maximo park

  • 22 nouveaux noms (dont Bertrand Cantat) pour le festival de Dour

    visuel_dour_2014_290x290.pngLe festival de Dour a annoncé 22 nouveaux noms pour son édition 2014. Avec en tête d'affiche Detroit, le nouveau groupe de Bertrand Cantat, mais aussi Maxïmo Park, Paul Kalkbrenner, Disiz, Pfel [(C2C/Beat Torrent)], Raekwon, Sick Of It All, Cerebral Ballzy, Dub Inc, Naâman, Biga Ranx, Joke, Hudson Mohawke, Jackmaster & Oneman [present Can U Dance], Totally Enormous Extinct Dinosaurs [dj set], Bondax [live], Doctor P, TC [& MC Carasel], Friction [& Linguistics], The Hard Way, Metrik [& MC AdApt], Levela.

    Pour rappel, Dour, c'est du jeudi 17 au dimanche 20 juillet.

  • Maximo Park en interview : "La tournée qui débute ce lundi à Bruxelles nous excite"

    Maximo Park.jpgMaxïmo Park a une grosse actu en ce moment: leur nouvel album (le cinquième) est sorti voici quelques jours et une grande tournée débute. Le groupe de Newcastle sera à Bruxelles ce lundi soir et au Luxembourg (à la Rockhal) le 24 février.  Le chanteur, Paul Smith, nous a accordé une interview voici quelques jours. A lire ci-dessous.

    Paul, les deux premiers singles de votre nouvel album Too Much Information, "Brain Cells" et "Leave This Island", étaient très calmes, sombres et électroniques. Cela avait de quoi décontenancer un peu votre public...
    Oui et non. En sortant d’abord ces deux premiers morceaux, on voulait surtout attirer l’attention
    sur notre capacité à faire autre chose que du rock à guitares.
    Pour ceux qui ne nous connaissent pas, ces morceaux peuvent être une porte d’entrée intéressante vers notre univers. Et pour nos fans, c’est l’occasion de nous découvrir différemment.
    Vous n’avez pas peur de dérouter les fans ?Maximo-Park album.jpg
    Non. Je crois qu’il est important d’essayer de faire de nouvelles choses. On avait envie de changement. Mais que les fans se rassurent : l’album est très diversifié… On continue à faire du Maxïmo Park !
    Vous n’en avez donc pas marre des guitares…
    Non, pas du tout ! Certains morceaux sont même très rock, limite punk. L’album est très éclectique. Nous écoutons tous des choses très différentes. Dans Maxïmo Park, certains aiment la musique électronique, d’autres écoutent de la techno, d’autres encore de la country ou du rock… Bref, le
    disque est un mélange de toutes ces influences. Personnellement, j’ai même écouté les Pet Shop Boys durant l’enregistrement !
    Vous êtes réputé pour être un groupe très « littéraire », limite intello…
    Oui, c’est vrai qu’on lit beaucoup.  Pour ma part, cela influence les textes que j’écris. Durant l’enregistrement du disque, j’ai beaucoup lu Don DeLillo par exemple. C’était très inspirant !
    À quoi fait allusion le titre de l’album, Too much Information ?
    Justement, au fait que nous soyons très bavards dans nos paroles… Pour certains, faire de la
    musique pop avec de vraies paroles, c’est « trop d’informations »… C’est cela que traduit ce
    titre.
    De tous les groupes qui incarnaient le renouveau du rock anglais au début des années 2000, vous êtes l’un des rares survivants, avec Franz Ferdinand… C’est quoi, votre secret pour durer ?
    Dans Maxïmo Park, il n’y a pas de leader. C’est une vraie collaboration entre nous, tout le monde s’implique, tout en gardant sa liberté d’aller vers des horizons différents. On ne fait pas de plan de carrière, on n’exploite pas un filon, et au final on continue tout simplement à aimer ce que l’on fait.
    La tournée débute en Belgique et au Luxembourg. Excité ?
    Bien sûr ! Vous aurez la primeur de notre tout nouveau show! Pour l’instant, nous n’avons joué les nouveaux morceaux que pour des radios anglaises… Mais on sait que l’ambiance est bonne au Luxembourg, nous sommes impatients de voir ce que cela donne !
    Pas trop difficile de reproduire les sonorités électroniques des nouvelles chansons sur scène ?
    C’est vrai que tant qu’on est en studio, on ne pense pas à cela. On se contente de faire les meilleures chansons possibles, mais on ne pense pas à comment elles vont sonner en live ! (rires) Mais il y avait déjà des claviers sur scène, des boîtes à rythme, etc. Une chose est sûre : nos concerts resteront très énergiques !

    Interview réalisée par Romain Goffinet