue de l'Arbre Ballon.

  • Solidarités 2016: Mustii, impérial malgré la fatigue

    La saison des festivals s'est terminée en beauté avec 43.000 personnes en deux jours sur les remparts de la Citadelle de Namur pour les Solidarités. Non seulement l'initiative, qui se démarque des grands supermarchés du "rock" est plus que louable. Impossible en effet de se rendre à une scène sans jeter un coup d'oeil aux nombreux stands "solidaires" ou à l'énorme espace réservé Mustii1.jpgaux enfants (qui rentrent gratuitement jusque 12 ans). Mais, en plus, le cadre est atypique pour un événement musical. Même si, évidemment, il faut aimer grimper, si on veut alterner entre le Théâtre de Verdure, le Maquis et l'Esplanade. Après Nekfeu et ses caprices de "star" et Louise Attaque (déjà présent au BSF) notamment la veille, la journée de dimanche débutait assez tôt par Mustii. Le marathon se poursuit pour lui. La veille, il jouait encore jusqu'à 2h du matin à Scène sur Sambre. Pourtant, il n'est que 12h40 quand il prend possession de la scène de l'Esplanade. Mais, la fatigue ne l'arrête pas, alors qu'il a pourtant passé une nuit blanche dans un hôtel carolo. Cela ne réfrène cependant en rien son énergie communicative et ses déhanchements à la Mick Jagger. Malheureusement pour lui, son set est raccourci de 10 minutes par rapport à ceux du BSF et des Francos. Tant pis, tout est finalement rentré au chausse-pied. Et c'est fatigué mais satisfait qu'il fait encore une escale dans le studio de Bel RTL de Thibaut Roland sur le coup de 15h. L'apothéose de la tournée, ce sera pour Mustii2.jpgle 21 octobre au Cirque Royal. Un concert qui s'annonce d'ores et déjà flamboyant, et en totale interaction avec l'architecture si particulière de la salle bruxelloise. Après ça, il ne faudra plus attendre que quelques semaines avant la sortie de l'album.

    L'organisation des Solidarités à ensuite eu un solide couac, mais s'en est remarquablement sortie. Tiken Jah Fakoly, bloqué à l'aéroport de Bamako, n'a pu rallier Namur. C'est donc Starflam qui a été appelé à la rescousse. Akro, qui devait intervenir pendant le set de Marka, était déjà sur place. Les trois autres ont donc été rameutés en dernière minute. Pas de Baloji par contre, malgré sa présence sur le site la veille. Le Congolais fait désormais son chemin seul et une réconciliation tiendrait franchement du miracle. Peu importe, Starflam s'est donné comme jamais, et ce malgré la canicule. Les textes sont plus actuels jamais, et ne semblent avoir aucune date de péremption. Comme sur "Ce plat pays qui est le mien", qui claque toujours autant. Gros coup de chaleur donc sur la scène du Théâtre de Verdure. Le festival pouvait ensuite se terminer en roue libre avec Ulysse, Romeo Elvis, ainsi que Alice on the Roof et Souchon & Voulzy. Ni la fatigue ni l'improvisation n'auront affecté ces Solidarités. Chapeau.

    Starflam.jpg

    > Christophe Van Impe

  • Rock for Life: My Diligence, Black Mirrors et bien d'autres pour la bonne cause (11 novembre à Laeken)

    Le festival Rock for Life, organisé pour financer la recherche contre le cancer, sera bientôt de retour pour sa deuxième édition. L'événement aura lieu le 11 novembre à la Cité Culture, à Laeken. Le projet « Rock For life» est né en novembre 2015 de la simple volonté d’un groupe de personnes, concernées de près par ce fléau, membres d’ Asbl organisatrices de concerts et donc Rockforlfe.jpghabituées à fréquenter le milieu du rock. L’objectif de cet évènement est de recueillir des fonds afin de lutter contre le « Crabe » en soutenant des projets destinés à aider la recherche. L’édition 2015 avait permis de verser la somme de 1500€ à l’association « Les Amis de Bordet ». Les tickets sont vendus au prix de 12 et 15 euros. Parmi les groupes déjà programmés à l'affiche, signalons la présence de My Diligence, groupe récemment passé avec succès au Botanique et au BSF (en première partie de La Muerte). Ou encore de Black Mirrors, qui sera prochainement au programme de la très réputée Deserfest. La tête d'affiche devrait être annoncée en septembre... suspense.
     

  • Rihanna, déception d'une journée ensoleillée au Pukkelpop

    Sans faire injure aux festivals qui viendront dans les prochaines semaines, le Pukkelpop est le dernier gros rendez-vous de l'été dans notre Royaume. Une dernière occasion donc de se faire plaisir avant de penser aux secondes sessions d'examen ou à la rentrée scolaire du petit dernier. Lorsque mon choix s'est porté sur le jeudi du festival limbourgeois, la réflexion de mon entourage a toujours été la même: "Ha oui, c'est le soir de Rihanna." Oui, le soir de la star des Barbades en effet, mais après avoir quitté la plaine lumineuse et bruyante de Kiewit, je me dis que je me souviendrai encore longtemps de sa malheureuse prestation, mais j'y reviendrai plus tard.

    Prenons tout d'abord le positif. Au-delà de l'organisation toujours bien huilée, le "Pukkel" sera cette année sous le soleil.  Il fait doux, les festivaliers sont couchés dans l'herbe ou dans le sable et au loin, la voix douce de Tom Odell met directement dans l'ambiance. L'un des problèmes du Pukkelpop, c'est le choix: il y a tellement de scènes (10 au total) que faire un planning de la journée devient très compliqué. Instinctivement, je me jette sur la première que je trouve et je passe un délicieux moment avec The Tallest Men On Earth, un artiste suédois cousin musical de Bob Dylan.

    IMG_2067.jpgLe premier mauvais choix, c'est celui de Wolfmother. L'ennui est total et malgré les meilleurs titres de l'album éponyme de 2005 qui réveillent ma mémoire, je cherche sur une autre scène de quoi satisfaire mon envie d'autre chose. Je découvre donc Bazart, en live, avec son répertoire "Indie" en Néerlandais. Ce n'est pas toujours harmonieux, mais la surprise est bonne.

    C'est alors l'heure d'un groupe mondialement connu: Eagles of Death Metal. Le problème des Californiens, c'est qu'ils seront à jamais le groupe de l'attentat du Bataclan, et que la moitié du monde n'est pas capable de citer un titre de leur répertoire. Quoi qu'il en soit, même si Josh Homme n'est pas présent, les meilleurs titres du dernier opus (Zipper Down) se mêlent aux classiques du groupe. Sur cette même Main Stage, je reste pour retrouver The Last Shadow Puppets. Alex Turner et Miles Kane sont en grand forme et les gesticulations du premier, dandy magnifique avec des poses à la Mick Jagger, garnissent une heure musicale de toute beauté. Beau moment d'hilarité quand Turner prend en pleine poire le micro balancé nonchalamment  par Kane.IMG_2073.jpg

    Mais puisque tout le monde attendait cela avec impatience, il est temps de parler de l'épineux chapitre Rihanna. Lors de l'annonce de sa venue, certaines dents ont grincé tant sa palette musicale n'était pas en adéquation avec l'esprit du Pukkelpop. Soit, un artiste est capable de retourner les foules. Mais pour cela, il faudrait déjà arriver à l'heure: 45 minutes de retard pour la belle, qui aime se faire désirer mais qui n'a récolté que des sifflets. Et ça va aller de mal en pis, car la plupart de ses titres sont "chantés"en playback, et ce n'est même pas discret: décalage, le micro n'est pas devant sa bouche et last but not least: la bande son tourne alors que Rihanna n'est même plus sur scène. C'est le coup fatal pour moi, je m'en vais terminer ma soirée devant Bloc Party. 

    Florian Holsbeek

     

  • BSF: Nada Surf clôture en beauté le festival

    Doherty.jpg

    Une bien belle petite soirée rock ce dimanche pour clôturer le BSF. Les membres de Nada Surf savent comment s'y prendre pour mettre le public de la Place des Palais dans leur poche. Avoir fait des études à Bruxelles et à Paris aide forcément à s'exprimer en français, et sans le moindre accent s'il-vous-plaît. Mais les Américains ont également de sacrés bons morceaux, qui nous replongent en plein dans les années où MTV diffusait encore de la musique. Un set un peu anachronique, qui trouve son point d'orgue dans "Popular" et "Always Love", tubes qui n'ont pas pris une ride. Bref, on a aimé, et ils seront de retour en Belgique à l'automne.

    Pete Doherty assurera-t-il cette dernière tête d'affiche du festival? Avec ce grand spécialiste des annulations de dernière minute, rien n'est moins sûr. Mais, avec un quart d'heure de retard sur l'horaire prévu, voilà qu'il débarque débraillé comme il se doit. Avec son sac à dos et son gros cigare, le chanteur des Libertines tient plus d'un hooligan en fin de vie que d'une rock star glamour. Il a tout de même le bon goût de balancer assez rapidement "Last of the English Roses", le plus beau morceau de sa carrière solo. Par la suite, il n'y a que le répertoire des Babyshambles et des Libertines qui nous enthousiasme réellement. Pour le reste, par moments, on s'ennuie franchement. Jusqu'à ce "Fuck Forever" électrique en guise de bouquet final. Pete s'en va, reprend son brol, sans se retourner et, comme toujours, on ne sait pas si on le reverra un jour. Le BSF est fini, à l'année prochaine.

    > La setlist de Nada Surf: 1. "Hi-Speed Soul", 2. "Cold to See Clear", 3. "Whose Authority", 4. "Weightless", 5. "Happy Kid", 6. "What Is Your Secret?, 7. "80 Windows", 8. "Concrete Bed", 9. "Inside Of Love", 10. "The Way You Wear Your Head", 11. "Friend Hospital", 12. "Out Of The Dark", 13. "Blonde On Blonde", 14. "See These Bones", 15. "Hyperspace", 16. "Popular", 17. "Always Love" et 18. "Blankest Year".

    > La setlist de Pete Doherty: 1. "Down For The Outing", 2. "I Don't Love Anyone (But You're Not Just Anyone)", 3. "Last Of The English Roses", 4. "You're My Waterloo" (Libertines), 5. "Arcady", 6. "The Steam", 7. "Hell To Pay At The Gates Of Heaven", 8. "Oily Boker", 9. "Albion" (Babyshambles), 10. "Hooligans on E" (Libertines), 11. "A Fool There Was", 12. "The Whole World Is Our Playground", 13. "Time For Heroes" (Libertines), 14. "Killamangiro" (Babyshambles), 15. "Flags Of The Old Regime", et 16. "Fuck Forever" (Babyshambles).

    > Christophe Van Impe 

     

  • BSF: Balthazar encensé sur la Place des Palais

    Balthazar.jpg

    A quatre jours de la fin du festival, la Place des Palais ouvrait enfin ses portes jeudi soir. Mais aussi le BIP où, chaque début de soirée d'ici dimanche, sera organisé un concert plus intimiste. C'était à Lylac d'ouvrir le bal. A la veille de partir pour trois mois avec sa petite famille dans l'ouest américain, Amaury Massion souhaitait nous quitter en musique. Des adieux réussis, pendant plus d'une heure. Tracassé par des problèmes techniques et une météo capricieuse, Hyphen Hyphen aura eu du mal à lancer les festivités sur la Place des Palais. Un petit coup dans l'eau, malgré l'énergie dégagée, surtout qu'il ne fallait pas vraiment s'attendre à ce que ce soit ensuite la grande fiesta avec Tindersticks. La pluie s'est retirée, la prestation est de toute beauté, mais ne se prête hélas pas du tout au cadre. A revoir en salle, absolument. Nous n'avons pas davantage été enthousiasmés par Keziah Jones. La file de plus de 100 mètres pour pénétrer sur le Mont des Arts n'y est sans doute pas pour rien. L'endroit n'a jamais été aussi rempli depuis le début du festival, mais l'envie n'y est pas. Heureusement, Balthazar aura sauvé notre soirée. Par rapport aux dates précédentes de leur tournée, et notamment celle à Forest-National, les Flandriens ont changé leur setlist et leur show. C'est désormais plus direct, plus rock et surtout moins poseur. Ce soir, Louise Attaque aura pour challenge de faire au moins aussi bien.

    > Christophe Van Impe

  • BSF (soirée bruxelloise et Abd Al Malik): débarrassée de ses peurs, Bruxelles est belle

    Il y a de ces soirées qui sont parfaites de la première à la dernière note, sans qu'on ne sache trop bien pourquoi. Celle de mercredi en fait partie. Tout a commencé, une fois de plus, à la salle de la Madeleine. Avec une affiche 100% bruxelloise, joliment garnie de Alaska Gold Rush, Recorders et Vismets. Il aurait franchement été difficile de faire plus local. Notre dernière rencontre avec Recorders en concert, avait fait office de charnière dans la carrière du groupe. Partiellement mécontent du set semi-acoustique proposé aux Nuits du Bota 2015, où ils avaient pourtant notamment repris avec grâce The National, Gordon Delacroix avait ensuite pris une décision radicale. Deux membres se sont rapidement fait la malle, et le groupe est reparti sur de nouvelles bases. Une orientation et un vent de fraîcheur que l'on retrouve dès les premières notes de "Lost at Sea". L'influence Foals est évidemment toujours présente, de même que celle de The National surtout dans la voix, mais le tout est agrémenté de petits détails qui font de Recorders un groupe à part. Après une grosse heure de concert, nous voilà rassurés. Le passé est décomposé, les bases sont solides et le groupe a définitivement retrouvé le feu sacré.

    Le succès est également au rendez-vous pour les Vismets. "Abracadabra", beaucoup plus recherché et psyché Abdalmalik.jpgque le premier album, avait pourtant tout pour être casse-gueule. Mais force est de constater que ça marche, et que les fans ne viennent pas que pour "Wasted Party". Encore une belle leçon d'audace réussie.

    Notre soirée s'est terminée au Mont des Arts, où Baloji venait de laisser sa place à Abd Al Malik. Configuration festival oblige, le set fait la part belle à "Scarifications" et met essentiellement en avant le son énorme issue de sa collaboration avec Laurent Garnier. L'emblématique "Gibraltar" et "Les Autres" seront les seuls interludes nous rappelant qu'il a jadis bossé avec Gérard Jouannest, le pianiste de Jacques Brel. Un grand Jacques à qui il rendra d'ailleurs hommage. Avant de terminer sur "Daniel Darc", terrible déclaration d'amour au poète déchu, il lance un message de paix à notre capitale: "Bruxelles, débarrassée de tes peurs, je t'aime". Pour une fois, on sent que c'est sincère. Aussi sincère que notre soirée aura été belle.

    > Christophe Van Impe

  • BSF: Mickey 3D et Feu! Chatterton, délicieux conflit de générations

    Comme vendredi, c'est par la salle de la Madeleine, devenue depuis un an un lieu incontournable du BSF, que nous avons débuté notre parcours dans le centre de Bruxelles. Comme Mustii la veille, Ulysse n'en finit plus de tourner cet été. Et, pour la première fois de sa jeune carrière, le trio bruxellois donnait même deux concerts en quelques heures. En début de journée à Ronquières et donc ensuite au BSF. Si fatigue il y avait de leur côté, elle est en tout cas passée inaperçue, tant leurs morceaux accrocheurs ont fait Ulysse.jpgmouche. En septembre, ils se produiront dans le cadre très particulier du Fly Away Festival, en Corse.

    Ambiance plus hexagonale au Mont des Arts avec Mickey 3D et Feu! Chatterton. On ne va pas se mentir, Mickey 3D a surtout connu le succès au début des années 2000. Avec comme point d'orgue "Tu vas pas mourir de rire", album sorti en 2003 et sur lequel on retrouvait le tube "Respire". Et puis là en 2016, Michaël Furnon désormais entouré de nouveaux musiciens (il ne reste plus que Najah El Mahmoud du line up d'origine, à ses côtés), M3D.jpgdécide de ressortir de nulle part avec "Sebolavy", sept ans après "La Dernière Evasion". La première moitié du concert fera d'ailleurs la part belle au dernier disque. Avec notamment ce superbe "La Rose Blanche", qui fait référence à un groupe de jeunes résistants chrétiens allemands face à la barbarie nazie. Ce morceau terminé, il est temps de se replonger dans le passé forcément plus connu du groupe, pour une série de dix grands classiques. Le ton est plus rock n' roll, les guitares électriques sont de sortie. Sauf sur "Respire", joué à la gratte acoustique. "Johnny Rep", un des rares morceaux liés au football qui soit réussi, met fin au concert de fort belle manière. Mickey 3D est de retour, et ça fait du bien.

    Place ensuite au plat de consistance avec Feu! Chatterton. Jadis découvert en première partie de Fauve, le groupe parisien continue de tout renverser sur son passage, mais n'a pas forcément le même public que Mickey 3D. Plus théâtral que jamais, Arthur électrise ou agace, c'est selon l'état d'esprit. Il n'empêche que "Côte Concorde" est un des plus beaux morceaux de chanson française qu'il nous ait été donné d'entendre depuis bien longtemps. En un album, Feu! Chatterton est déjà entré dans la cour des grands.

    > Christophe Van Impe

  • Mustii au BSF: l'ascension du chevalier noir ne fait que commencer..

    Faire l'unanimité en ayant simplement un EP de cinq morceaux sous le bras n'est pas donné à tout le monde. Beaucoup s'y sont cassés les dents. Pourtant, le Bruxellois Mustii, l'acteur Thomas Mustin (notamment vu dans la série "La Trêve") pour les intimes, y est parvenu en un temps record. Il y a un peu plus d'un an, quand nous l'avions vu au Sablon dans le cadre de la fête nationale, rien ne le prédestinait pourtant à une telle envolée. Il n'avait alors que quelques morceaux à proposer, et le live n'était pas encore totalement maîtrisé. Mais, après avoir notamment travaillé cet aspect avec Redboy (MLCD et Hollywood Pornstars), il s'est métamorphosé.

    Aujourd'hui, il est impossible de passer à côté du phénomène. Ses deux singles "The Golden Age" et "Feed Me" tournent à répétition en radio. Et il Mustii.jpgn'y a que peu de scènes de festival qu'il n'aura pas écumées cet été. Certains le voient même déjà représenter la Belgique à l'Eurovision en 2017. Tout a commencé par un single de Kid Noize où il posait la voix. Et, très rapidement, l'élève a rejoint le maître dans les charts.

    Deux semaines après avoir fait l'unanimité aux Francos de Spa, il était vendredi soir à la Madeleine pour l'ouverture du BSF. Une salle remplie à craquer (1200 personnes), qu'il aura mis dans sa poche dès les premières notes de "The Darkest Knight". Il aurait bien aimé jouer trois heures, mais le temps était malheureusement compté. Ce samedi, il remettait sous le soleil au festival Ronquières. La cerise sur le gâteau, ce sera pour le 21 octobre, avec l'importantissime date au Cirque Royal. Cette fois pour y présenter un premier album très attendu. L'ascension ne fait que commencer...

    > Christophe Van Impe