Festival - Page 4

  • Nuits du Bota 2016: La Femme, toujours aussi désirable

    Après quelques concerts délocalisés au Cirque Royal et à l'Eglise des Dominicains pour An Pierlé, les Nuits au Bota ont enfin débuté pour de bon. La formule reste la même que les années précédentes, même si des foodtrucks ont désormais investi le site du festival. C'est malheureusement fini de pouvoir déguster un couscous allongé dans un pouf. Vendredi soir, le soleil était de la partie sur les marches mais aussi sous un chapiteau soldout depuis des semaines. Fùgù Mango, qui venait présenter son EP "Mango Chicks", a en effet mis une belle ambiance tropicale en début de soirée. L'album est prévu pour début 2017. Et quand on voit l'évolution du groupe sur scène depuis ses débuts, l'impatience est grande.

    Mais la grosse pièce de la soirée, c'était la prestation de La Bota.jpgFemme. Dès le début, on avait adoré leur côté déglingué, branleur mais terriblement jouissif. Mais qu'en est-il après une Victoire de la Musique et une signature chez Universal? Ont-ils abandonné le surf? Ont-ils désormais des coiffures conventionnelles? Ont-ils arrêté la fumette? Bonne nouvelle, rien n'a changé. Les Français n'ont pas pris le melon. D'emblée, ils attaquent avec "Sphynx", le premier single de l'album qui sortira en janvier et qui n'a pas encore de titre. Quatre autres nouveaux morceaux seront également proposés: "SSD", "Mycose", "Elle ne t'aime pas encore" et "Le vide". Il faudra sans doute plusieurs écoutes pour s'y habituer, mais ça donne pas mal. Mais de toute façon, on s'en fout, car c'est avant tout pour les brûlots du premier album qu'on est là. Le chapiteau est chaud, très chaud même. L'ambiance atteint son paroxysme sur "Nous étions deux", suivi de "La planche" et "Antitaxi". En rappel, le groupe revient en coup de vent pour "La femme ressort". Car, les consignes de sécurité sont drastiques et le timing est respecté à la seconde près. La Femme entamera une tournée juste après la sortie de l'album, mais sera de retour à Dour avant ça. Pour notre part, les Nuits pouvaient difficilement mieux commencer. Et on ne peut que vous conseiller le croque-monsieur à 3 euros. Meilleur rapport qualité/prix pour vous caler l'estomac...

    > Ch.V.I.

  • An Pierlé (ce jeudi 12 mai à l'Eglise des Dominicains): "Jouer dans une église, ça a un côté fascinant"

    Mardi soir, An Pierlé a livré un showcase de toute beauté dans les bureaux de Pias. Elle y a joué l'intégralité de son dernier album "Arches". Elle sera ce soir à l'Eglise des Dominicains pour le défendre. Les Nuits du Bota peuvent vraiment commencer...an hr_2.jpg
     
    Comment est née cette idée d’ajouter de l’orgue à ta musique?
    "Cela remonte à 2012, à l’occasion du festival Odegand. J’avais reçu le titre de compositrice officielle de la ville Gand. Un de mes rêves était de jouer dans une église. C’est un endroit fascinant. Tu ne peux pas prendre une échelle, grimper et aller jouer sur un orgue. Tout doit être silencieux, vu que l’instrument fait un bruit énorme. Ils m’ont donné un jeune organiste de 23 ans, et on a dépoussiéré les tuyaux de l’orgue de l’église Saint-Jacques. J’ai alors commencé à composer."
    Fréquentes-tu souvent les églises?
    "Non, c’est un milieu que je ne connaissais pas vraiment. Je ne rentre dans une église que quand je suis à l’étranger et que j’ai envie de visiter. En été, c’est agréable car il y fait très frais. Je ferme les yeux et je m’imagine comment ça devait être les pour les gens en 1700. Pour beaucoup, c’était le seul endroit où il y avait de l’art."
    Est-ce un one-shot ou pourrais-tu continuer dans cette voie?
    "Il y aura une deuxième partie à l’album. Pour la suite, je ne sais pas encore. J’aime le son et l’endroit, mais je ne ferai sans doute pas un répertoire pour orgues jusqu’à la fin de ma vie. Je cherche toujours quelque chose qui m’inspire. Là, je suis heureuse, car j’ai trouvé la voie que je cherchais à emprunter. Après 20 ans, je cherchais à me renouveler. C’est gai de ne pas faire tout le temps la même chose. Le piano-voix, ça demande une concentration d’écriture énorme, car tu n’as rien à cacher. Ce projet s’est réalisé en trois stades. C’est un luxe d’avoir le temps."
    Comment as-tu mis en place la concrétisation sur scène?
    "En 2014, on a fait quatre concerts dans des églises très différentes, et un dernier à l’Atelier 210. Le meilleur concert, c’était à Gand, dans une grande église, qu’on connaissait déjà. Au 210, ça prenait une ampleur différente, car on sortait du cadre de l’église. Ce soir-là, on a eu de l’espoir et on s’est dit qu’on pouvait faire un album."
    Le public est-il plus contemplatif?
    "Oui, quand même. Pour beaucoup de gens, l’église est liée à la jeunesse. C’est un endroit où il faut être silencieux. C’est un endroit qui fait référence aux grands moments de la vie. Beaucoup m’ont dit que c’était émouvant d’assister à un concert dans ce cadre. Et puis, tu as le son de l’orgue qui t’enveloppe."
    Techniquement, est-ce évident?
    "Non. La première fois, on a d’ailleurs eu des problèmes techniques. On avait eu trois concerts le même jour. Le an hr.jpgmatin, il n’y avait pas beaucoup de gens. Le midi, c’était à moitié rempli donc c’était idéal. Mais le soir, il y avait 800 personnes. Le son, c’était comme une éponge. En haut, on pensait avoir joué un très bon concert. Mais Koen, qui était en bas, trouvait que ça n’allait pas du tout. L’orgue venait en décalage sur nos voix."
    Dois-tu adapter ton jeu de scène? Au 210, tu étais plus réservée que de coutume…
    "Je n’ai pas encore développé un jeu de scène. Je ne le fais d’ailleurs jamais. Je ne sais pas encore si je dois parler entre les morceaux. Même si j’aime bien me marrer, peut-être que je devrais ne rien dire, et laisser une atmosphère s’installer. La concentration est importante."
    Pourras-tu intégrer des anciens morceaux à la setlist?
    "Je veux d’abord bien installer l’album, et puis on verra. Mais c’est sûr que les morceaux à batterie forte, on ne pourra pas les faire."
    Espères-tu toucher un nouveau public?
    "Oui, les vieilles choristes! Ce disque peut brasser très large, car il y a un côté pop année 1980 mais aussi un côté plus mystique."
    N’as-tu pas eu peur de déstabiliser ton public?
    "Je soupçonne que ceux qui viennent me voir savent que ça change à chaque fois. Ce n’est pas comme du Simple Minds, où c’est à chaque fois la même chose. Ces dernières années, je suis dans une recherche. La forme change, mais tout part du même endroit."
    Et malgré tout, cet album reste très pop et inspiré par les années 80…
    "Il y a des albums qui restent avec toi pour la vie. Sur «Avalon» de Roxy Music, il y a aussi une atmosphère un peu mystique."
    Qu’écoutes-tu de contemporain?
    "J’écoute trop peu de musique. Dans ce que j’aime, il y a FKA Twigs, le premier album de Florence and the Machines, War on Drugs, PJ Harvey, Mélanie De Biasio et Perfume Genius."
    De toutes tes reprises, quelle est ta préférée?
    "Elles sont très différentes l’une de l’autre, mais sont très marquantes de certaines périodes. Celle de Gary Numan, elle a tout lancé. «Paris s’éveille», c’était au départ pour rigoler, mais ça nous a permis de percer en France. «Such a shame» est plutôt bien réussi."
    Preuve que tu touches à tout, tu as aussi fait un disque pour enfants…
    "C’est une pièce de théâtre musicale sur le sommeil et les rêves en néerlandais. On la joue aussi en français. On va même aller au Canada. Je pense qu’on sous-estime souvent les enfants. En concert, ils sont très immédiats. Leurs réactions sont très touchantes. On a joué devant des enfants handicapés. Dès que la musique commence, ils sont apaisés. On a joué devant des sourds-muets aussi. Un enfant, il ne ment jamais…"
    > Un entretien de Christophe Van Impe

  • La comète "Nuits Botanique" se rapproche de Bruxelles

    banner-300x240-nuits16_0.jpgComme chaque année à la même époque, le Botanique donne rendez-vous à la presse pour une présentation des traditionnelles Nuits à venir. En  revenant brièvement sur l'année 2015.

    Et sur deux évènements marquants pour la directrice générale Anne Valentini: la fin en juin 2017 de la concession du Cirque Royal accordée au Botanique ("nous en parlerons toutefois aux journalistes ultérieurement") et évidemment les attentats à Paris, qui ont "changé les mentalités du public et des organisateurs de concerts".

    Place au contenu d'un festival que le responsable Paul-Henri Wauters qualifie de "comète", puisqu'il y aura également de nombreuses soirées avant et après les dates officielles (du 12 au 22 mai) de l'évènement.


    les nuits botanique,botaniquePour parler de la fort sympathique Nuit Belge (le 16 avec Baloji, Soldier's Heart, Robbing Millions, Le Colisée), Marc et DeeJ de La Muerte évoquent notamment Mauro Pawlowski, qui ne pourra pas être présent et Vive La Fête qui, eux, devraient bien être présents... Ca promet! 

    Le lendemain, on notera la projection au Cirque Royal du film "Les premiers, les derniers" de Bouli Lanners. Avec dans la salle un orchestre dirigé par Pascal Humbert, auteur de la bande-son. 

    Les artistes belges gardent évidemment une place de choix mais la richesse de l'affiche mérite le coup d'oeil! 

    Infos sur http://botanique.be/fr/project/les-nuits-fr/2016

    >Philippe Sadre

     

  • Paul McCartney et Macklemore & Ryan Lewis à Rock Werchter

    00_1450308885.jpgCes dernières heures, le festival de Rock Werchter a ajouté deux noms prestigieux à son édition 2016. A commencer par Paul McCartney qui sera présent dans le Brabant flamand le jeudi 30 juin, où il interprétera sans doute quelques morceaux des Beatles. Un must absolu pour tous les fans de musique. 

    Les rappeurs Macklemore & Ryan Lewis seront, eux, au rendez-vous le dimanche 3 juillet. 

  • Sept nouveaux noms (dont Ellie Goulding, Years & Years, Daughter et Låpsley) à Rock Werchter

    00_1450308885.jpgComme chaque vendredi, Rock Werchter a ajouté des artistes à sa programmation 2016. Avec une grosse tête d'affiche (Ellie Goulding) et quelques trucs qu'on a vraiment envie de voir (Daughter dont le dernier album est un petit bijou, Låpsley et Guy Garvey le chanteur d'Elbow). Years & YearsOh Wonder et Two Door Cinema Club seront également de la fête. 

  • Tame Impala et At The Drive In à Rock Werchter

    12118927_10153663854575699_1632294120569345692_n.jpgLes organisateurs de Rock Werchter ont ajouté six noms à leur édition 2016. Dont quelques groupes indépendants parmi les plus intéressants du moment (Tame Impala, Savages) et les rockeurs ricains de At The Drive In, dont la reformation fait actuellement salle comble un peu partout dans le monde. 

    Les nouveaux noms: Tame Impala, At The Drive In, SIGMA Live, Band of Horses, Gary Clark Jr, Savages and Bear's Den.

  • Air rejoint Damien Rice ou Kurt Vile à l'affiche du Cactus Festival

    12400941_10153228384231196_2158111880806320016_n.jpgEdition après édition, le Cactus Festival (organisé chaque année début juillet à Bruges) s'impose comme un événement incontournable du calendrier belge. Ce lundi, les organisateurs ont ainsi annoncé qu'ils accueilleront en exclusivité le duo français Air. Ce dernier va faire son retour sur scène après quatre ans d'absence, avec une série de présences en festivals. 

    Air rejoint quelques noms déjà dévoilés, tels ceux de Damien Rice, Kurt Vile, Wilco ou encore Grégory Porter. Déjà un must de l'été! 

    >J.C.

  • Kurt Vile, AaRON, Son Lux, Ibrahim Maalouf, Future, BigFlo & Oli, ... aux Ardentes

    _1448633598.pngComme le veut désormais la tradition, les premiers noms du festival des Ardentes ont été révélés lors des TransArdentes. Le festival indoor liégeois se tenait hier soir et les organisateurs ont dévoilé du lourd! 

    Si vous aimez le rap et le hip-hop, vous allez être aux anges. On verra, en effet, à Liège la révélation Future, Vince Staples, Action Bronson, mais aussi les petits Français de BigFlo & Oli, Ty Dolla $ign, Oddisee & Good Company, PNL et Guizmo. 

    Vous êtes plus pop, rock ou électro? Les Ardentes ont d'ores et déjà pour vous: Kurt Vile & The Violators, Aaron, Jose Gonzalez, Synapson, Hyphen Hyphen, Son Lux et Bagarre.

    Au rayon jazz, on peut aussi ajouter deux poids lourds actuels: Ibrahim Maalouf et le Californien Kamasi Washington, dont le dernier album se trouvait pratiquement dans tous les Top 10 de 2015 des médias américains en décembre. 

    Tous ces noms rejoignent ceux d'Indochine et d'Alice on the Roof, qui avaient déjà été dévoilés. Et pour rappel, les Ardentes se tiendront du 6 au 10 juillet. 

    <J.C.

  • De nouveaux noms (The Last Shadow Puppets, New Order, Robert Plant, Disclosure) à Rock Werchter

    rw16logo.JPGCe vendredi, Rock Werchter a annoncé quelques nouveaux noms pour une édition 2016 qui s'étoffe semaine après semaine.

    On note surtout la présence du projet réunissant Alex Turner (Arctic Monkeys) et Miles Kane: The Last Shadow Puppets. Les vétérans mancuniens de New Order seront aussi là, comme l'ex Led Zep Robert Plant (et son nouveau groupe The Sensational Space Shifters).

    Côté électro, on note Disclosure et Paul Kalkbrenner.

    Enfin, les Flamands de Black Box Révélation seront aussi de la fête. 

    Le line-up actuel

    > Jeudi 30 juin
    New Order et Disclosure.

    > Vendredi 1er juillet
    The Offspring, Rammstein, Robert Plant and the Sensational Space Shifters, Black Box Revelation, Bring Me The Horizon, Parov Stelar, Richard Hawley.

    > Samedi 2 juillet
    PJ Harvey, Red Hot Chili Peppers, Editors, Paul Kalkbrenner, Courtney Barnett, Beirut,

    > Dimanche 3 juillet
    The Last Shadow Puppets, MØ, Unknown Mortal Orchestra, Jamie xx, Florence + the Machine.

  • Pixies, Bring Me The Horizon et The 1975 au Rock A Field

    12439219_10153254626796921_905434494677453149_n.pngLe Rock A Field, le festival luxembourgeois qui se tiendra les 9 et 10 juillet, a annoncé les quatre premiers noms pour son édition 2016. Avec une grosse tête d'affiche: les Pixies! 

    Les trois autres noms sont l'excellent groupe rock Bring Me The Horizon, les Anglais de The 1975 et le groupe de hip-hop allemand de Deichkind.