football

  • Coupe du Monde (1): Un air d'Enzo Scifo

    On y est presque, encore quelques jours avant le début de la Coupe du Monde marquant le grand retour de la Belgique après douze ans d'absence. Pour l'occasion, nous parlerons chaque jour d'une chanson sortie spécialement pour l'occasion. Pas de réel "Top 5", mais un petit compte à rebours musical doublé d'un coup dans le rétroviseur, pour se mettre dans le bain...

    Commençons en douceur avec un classique. Pas le Grand Jojo, mais il s'agit bien de la même époque. Mexico 86 et sa formidable épopée des Diables Rouges. Certains d’entre vous peuvent peut-être même encore la fredonner, cette magnifique histoire à l’italienne chantée par Enzo Scifo. Avec un clip (pas -encore?- retrouvé sur internet…) tourné durant le stage à Ovronnaz, digne d’une pub pour une eau minérale, tellement on sent que le Enzo aime l’air frais des montagnes.

    Une mélodie signée Toto Cutugno (il s’agit en fait d’une adaptation de son titre “Innamorati” sorti en 1981) et des paroles de Jacques Duvall (Alain Chamfort, Lio ou encore Elsa figurent à son palmarès), pas mal… Sauf pour le succès commercial apparemment, malgré son lancement juste avant le début du Mundial 86.

    "En Belgique, il ne faut pas mélanger les genres"

    Voici un témoignage du parolier bruxellois retrouvé sur le net: “J'étais fan d’Enzo. Au moment où on était en studio, il était la nouvelle sensation du foot belge. Quand le disque est finalement sorti, il était devenu un joueur mis en question, comme c’est souvent le cas après une percée fulgurante. Je voudrais ajouter qu’Enzo jouait de la guitare et s’intéressait à la musique. Je voyais “Gagné d’avance” comme une chanson à la gloire de ces immigrés italiens qui réussissent partout dans le monde à force de confiance et d’optimisme. Les paroles peuvent s'appliquer à Sinatra, Di Maggio, Travolta, c'est comme ça que je le vois."

    Pour sa part, Scifo déclarait à Sud Presse en 2011: "Je me souviens de l'enregistreur posé sur un rocher, le disque qui tournait, et moi qui faisais bouger les lèvres (sic). J'avais minimisé l'impact de ce disque, j'ai compris qu'en Belgique, il ne faut pas mélanger les genres."

    D'autres footballeurs n'en ont pas pris de la graine, nous le verrons plus tard...

     

    > Philippe Sadre