mia's

  • Oscar and Stromae, grands vainqueurs des MIA's

    La huitième édition des Music Industry Awards s'est déroulée hier à Lint (province d'Anvers) devant un large parterre de la musique "made in Vlaanderen"... en Brussel! Une cérémonie se voulant haute en couleur mais qui n'a surtout valu que par ses invités musicaux: Triggerfinger, Gabriel Rios, Oscar and the Wolf ou Netsky feat. Selah Sue qui, malgré une solide différence de stature, a bien remplacé Beth Ditto sur "Running Low".

    logo_mias_590x300.jpgStromae avait trusté les prix l'année passée avec huit statuettes (qui ressemblent à s'y méprendre à une machine à laver), il s'est contenté de la moitié hier: meilleur artiste masculin, pop, clip ("Ta Fête") et "live act". Présent (il expliquait avoir interrompu ses vacances... à Bruxelles!) et accompagné de sa maman, il s'est fendu comme en 2014 de nombreux "Bedankt" et de remerciements en français. Avec quatorze MIA's au total, le voici recordman avec deux longueurs d'avance sur Milow.

    Autre vainqueur de la soirée, Max Colombie et son groupe/alter ego, Oscar and the Wolf: Alternative, Révélation et Album de l'année sont tombés dans son escarcelle. Ce matin sur les ondes de Studio Brussel, il avait une fameuse tête... de vainqueur, puisqu'il n'avait apparemment pas dormi de la nuit et ne savait où étaient les récompenses... Santé Max! 

    Gabriel Rios a remporté le fil rouge de la soirée, à savoir la chanson de l'année, choisie par les téléspectateurs via SMS. Le superbe "Gold" a logiquement devancé "Ta Fête" de Stromae, "Find Tomorrow (Ocarina)" de Dimitri Vegas & Like Mike et "She's after my piano" de 2 Fabiola feat. Loredana. Le Porto-Ricain s'est également vu récompenser du titre d'auteur-compositeur de l'année. 

    Triggerfinger et Selah Sue ont quant à eux été élus respectivement groupe et artiste féminine de l'année. Finalement, un "Lifetime Achievement Award" a été attribué au regretté Luc De Vos, l'âme du groupe Gorki, dont la jolie ballade "Mia" a non seulement inspiré l'acronyme de la cérémonie mais est surtout devenue un monument de la chanson néerlandophone. >Philippe Sadre