aaron

  • Kurt Vile, AaRON, Son Lux, Ibrahim Maalouf, Future, BigFlo & Oli, ... aux Ardentes

    _1448633598.pngComme le veut désormais la tradition, les premiers noms du festival des Ardentes ont été révélés lors des TransArdentes. Le festival indoor liégeois se tenait hier soir et les organisateurs ont dévoilé du lourd! 

    Si vous aimez le rap et le hip-hop, vous allez être aux anges. On verra, en effet, à Liège la révélation Future, Vince Staples, Action Bronson, mais aussi les petits Français de BigFlo & Oli, Ty Dolla $ign, Oddisee & Good Company, PNL et Guizmo. 

    Vous êtes plus pop, rock ou électro? Les Ardentes ont d'ores et déjà pour vous: Kurt Vile & The Violators, Aaron, Jose Gonzalez, Synapson, Hyphen Hyphen, Son Lux et Bagarre.

    Au rayon jazz, on peut aussi ajouter deux poids lourds actuels: Ibrahim Maalouf et le Californien Kamasi Washington, dont le dernier album se trouvait pratiquement dans tous les Top 10 de 2015 des médias américains en décembre. 

    Tous ces noms rejoignent ceux d'Indochine et d'Alice on the Roof, qui avaient déjà été dévoilés. Et pour rappel, les Ardentes se tiendront du 6 au 10 juillet. 

    <J.C.

  • AaRON: "Le lien avec le public est toujours là"

    aaron,we cut the night,sonic visions,rockhalAprès une première soirée "Warm Up" vendredi dernier (avec Son Lux et Josef Salvat), le Sonic Visions, le festival hivernal de la Rockhal à Esch-sur-Alzette, prendra véritablement son envol jeudi pour trois soirées de haute qualité. Avec notamment au menu le duo français AaRON ce vendredi. Avant ce rendez-vous, nous avons tapé la causette avec Simon Buret, le chanteur du duo hexagonal. Histoire d'évoquer, outre leur venue à Luxembourg, leur troisième album sorti voici quelques jours.  

    Sudpop: Votre 3e album, We cut the night, est plus sombre que les précédents, plus électronique aussi. Comment expliquez-vous cela ?

    Simon Buret: Plus électronique oui, plus sombre je ne sais pas… Vous trouvez ? Il est vrai que le thème de la nuit est bien présent, mais c’est une nuit éclairée alors… C’est marrant, moi je trouvais le disque plutôt lumineux. Comme quoi… Disons que c’est un album plus centré, plus intime. Ce qui fait que vous pouvez peut-être avoir cette impression.

    OK ! Mais on a en tout cas le sentiment que vous repartez à zéro, que vous avez fait table rase du passé…

    Oui, complètement. Je trouve qu’il est important de laisser de la place à la page blanche, pour ne pas faire de redites. Nous, ce qui nous intéresse, ce n’est pas de reproduire les formules du passé, mais d’aller chercher ce qui va se passer ensuite !

    aaron-en-concert-lechonova-en-novembre.jpgQuand on connaît un énorme tube au tout début de sa carrière, je fais allusion à "U-Turn (Lily)", est-ce que cela a un côté paralysant pour la suite ?

    Vous trouvez qu’on a eu l’air paralysés ? (rires) Non, pas du tout. Peut-être que si on avait galéré pendant des années et qu’on avait sorti ce tube, cela aurait pu nous bloquer pour la suite, mais ce ne fut pas le cas. On a eu de la chance, le premier disque s’est très bien vendu, c’était un beau feu d’artifice de départ ! Le deuxième disque s’est très bien passé également. L’angoisse, c’est plutôt : est-ce que j’aurais des choses à dire sur un 3e album? Il fallait être prêt, quitte à prendre du temps. Et nous l’étions.

    Cela fait dix ans que vous avez commencé AaROn, avec le succès que l’on connaît. Quel regard portez-vous sur ces dix dernières années ?

    Avec le succès, le regard des gens a changé, il faut bien le reconnaître. Quand je regarde dans le rétroviseur, je redécouvre tout ce qui s’est passé. Et je constate une chose : la seule constante, ce n’est pas le succès, c’est le mouvement. Tout bouge, tout le temps. Prendre conscience de cela, ça a été libérateur. Moi j’ai longtemps cherché à trouver ma place. C’est d’ailleurs un des thèmes de l’album. Aujourd’hui, je crois que je l’ai trouvée : ma vie est intimement connectée à AaRON, mais aussi à tout ce qui m’entoure. Je suis une vraie éponge ! En somme, durant les dix dernières années, j’ai grandi.

     

    "Je voulais que John Malkovitch préface l’album"

     

    Vous vous êtes offert John Malkovitch pour le clip de "Blouson Noir", sur votre nouvel album. Comment cette collaboration est-elle née ?

    On se connaissait via des amis communs. Je lui ai écrit une lettre sur la genèse de "Blouson Noir", un morceau que je vois comme une carte postale de New-York, où j’ai habité. Je voulais que John préface l’album, comme il le ferait pour un livre, en récitant un poème sur la musique de "Blouson Noir".

    AaRON-We-Cut-The-Night.jpgCela a fait un joli buzz…

    Oui, et un super teaser pour l’album.

    Comment sonnent les nouveaux morceaux sur scène ?

    C’est jouissif ! Le public est complètement dingue. On les a notamment testés en Belgique, où le public est super réceptif, tout en étant très attentif. Tout comme au Luxembourg d’ailleurs. Malgré nos quelques années d’absence, on a remarqué que le lien avec le public était toujours là. C’est tout simplement génial.

     

    "Au Luxembourg, on se croirait parfois dans le grand nord canadien"

     

    aaron_vanessa_filho_425x250.jpgVous aimez venir jouer au Grand-Duché et en Belgique ?

    Bien sûr, on est toujours très contents de passer la frontière. Quand on vient au Luxembourg, on est saisis par la nature, c’est tellement magnifique. On se croirait parfois dans le grand nord canadien ! Moi qui suis très connecté à la nature, j’adore.

    Votre album était à peine dans les bacs qu’il était déjà aussi sur le net… Cela vous ennuie ou vous vous en fichez ?

    Ah bon, l’album a déjà été piraté ? Vous me l’apprenez. Non, je ne m’en fiche pas. Cette façon de consommer les choses, je ne comprends pas. La musique, c’est comme la nourriture. C’est de la nourriture spirituelle. Or, cela ne vient quasiment à personne l’idée d’aller voler la nourriture dans les magasins. Il y a beaucoup de travail derrière ce disque, des tas de gens impliqués ! C’est dommage. Mais grâce au vinyle, cela change peu à peu. Les gens se réapproprient l’objet. Et nous, on accorde une grande importance à cela.

    >par Romain Goffinet

  • Years & Years à Anvers, AaRON à Bruxelles et Battles à Esch-sur-Alzette

    11896206_10152939024191086_8427330749569595125_n.jpgTrois nouveaux concerts annoncés ce lundi à se mettre sous la dent: 

    - les jeunes Anglais de Years & Years seront au Trix à Anvers le 19 novembre. 

    - le groupe de rock expérimental originaire de New York, Battles, viendra à la Rockhal à Esch-sur-Alzette le 1er novembre. 

    - AaRON reviendra chez nous le 24 février prochain à l'Ancienne Belgique. 

    >J.C.

  • Les premiers noms du Sonic Visions 2015 viennent de tomber et c'est du lourd: Death Cab for Cutie, AaRON, Alabama Shakes, ...

    Unknown.pngLa huitième édition du festival Sonic Visions se tiendra en novembre à la Rockhal à Esch-sur-Alzette. Et vu les premiers noms proposés ce vendredi, le constat est simple: une fois de plus l'affiche proposée par la salle luxembourgeoise vaudra le déplacement. 

    Les fans de musique indépendante et de découvertes vont être servis avec quelques noms ronflants et d'autres jeunes loups dont les sites branchés sont déjà accros. Dans la lignée de précédentes éditions qui nous avaient permis de voir/découvrir Metronomy, The XX, Sigur Ros, Angus & Julia Stone, Oscar & the Wolf, C2C, St Vincent, Asgeir, Benjamin Clementine, Courtney Barnett, Kwabs, ...

    1236614_790053464386214_7433502541568446731_n.pngCette année, vous aurez droit aux légendaires Américains de Death Cab for Cutie, les rockeurs américains d'Alabama Shakes, aux Français d'AaRON, au Suédois José Gonzalez, à notre chouchou Tobias Jesso Jr et à Michaël Kiwanuka et son incroyable voix.

    Sans oublier les grands espoirs Flo Morrissey et Josef Salvat.

    Le prodige américain Son Lux, dont le nouvel album sort ces jours-ci, sera, lui aussi, de la fête, tout comme Fakear, nouveau phénomène de la scène électro française. Enfin, Les Néerlandais Kensington, le Danois Alex Vargas ainsi que les Luxembourgeois Mutiny On The Bounty, Seed To tree et Monophona complèteront l’affiche. 

    En tout, une petite vingtaine de noms ont été annoncés ce vendredi. La programmation définitive sera connue en septembre, avec normalement encore quelques belles surprises à découvrir.

    Un festival qui se tiendra les 13 et 14 novembre, mais une journée "métal" devrait être déjà programmée le 12. 

    Dans le même ordre d'idée, une soirée warm-up est également prévue, le 6 novembre, avec à l'affiche Son Lux et Josef Salvat. Une très belle mise en bouche avant un menu des plus copieux.

    >J.C. 

  • Le grand retour des Français d'AaRON

    aaron1.jpgTout le monde se souvient de la chanson U-Turn (Lili), le tube des Français d'AaRON. Un peu moins du reste de leurs deux premiers albums studio, ce qui est dommage vu le talent du duo. 

    Et bien, AaRON a signé ce lundi son grand retour après cinq ans d'absence avec une chanson placée sur le net. Celle-ci s'appelle "Blouson Noir" et est plutôt surprenante ... pour ceux qui ont écouté Artificial Animals Riding On Neverland (2007) et Birds in the Storm (2010). Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, ce morceau est bien chanté en anglais ... sur un rythme gentiment électro. Très agréable.

    L'album, We Cut the Night, est, lui, attendu pour le mois de septembre. 

    D'ici là, le groupe aura déjà beaucoup tourné. En France, en Suisse mais également en Belgique (Brussels Summer Festival). Il sera d'ailleurs ce mercredi 29 avril au Printemps de Bourges ... où il se produira sous le pseudonyme de "Blouson Noir". "Quand Bourges nous a proposé de venir jouer, l'idée était de revenir par la musique", a expliqué à l'AFP Simon Buret, l'un des deux membres du groupe. Du coup, AaRON a demandé à jouer dans une petite salle, à côté de quelques artistes émergents comme Jack Garratt ou Ghost Culture. > J.C.

  • Intergalactic Lovers, Benjamin Clementine, AaRON: le BSF prend également forme

    bsf,therapy?,intergalactic lovers,Aaron,

    Une bonne brochette de nouveaux noms vient d'être ajoutée au Brussels Summer Festival 2015, de quoi remplir les cases du mots croisés musical de la capitale.

    La Belgique s'octroie une belle part du gâteau avec des valeurs sûres comme Intergalactic Lovers, Novastar, Magnus, Kris Dane ou l'inoxydable Sharko. Niveau international, on note la nouvelle date belge (ce sera le 17 août à La Madeleine avec Kris Dane en première partie) de Benjamin Clementine après les Nuits Botanique. La France n'est pas mal représentée non plus avec les retours d'AaRON et de... Pierpoljak, Cats on Tree ou Yelle.

    Certaines scènes ont déjà belle allure: on a déjà parlé du duo Dane/Clementine, on peut aussi noter les Girls in Hawaii et Etienne Daho le 21 août et un trio Therapy?-Flogging Molly-Triggerfinger le lendemain, toujours sur la Place des Palais. Pas très "aventureux" diront certains, mais c'est plutôt cohérent et fédérateur, soit le plus important pour un festival de ce type. >Ph.S.