five days

  • Willow a bien lancé le vendredi soir!

    Le groupe louvaniste a rempli et enthousiasmé l'AB Club juste avant le week-end. Un deuxième album "Plastic Heaven" sous le bras, il trimballe depuis plusieurs semaines sa musique indie-pop aussi bariolée que ses chemises sur scène.

    La salle bruxelloise était finalement sold out sur le coup de 20h, heure d'arrivée des trois jeunes gens de Five Days qui ont bien rempli leur mission en amuse-bouche. Troisièmes du Humo Rock Rally 2014, ils connaissent actuellement un début de notoriété grâce à une série de très chouettes reprises commandées par Studio Brussel. "I Can't Live In A Living Room" de Red Zebra s'est par exemple métamorphosé sans perdre son caractère original. Un coup de maître et un des points culminants d'une setlist se rapprochant parfois (trop...?) fortement de Puggy.

    willow,five days,ab, ab club

    Une prestation qui donnait l'eau à la bouche pour le reste de la soirée. Et voilà les membres de Willow qui arrivent petit à petit au son de "Two Children", issu du premier album "We The Young" sorti en 2012. "Gold" accélère un peu la cadence  avec la voix délicieusement 80's de Pieter-Jan Van Den Troost. Le single "Danger" fait tout le contraire de la signification du morceau "Temperature Drop", empruntant quasi le début de "Kids" de MGMT. Le nouveau single "Stay Stay Stay" (dont on attend avec curiosité la vidéo la semaine prochaine, tant le groupe nous a habitué à de jolies trouvailles) est moins convaincant que le sautillant "Remedy" qui termine la première partie.

    La reprise guitare-voix de "A New England" de Billy Bragg engagera les rappels de jolie manière. Retour du groupe et l'excellent "Weeping Giants ("la première chanson que nous avons écrite est jouée à la fin!" s'exclamait le chanteur), beaucoup plus rock, permettait aux spectateurs de quitter la salle avec un grand sourire. Une belle manière de commencer le vendredi soir de la part d'un groupe qui possède par ailleurs encore une marge de progression. >Philippe Sadre