hundreds

  • Nuits du Bota (J9): La richesse de Son Lux

    Deux concerts seulement au programme de l'Orangerie hier soir, mais le vieil adage qui contient "qualité" et "quantité" a de nouveau montré toute sa pertinence.

    Place tout d'abord à la famille Wilner, qui forme le duo allemand Hundreds. Un trio sur scène, avec Eva au milieu de deux musiciens (dont le frangin Philipp devant une véritable étagère contenant clavier et autres appareils) qui, sur une petite estrade, tournent à 3/4 le dos au public. La musique, tantôt électro inquiétante, tantôt pop est subtilement accompagnée par la voix et la présence de la chanteuse. Ca nous fait penser à Dido qui se promène seule dans la forêt quand la nuit tombe. Des atmosphères fort intéressantes qu'on retrouvera sur "Aftermath", leur deuxième album disponible début juin en Belgique.

    Il est aussi question d'un nouvel album pour Son Lux, à savoir le troisième et déjà fortement acclamé "Lanterns". Derrière ce nom et ses claviers se cache le New-Yorkais Ryan Lott, accompagné sur scène d'un guitariste et d'un batteur. Tous les trois ont participé, simultanément ou non, à la rythmique forte qui a servi de fil conducteur. Et sans jamais en mettre un dans l'ombre, une vraie équipe. Pas facile en tout cas de classer ces morceaux, entre extrême douceur voire mélancolie et des parties plus fulgurantes voire tribales. Dans les deux cas, le chanteur garde la même inspiration et habite subtilement ses compositions de sa voix limite "cassée".

    Un magnifique et intense "Lost It To Trying" clôture la première partie de concert, qui sera agrémenté de deux morceaux plus calmes. Après le plus ancien "All The Right Things", Ryan prend congé de ses fans seul avec le joli "Lantern Lits". Avis aux amateurs, Son Lux reviendra plusieurs fois en Belgique cet été, ne les ratez pas/plus...

    > Philippe Sadre