News - Page 9

  • Les PIAS Nites 2016 prennent forme

     

    pias nites,madeleine,reflektor,bloc party,oscar,warhola,flume

    Nouvelle année, nouvelle formule pour la soirée du fameux label. En deux temps et en deux endroits.

    Les dates à retenir: du 3 au 5 mars à Liège et à Bruxelles (comme ça vous avez les lieux direct) dans plusieurs endroits différents, ainsi que le 19 mars pour une soirée électro au Palais 12 de Bruxelles.

    Voici le programme actuellement:

    3 Mars 

    Témé Tan + Few Bits au Beursschouwburg (Bruxelles)

    Fat White Family + FEWS au Reflektor (Liège)

    4 mars

    Money + FEWS (Beurs)

    Fat White Family à la salle de La Madeleine (Bruxelles)

    5 mars

    Bloc Party + Oscar + Warhola à La Madeleine

    19 mars

    Flume + Vessels + Tangram Label Night au Palais 12

    >Ph.S.

  • Kurt Vile, AaRON, Son Lux, Ibrahim Maalouf, Future, BigFlo & Oli, ... aux Ardentes

    _1448633598.pngComme le veut désormais la tradition, les premiers noms du festival des Ardentes ont été révélés lors des TransArdentes. Le festival indoor liégeois se tenait hier soir et les organisateurs ont dévoilé du lourd! 

    Si vous aimez le rap et le hip-hop, vous allez être aux anges. On verra, en effet, à Liège la révélation Future, Vince Staples, Action Bronson, mais aussi les petits Français de BigFlo & Oli, Ty Dolla $ign, Oddisee & Good Company, PNL et Guizmo. 

    Vous êtes plus pop, rock ou électro? Les Ardentes ont d'ores et déjà pour vous: Kurt Vile & The Violators, Aaron, Jose Gonzalez, Synapson, Hyphen Hyphen, Son Lux et Bagarre.

    Au rayon jazz, on peut aussi ajouter deux poids lourds actuels: Ibrahim Maalouf et le Californien Kamasi Washington, dont le dernier album se trouvait pratiquement dans tous les Top 10 de 2015 des médias américains en décembre. 

    Tous ces noms rejoignent ceux d'Indochine et d'Alice on the Roof, qui avaient déjà été dévoilés. Et pour rappel, les Ardentes se tiendront du 6 au 10 juillet. 

    <J.C.

  • De nouveaux noms (The Last Shadow Puppets, New Order, Robert Plant, Disclosure) à Rock Werchter

    rw16logo.JPGCe vendredi, Rock Werchter a annoncé quelques nouveaux noms pour une édition 2016 qui s'étoffe semaine après semaine.

    On note surtout la présence du projet réunissant Alex Turner (Arctic Monkeys) et Miles Kane: The Last Shadow Puppets. Les vétérans mancuniens de New Order seront aussi là, comme l'ex Led Zep Robert Plant (et son nouveau groupe The Sensational Space Shifters).

    Côté électro, on note Disclosure et Paul Kalkbrenner.

    Enfin, les Flamands de Black Box Révélation seront aussi de la fête. 

    Le line-up actuel

    > Jeudi 30 juin
    New Order et Disclosure.

    > Vendredi 1er juillet
    The Offspring, Rammstein, Robert Plant and the Sensational Space Shifters, Black Box Revelation, Bring Me The Horizon, Parov Stelar, Richard Hawley.

    > Samedi 2 juillet
    PJ Harvey, Red Hot Chili Peppers, Editors, Paul Kalkbrenner, Courtney Barnett, Beirut,

    > Dimanche 3 juillet
    The Last Shadow Puppets, MØ, Unknown Mortal Orchestra, Jamie xx, Florence + the Machine.

  • Julien Sagot: " A Bruxelles, tu as de la place pour penser et respirer"

    Julien Sagot, on l'avait connu avec Karkwa. Son groupe rangé aux oubliettes, il revient en solo avec "Valse 333", un album aussi beau qu'inclassable. Il débarquera de Montréal pour un concert à la Rotonde du Botanique le 3 mars. Fou amoureux de Bruxelles, il s'impatiente déjà...

    Alors Julien, ça te fait quoi de bientôt revenir à Bruxelles?

    "Je piaffe d'impatience. Quand j'étais petit, je venais en vacances à Ostende. Je suis venu également venu aux Francofolies de Spa et deux fois à Rotonde. Elle est absolument magnifique cette salle.Je trouve Bruxelles plus belle que Paris, car elle reste humaine. Paris, ça devient noir et agressif. Ici, tu as de la place pour penser et respirer. Au départ, je ne pensais même pas venir défendre mon album en Europe. Avec Karkwa, ça avait été difficile. J'ai une vie assez simple, ma femme est artiste aussi, et j'ai deux enfants. Je ne peux pas faire de folies."Sagot_2014_001_HR©SandraLarochelle.jpg

    Pourquoi cette réticence à faire de la promo en-dehors de Montréal?

    "On nous boude un petit peu, surtout la France. La Belgique a plus de sensibilité. En France, on prétexte directement qu'on ne comprend pas ce qu'on dit, et ils ferment la porte. Ils sont un peu étriqués, parce qu'ils ont tout ce qu'il faut chez eux. Je trouve ça dommage. Finalement, nous sommes tous francophones. Leurs musées, c'est bien beau, mais ça reste un musée. La langue elle change, elle évolue. Il y a aussi de la culture intéressante au Canada, en Afrique francophone, en Belgique,... En France, je n'ai pratiquement rien eu en interview. Et là, j'arrive à Bruxelles, à une heure de train, et je n'arrête pas. J'ai joué à France Inter. J'y ai fait deux morceaux, mais je n'ai pas eu d'interview. En Belgique, il y a une très grande culture. Et qui, sensiblement, ressemble plus à celle de Montréal. C'est stimulant, et enrichissant culturellement."

    Au Canada, est-ce facile pour un artiste chantant en français de s'imposer auprès de la population anglophone?

    "De plus en plus, mais il y a quand même un travail à faire. Surtout sur le plan politique. On doit comprendre que les anglophones qui restent à Montréal sont sensibles à la langue française. Ce ne sont pas les mêmes qu'à Toronto. Sinon, ils déménageraient. Non, ils restent là car ils veulent garder ce mélange. C'est juste une vision politique à changer. Le Québec se construit avec les francophones, les anglophones mais aussi les Italiens et d'autres. C'est pour ça que j'ai notamment travaillé avec Patrick Watson. Des musiciens francophones jouent aussi avec Timber Timbre. Mais pour moi, de toute façon, la musique passe bien au-delà de la langue. Moi, je suis plus dans le son que le sens. Je suis attaché à l'esthétisme sonore. C'est un jeu pour moi. Et puis il y a un défi de le faire en français. Je place les mots sur la musique."Sagot_2014_004_HR©SandraLarochelle.jpg

    Es-tu issu d'une famille de musiciens?

    "Absolument pas. Mon père est pâtissier. J'ai couru pour me sauver du pétrin. Mais ils étaient attentifs. Ma mère aimait la musique classique, et mon père le rock. Il y avait quand même des disques avec de la matière à la maison. Il y avait beaucoup de Beatles. Et notamment le "Ram" de Paul McCartney, qui m'a ouvert les portes sur l'imaginaire. C'est un disque époustouflant dans sa composition, dans sa construction mélodique. C'est même un précurseur de la musique hip-hop. Cela ne sert à rien d'avoir 50.000 oeuvres chez toi. Si tu en as deux bonnes, c'est gagné. Et tu dois faire écouter ça à tes enfants. Les miens, je les éduque à la musique. Ma fille fait du piano. Mais je leur laisse de la liberté, il faut que ça vienne d'eux. Le pipeau et la flûte, c'est bon... En 2016, on pourrait tout de même commencer à faire entrer des pianos à l'école. Je me suis un peu fait moi-même. Je n'avais pas de repère, et j'étais autodidacte. Après, avec le groupe, j'ai commencé à étudier les percussions latines. Encore aujourd'hui, j'aime trop de choses et je n'arrive pas à ma canaliser."

    Quels sont les artistes contemporains qui t'inspirent?

    "J'adore Connan Mockasin. Pour moi, ça a été renversant. Timber Timbre évidemment aussi. J'écoute beaucoup de musique classique. Il n'y a pas plus ouvert que moi. J'ai le coeur percé. En cinéma, j'ai vu un film qui s'appelle "Cemetery of Splendour". Il n'y a quasiment pas de musique. Mais la dernière scène, c'est du spoken word en Sagot_2014_008_HR©SandraLarochelle.jpgthaïlandais. Et j'ai trouvé ça d'une beauté incroyable. Je me suis promis que sur le prochain album, j'aurai des featurings thaïlandais."

    Avais-tu cette volonté de faire quelque chose de très différent de ce que tu faisais avec Karkwa?

    "Je n'aurais pas pu copier ce que je faisais avec Karkwa. Quand mon groupe s'est séparé, j'ai tout de suite pris une guitare et un piano, et j'ai composé assez rapidement. J'avais vraiment envie de passer à quelque chose de plus lo-fi, de plus déconstruit, de plus réfléchi. L'important, c'est de rester créatif et de trouver des façons de le faire. Je suis passionné. Il y a tellement de possibilités. C'est tout le temps du bonbon. Le premier jet, c'est essentiel. Il faut garder les erreurs et les accidents, et ne rien jeter. Je le vois en regardant ma femme peindre. Je ne me vois pas faire deux fois la même chose. Pour le prochain album, je donnerai un coup de volant. J'ai envie d'explorer. L'argent, qu'est-ce que j'en ai à foutre? Je n'ai envie de plaire à personne. J'en faisais un peu avec Karkwa à la fin, et ça s'est arrêté. Basta. Les trophées et les prix, je m'en fous."

    > Un entretien de Christophe Van Impe


     

     

  • Pixies, Bring Me The Horizon et The 1975 au Rock A Field

    12439219_10153254626796921_905434494677453149_n.pngLe Rock A Field, le festival luxembourgeois qui se tiendra les 9 et 10 juillet, a annoncé les quatre premiers noms pour son édition 2016. Avec une grosse tête d'affiche: les Pixies! 

    Les trois autres noms sont l'excellent groupe rock Bring Me The Horizon, les Anglais de The 1975 et le groupe de hip-hop allemand de Deichkind. 

     

  • Recorders dévoile un nouveau single

    recorders,lost at seaLe groupe basé à Bruxelles prépare la sortie de son deuxième album "Coast To Coast", prévue le 19 février prochain,  avec un nouveau single et sa vidéo.

    Nouvelle configuration pour le groupe puisqu'il a accueilli l'Anversois Michael-John Joosen à la batterie et le Malinois Ben Broux au synthé durant l'été 2015. "Lost At Sea", dont le clip a été tourné au Canada, augure de belles choses à venir de la part de Gordon Delacroix et sa bande.

    A voir notamment le 17 mars prochain lors de la "Release Party" organisée Salle de la Madeleine à Bruxelles. >Philippe Sadre

  • Travis précise son retour

    12540994_10153397644079503_3590734788752699302_n.pngLe groupe écossais a lancé aujourd'hui la vidéo de "3 Miles High", sa nouvelle chanson. La sortie de son huitième album studio, "Everything At Once", est quant à elle prévue le 29 avril prochain. 

    Oui oui, c'est bien Francis "Frrrran" Healy en "couverture" de la vidéo. Avec un petit coup de vieux diront certains. Quant à savoir si la musique des sympathiques gaillards de Glasgow a également vieilli, nous vous laissons entièrement juges! >Ph.S.

     

  • R.I.P. David Bowie

    Les hommages pleuvent depuis ce matin, sous forme de photos, vidéos et autres citations... 

    Le choix est large évidemment, à l'instar des talents de l'artiste... Pour symboliser cette palette, nous rendons ici hommage à l'acteur, avec une scène de "Furyo", co-production anglo-japonaise de 1983.

    En attendant, passer devant l'affiche annonçant la sortie de "Blackstar" dans le métro ce matin était plus particulier que les autres jours... >Ph.S.

     

  • La beauté folle du nouveau Bowie

    La sortie de "Blackstar", le nouvel album de David Bowie, c'est demain. Son anniversaire, c'est demain aussi. Mais la mise en ligne de la vidéo de "Lazarus", c'est pour aujourd'hui. 

    Et à quelques heures de son soixante-neuvième anniversaire, c'est bel et bien l'artiste anglais qui nous offre un joli cadeau: un clip pour le troisième extrait d'un "Blackstar" déjà bien parti pour figurer dans les tops de fin d'année...

    Mais patience, on a douze mois pour savourer les dernières chansons de ce génie aux multiples facettes. A commencer par ce "Lazarus", aussi prenant à voir qu'à écouter. >Philippe Sadre

     

  • Oscar & The Wolf grand vainqueur des Red Bull Elektropedia Awards

    red_bull2.pngInitialement prévue le 25 novembre dernier, la cérémonie s'est finalement déroulée hier soir à Bruxelles. Et fêtait par la même occasion son cinquième anniversaire.

    Axés sur la musique électronique belge, les Red Bull Elektropedia Awards ne sont pas peut-être pas encore aussi connus que les MIA's ou les Octaves de la Musique, mais leurs lauréats le sont. Et parfois "très". 

    Ainsi, Max Colombie et ses jeunes loups ont raflé les prix d'"Artist of the Year", "Best Live Act" et a partagé avec Charlotte de Witte (alors créditée de son ancien nom de scène "Raving George"), celui de "Best Song" avec "You're Mine". 

    Avec deux prix, les frangins Dewaele sont les autres héros de la soirée. David et Stephen se sont transformés en 2ManyDJ's pour le prix de "Best DJ" et en Soulwax pour celui du meilleur remix, à savoir l'incontournable "Let It Happen" de Tame Impala. Souvent plébiscité dans ce genre de circonstances, Stromae a dû cette fois se contenter avec le "Best Video Award" pour "Quand c'est?". 

     

    Le festival de Dour à l'honneur 

    Belle surprise également pour Dour, qui a brisé l'hégémonie de Tomorrowland en remportant le "Best Festival Award". Assez pour faire lancer à LeFtO (par ailleurs vainqueur de la meilleure émission radio sur Studio Brussel) un cinglant "Doooureeeeuuuh!" à l'assistance!

    Parmi les autres lauréats, pointons le "Best Remix Ever" pour The Magician et son fameux "I Follow River" de Lykke Li, le "Best Album" pour les Gantois de Stuff et leur son funky riche, ainsi que le "Most Promising Artist Award" pour Abraham Blue, Glints et Go March. On avait beaucoup aimé leur concert au Beurs l'an passé, on vous encourage donc à découvrir leur premier album sorti en novembre dernier. >Philippe Sadre