abel caine

  • BSF (J5): Le "BZF" au Kunstberg, c'est leuk!

    Trois jours après avoir foulé la scène de la salle de La Madeleine avec Mud Flow, Vincent Liben était de retour en solo ce mardi soir. Son deuxième album ("Animalé") en français a d’ailleurs recueilli de jolies critiques. Les thèmes et le concert en général sont plus lancinants qu'explosifs, mais on se laisse souvent entraîner par un groupe compact. Le final est enthousiasmant, et on se dit qu'il faudrait une réécoute a's’n'aise du CD pour se faire un opinion définitive, plutôt favorable en ce moment. On sort d'une salle joliment remplie mais loin d'être full et on voit la file, bloquée devant l'entrée par une barrière, qui s'allonge pour Daan...

    intergalactic lovers,bsf,roosbeef,vincent libenSur le Monts des Arts, on a en moyenne plus de place que ces derniers jours. On a raté Abel Caine (Voici une belle grande photo quand même pour les fans... :hum:)  mais on parvient à choper les derniers morceaux de Roosbeef. Son nom prête aux jeux de mots, mais le groupe basé autour de la chanteuse Roos Rebergen n’est pas anglais mais bien néerlandais.

    Avec Tom Pintens en ses rangs, comme trait d’union entre les Pays-Bas et Anvers, où le troisième album a été pensé. Les mauvaises langues (et nostalgiques des slows de fin de TD’s à l’ULB) diront qu’il s’agit d’une version en Nederlands de Krezip, mais Roos avec sa robe à pois et ses joues… roses se donne assez pour offrir au « Brussel Zomer Festival » un prélude sympa à Intergalactic Lovers.

    intergalactic lovers,bsf,abel caine,roosbeef,vincent libenLes Alostois font partie des groupes belges ayant le plus tourné ces deux dernières années. De retour de Slovaquie où leur apparition au Grape Festival de Piestany a été annulée par des intempéries, le groupe a de nouveau fait étalage de ses belles mélodies. La setlist confirme notamment le bien qu’on a pensé du nouveau morceau, « F ». Le public s’en sort plus qu’honorablement sur le refrain d’ « Islands » et semble plus spontané sur les anciens « Delay » et « Howl ».

    Entre chaque chanson, Lara charme comme toujours la foule et mène la danse (dans tous les sens du terme) dans les deux langues, quand elle se moque gentiment de la dizaine de ballons de couleurs lancés sur scène pendant le même « Islands » (« Merci à l’équipe technique pour ce show extraordinaire ! ») ou quand elle invite le public à se retourner et à dire bonjour à leur manager resté sous la petite tente merchandising.  

    intergalactic lovers,bsf,abel caine,roosbeef,vincent liben

    Allez, juste pour ne pas sembler trop conquis, on regrettera un volume sonore pas toujours au top et la fin un peu plus tôt que d’habitude (on aimerait par exemple pouvoir apprécier « Drive » plus souvent)… mais c’est juste pour ne pas sembler trop conquis. On a par contre croisé plusieurs spectateurs francophones ravis de la découverte et déçus de ne jamais avoir entendu parler de ce groupe. Ah, la Belgique... >Philippe Sadre 

    Photos de Denoual Coatleven