arnaud velvelovich

  • "Avec le Sonic Visions, on se sent proche des Transmusicales de Rennes"

    12189170_1006499882741570_3325735147363076532_n.pngSi la Belgique regorge chaque été de festivals, il faut bien avouer que la saison hivernale est bien plus vide à ce niveau-là. Il faut donc se tourner vers les pays limitrophes pour satisfaire ses envies. Côté français, on a droit au festival des Inrocks, au Pitchfork ou aux Transmusicales. Aux Pays-Bas, on retrouve l’Eurosonic. Et au Luxembourg, il y a ... le Sonic Visions à Esch-sur-Alzette, dans les murs de la Rockhal.

    Un festival qui accueillera à partir de ce jeudi AaRON, Death Cab For Cutie, ou encore Alabama Shakes. Un festival qui fait surtout chaque année le plaisir de ceux qui aiment découvrir (si possible avant tout le monde) les espoirs musicaux de demain. L’édition 2015 (la 8e) prendra véritablement son envol ce jeudi avec une soirée … métal.

    Avant les trois coups, on a parlé de tout ça (et bien plus encore) avec Arnaud Velvelovich, un des programmateurs de l’événement eschois.

     

    Le Sonic Visions, c’est quoi ? « C’est avant tout un événement dédié aux fans de musique. Il y a la partie festival où on programme des artistes qui ont marqué l’année écoulée et ceux qui (on l’espère) marqueront celle à venir. Si on compare avec les autres festivals hivernaux, on possède quelques noms en commun avec celui des Inrocks (Algiers, Alabama Shakes, Jack Garratt, Son Lux et Flo Morrissey) mais on se sent plus proche musicalement des Transmusicales de Rennes. On a la même envie de faire découvrir les groupes et les tendances de demain.

    12233367_10206479776207977_1907605976_n.jpgMais à côté, le Sonic Visions, c’est aussi des conférences qui ont lieu en journée. Elles sont sold-out chaque année. On y a une approche plus théorique de la musique. L’industrie musicale n’est pas très développée au Grand-Duché et on essaie d’apporter certains outils aux personnes présentes. On essaie de leur apporter des clés pour essayer de percer. Par le passé, on a eu comme intervenant l’ancien manager de Stevie Wonder, un autre qui s’est occupé de Pink Floyd ou The Clash, un big boss de Youtube, ... Cette fois, on accueillera notamment Jesper Gadeberg, chroniqueur au Huffington Post mais dont le travail est avant tout de placer des musiques dans des publicités. Il a bossé notamment pour le festival de Cannes. Benji Rodgers, le président de Pledgemusic, une société qui fournit aux artistes tous les outils pour atteindre plus facilement leurs fans sur le net, sera également là. Comme beaucoup d'autres acteurs du monde de la musique. »

     

    Un concept qui change (un peu). « L’an passé, nous étions sur trois soirées, dont une réservée à des groupes de la grande région. Cette dernière n’existe aujourd’hui plus. Simplement parce que le projet européen « multipistes » qui était derrière son organisation a cessé. Et comme de notre côté, on avait une grosse envie d’organiser une soirée métal, on a pris cette option. Le métal est très dynamique dans cette région. Il existe une grosse « fan base » qui va aux concerts, achète encore des albums, des magazines, … C’est ainsi que ce jeudi, on accueillera deux belles têtes d’affiche : les Norvégiens de Shining et les Australiens de Caligulas Horse. Ils seront accompagnés par cinq autres groupes luxembourgeois, lorrain et allemand.

    Il y a aussi eu, pour la première fois, un « warm up » vendredi dernier avec notamment l’Australien Josef Salvat, un des jeunes qui montent, et les Américains de Son Lux, un des meilleurs groupes indépendants à voir en live en ce moment (NDLR : on confirme !). Deux artistes qu’on voulait absolument programmer … mais dont les dates de disponibilité ne convenaient pas avec les dates du festival. D’où cette soirée placée juste une semaine avant le festival. 

    Pour le reste, les deux grosses soirées habituelles, vendredi et samedi, ne bougent pas. »

     

     Son Top 5 des découvertes à faire. « Mon Top 5 ? Ouh c’est difficile… Il y a tellement de découvertes à faire ces vendredi et samedi à la Rockhal. C’est la philosophie de l’événement ! Mais je dirais :

    2015ALGIERS_press_220515.hero.jpg- Algiers (USA) : ces rockeurs américains ont sorti un (premier) album incroyable. Et sur scène, ils sont très bons. Ils affichent un gros charisme.

    - Rag N Bone Man (Ang) : un Londonien qui vient du hip-hop mais possède une vraie inspiration soul. Très charismatique, lui aussi. Et puis, il a une voix à vous couper le souffle. Il est déjà dans les charts anglais mais son potentiel est incroyable ! Et il se produira chez nous avec tout son band. Je l’ai déjà vu, ce sera énorme !

    - Alex Vargas (Dan) : il est Danois mais vit en Angleterre. Il s’est révélé l’été dernier au festival américain SXSW, puis à Glastonbury. Son premier album sortira en 2016. Une musique minimale avec une voix incroyable. Celle-ci est suave, tout en pouvant monter très haut et afficher beaucoup de profondeur.

    - 3SomeSisters (Fra) : le groupe qui sert actuellement de « backing band » à Yael Naim en tournée. Ils ne font que deux dates cet automne : le Sonic Visions et les Transmusicales. 2016 risque bien d’être leur année. Ils sont francophones mais proviennent d’un peu partout. Leur musique électro aussi est multiple, polyphonique, voire plutôt transgenre ou inclassable. Un ovni !

    - Haelos (Ang) : c’est le trip-hop de 2015 ou plutôt même de 2016 ! Il y a un côté Jungle mais aussi un petit peu de XX ou de Portishead. Un gros coup de cœur. »

     

    12193385_10153317436582620_8389573833126005549_n.jpgLes têtes d’affiche. « L’ambition n’est pas de programmer de grosses têtes d’affiche comme on peut en voir à la Rockhal ou durant l’été en festival. On cible les groupes qui ont brillé ces derniers mois comme Alabama Shakes ou Fakear et ceux qui vont faire parler d’eux comme AaRON, dont le troisième album vient de sortir et qui possède une vraie histoire avec notre salle. La première fois qu’ils sont venus chez nous, c’était au moment de la sortie de leur premier album. Ils avaient chanté dans notre café devant un public situé à quelques centimètres d’eux…

    Et puis, en tête d’affiche, on a également un groupe comme Death Cab For Cutie, qui est vraiment culte pour les fans de musique indé. Ou bien le Suédois José Gonzalez qui jouera pour la première fois en solo au Luxembourg. Le genre d’artiste qui possède suffisament de fans pour remplir sur son seul nom une Ancienne Belgique. »

    > recueilli par Julien Carette