rockhal

  • Bob Dylan à la Rockhal et à la Lotto Arena en avril

    Vous avez envie de voir à l'oeuvre le récent Prix Nobel de littérature? Sachez qu'il sera en concert au Luxembourg le 22 avril prochain, à la Rockhal d'Esch-sur-Alzette à deux pas de nos frontières, et à la Lotto Arena d'Anvers deux jours plus tard. Les deux seules salles de concert que fréquentera Dylan au printemps en dehors de la Scandinavie et des îles britanniques. Du moins selon la liste de concerts publiée ce mardi. 

    Les tickets seront en vente à partir de ce mercredi 14 décembre à 10h pour Anvers et ce vendredi 16 décembre à 10h au Luxembourg.

  • Belles (re)découvertes luxos à l'AB!

    Le Club de l'AB servait de cadre mardi à "Luxembourg sounds like...", une soirée qui permettait de mieux faire connaître la scène musicale luxembourgeoise. Organisé par l'asbl Music : Lx et la Rockhal, cet évènement initialement prévu en novembre et annulé suite aux menaces terroristes a donc pu être reprogrammé. Pas à une date idéale mais qu'importe, les troupes étaient plutôt motivées pour l'occasion.

    munity on the bounty,fox,say yes dog,ab,ancienne belgique,rockhalLe public, arrivé au compte-goutte, se plaçait en un arc de cercle poli pour Fox, le premier groupe de la soirée. Très à l'aise, les membres demandaient finalement aux gens de se rapprocher de la scène. Leurs chansons rock sont propres et bien fignolées. Trop? Peut-être, mais bon...

     

    Les six gars sont bien en place et enchainent les morceaux de qualité. Du joli travail pour un premier album éponyme sorti récemment. "Amusez-vous et buvez plein!" lance le percussionniste Aloyse. A noter qu'il s'agissait de leur premier concert hors Grand-Duché. 


    IMG_0965.JPG

    Un passage au bar et au merchandising et pan!, sans crier gare; la Mutiny on the Bounty a commencé. "North Korea" du deuxième album met les choses au point: ça gesticule dans tous les sens aux riffs ravageurs de ce math-rock nourri aux pilules énergétiques. Le premier rang emboîte le pas, ça donne une belle petite bamboula.

    Fondé en 2004, le groupe a de la bouteille, c'est clair comme de l'eau de Beckerich. En témoignent de longues tournées qui le fait souvent s'arrêter en Angleterre," avec ses salles un peu pourries", entend-on dire le guitariste Nicolas Przeor en souriant. Et sans aucun morceau chanté donc, à l'instar de "Digital Tropics", leur troisième album sorti fin 2015. Les grands ducs de la soirée! A voir notamment au PaCRocK le 23 avril prochain.

    IMG_1011.JPG

    Pas facile du coup pour Say Yes Dog de faire cesser les chuchotements, malgré les cette question existentielle dès la première chanson: "Would you be my girlfriend?". Mission rapidement remplie cependant grâce à une électro-pop terriblement dansante accompagnée par une voix assez intrigante. Le quotidien anglais "The Guardian" les a déjà comparé à Hot Chip (écouter "A Friend" notamment), on ne peut pas leur donner tort. Moins "intello", mais pas moins intéressant. Et certainement tout aussi sautillant.

    Le trio. se trouve actuellement en France avant de prendre la route de l'Allemagne et de l'Autriche en avril. Son premier album "Plastic Love" est sorti il y a quelques mois. A noter également qu'il est composé de deux Berlinois (où le groupe est actuellement basé) et d'un Luxembourgeois... On est bon!

    Comme toute cette soirée découverte d'ailleurs... Et pourquoi pas remettre ça chaque année?

    >Philippe Sadre 

  • L'Ancienne Belgique devient luxembourgeoise le temps d'un soir

    Annulée en novembre dernier suite aux menaces terroristes, la soirée "Luxembourg sounds like" à l'Ancienne Belgique a été re-programmée il y a plusieurs semaines déjà. Malgré les évènements dramatiques récents, le rendez-vous du mardi 29 mars au Club de l'AB devrait être maintenu. De quoi découvrir, gratuitement en plus, ce que nos voisins ont dans le ventre! 

     

    ancienne belgique,rockhal,fox,say yes dog,mutiny on the bountySi certains noms de salles (l'Atelier et la Rockhal par exemple) sont devenus familiers, il n'en est pas encore de même pour les artistes grand-ducaux. C'est d'ailleurs la Rockhal d'Esch-sur-Alzette et l'asbl Music:Lx qui organisent cette soirée à l'AB, prévue initialement dans le cadre de la présidence luxembourgeoise de l'Union Européenne. 

    A l'affiche: trois groupes dont les styles se croisent mais possédant chacun leur son propre. La soirée débutera  avec la musique intemporelle de Fox. Six musiciens qui forment un ensemble entremêlant les différentes décennies rock et pop.

    Ensuite, ce sera au tour du "mix of math-rock and post-core, whatever that means..." - voir clip ci-dessous-) de Mutiny on The Bounty, d'investir le très sympathique grenier de l'AB.

    Ils laisseront la place à Say Yes Dog, dont l'electropop a déjà été comparée à Hot Chip entre autres. Leur premier album "Plastic Love" est sorti en septembre dernier, ils devraient bien en avoir toujours quelques-uns de dispos ce mardi!  >Philippe Sadre

     

    Fox

     

    Mutiny On The Bounty

     

     

    Say Yes Dog

     

  • Macklemore & Ryan Lewis, Ben Harper, Birdy, James Bay, Coeur de Pirate, Bloc Party, ... et beaucoup d'autres au Luxembourg

    On fait le point sur tous les concerts annoncés ces dernière semaines au Grand-Duché de Luxembourg. 

    1619643_10152952199435348_3246125391733705494_n.pngAtelier

    Les rappeurs de Macklemore & Ryan Lewis joueront le 8 mars à la Rockhal. Le trompettiste star du jazz Ibrahim Maalouf viendra, lui, dans la capitale luxembourgeoise le 31 mars à l'Atelier. 

    Au niveau rock indépendant, on note les venues des New Yorkais de DIIV (le 9 avril à l'Atelier) et des Anglais de Bloc Party (le 17 avril à l'Atelier). 

    Plus grand public, Birdy (le 29 avril à l'Atelier) et le jeune Britannique James Bay (le 27 juin à la Rockhal) seront aussi au rendez-vous. 

    A signaler, le changement de date pour les Anglais de Wolf Alice. Ils ne joueront pas le 20 février mais bien le 30 août. 

    3342091311.42.jpegRockhal

    A la Rockhal, on note certains artistes francophones comme Feu Chatterton (le 10 mars), l'artiste de l'année des dernières Victoires de la musique Vianney (le 7 avril) ou Coeur de Pirate (le 12 avril). 

    Matt Simons, l'auteur du tube "Catch & Release", sera, lui, de passage le 19 avril, avant que Korn ne soit de retour le 31 mai. 

    Last but note least, Ben Harper jouera également au Luxembourg le 21 octobre du côté de la Rockhal. 

    logo-kulturfabrik-ti-u73lpn.jpgKulturfabrik

    Enfin, la salle eschoise de la Kulturfabrik a, elle, annoncé la venue de l'artiste électro français Rone le 4 mars. 

  • Massive Attack est de retour avec un EP et Tricky

    Massive-Attack-Ritual-Spirit-EP-cover-art.jpgAprès avoir lancé plus tôt ce mois-ci une nouvelle application mobile baptisée Fantom, Massive Attack a officiellement publié ce jeudi un nouvel EP intitulé Ritual Spirit. Un mini album  constitué de quatre collaborations avec Tricky, Roots Manuva, Young Fathers et Azekel.

    Son tracklisting est le suivant : 01. Dead Editors (feat. Roots Manuva) 02. Ritual Spirit (feat. Azekel) 03. Voodoo In My Blood (feat. Young Fathers) 04. Take It There (feat. Tricky & 3D). Ce dernier morceau a même droit à un clip à voir ci-dessous.  

    Pour rappel, le groupe sera aussi en concert très bientôt par chez nous: le 9 février à la Rockhal d'Esch-sur-Alzette et le lendemain au Palais 12 à Bruxelles. 

  • La Rockhal fait la fête au rock belge ce samedi 5 décembre

    greetingsfrombelgium.jpgCe samedi 5 décembre, la salle de la Rockhal du côté d'Esch-sur-Alzette organise une soirée spéciale. Elle est baptisée "Greetings From Belgium" et fera la part belle au rock belge. 

    "Le concept "Greetings From ..." vient d'une envie. Celle de proposer plus de diversité dans notre programmation et notamment élargir notre choix culturel" glisse Arnaud Velvelovich, programmateur au sein de l'organisation luxembourgeoise. "Mais l'agenda de la salle est déjà très chargé. Du coup, on a pensé à organiser des soirées thématiques propres à certains territoires. Avec l'idée de promouvoir des groupes émergents. Le tout dans notre nouvelle salle, The Floor, et pour un prix très attractif (NDLR: 10 euros en prévente)."

    Avec Roscoe, Paon et It It Anita


    roscoe_r.jpgAprès un arrêt en Scandinavie pour la grande première voici quelques semaines, place donc à "Greetings From Belgium". "La soirée belge était, dès le début, une de nos priorités et restera certainement une soirée régulière" continue Arnaud. " Nous sommes proches culturellement de la Belgique, une partie de notre équipe est d'ailleurs belge et surtout, nous avons beaucoup de demandes de groupes souhaitant venir jouer chez nous. Et réciproquement, nous avons beaucoup de groupes flamands comme wallons dans notre radar."

    Les trois élus de ce samedi sont Roscoe, Paon et It It Anita. "Paon est un groupe que nous voulions proposer depuis un moment. Ils ont énormément de talent! Et avec la sortie en France de leur excellent album en octobre (NDLR: l'album Paon déjà paru chez nous), l'occasion s'est présentée.

    Roscoe, eux, avaient réalisé leur résidence chez nous il y a quelques années. On se devait de les faire revenir avec leur nouvel album, "Mont Royal".

    Enfin, It It Anita est un de nos derniers coup de coeur de la rentrée.

    A côté de ces trois groupes, il y a encore plein d'autre projets belges avec qui nous sommes en discussions. Du coup, une nouvelle soirée "Greetings From Belgium" se tiendra à coup sûr en 2016."

    Mais avant ça, rendez-vous samedi à la Rockhal pour (re)découvrir trois fleurons de la musique wallonne! 

    >J.C.

  • St Germain: "J'ai oublié un disque d'or sur un trottoir"

    stgermainpochette.jpgAvant son concert ce vendredi à la Rockhal à Esch-sur-Alzette, nous avons eu la chance de converser avec Ludovic Navarre alias St Germain. Histoire de parler notamment de son nouvel album Real Blues

    Il y a quinze ans, vous cartonnez avec "Rose Rouge", "So Flute", etc., puis plus de nouvelles du tout. C’est étrange de « partir » en pleine gloire, non ? Manque d’inspiration ?

    De 2000 à 2002, j'ai fait plus de 250 concerts dans le monde. Après j'ai eu besoin de faire un break musical. J'ai produit en 2004 l'album de mon trompettiste SOEL sur le label Warner Jazz. Un dernier concert en Chine en 2005. En 2006, j'ai commencé la préparation de mon nouvel album avec les mêmes musiciens. J'ai tout effacé, ne voulant pas me répéter... J'ai commencé alors mes recherches vers la musique africaine.


    Avez-vous passé du temps en Afrique, vu que l’album fait référence aux musiques du Mali, etc. ?

    Je ne suis pas allé en Afrique. Il y a une importante communauté malienne à Paris avec des musiciens qui jouent des instruments traditionnels. La musique malienne est celle qui m’a semblé la plus proche du blues. Je suis arrivé au Mali aussi sur internet, en découvrant les Chasseurs de ce pays, des prêcheurs qui font une musique de voix et boucles hypnotiques. Je cherchais un son "roots". Des gens qui font les cérémonies, baptêmes et autres hommages aux familles. Des griots. Des chasseurs-guérisseurs du Mali. Un des chanteurs présents sur l’album (sur le titre "Family Tree"), Adama Coulibaly, est un de ces hommes-là…

    MG_4824.jpgQu’est-ce qui vous a donné envie de revenir sur le devant de la scène, avec disque et une tournée ?

    La découverte des instruments traditionnels. Je m'intéressais à la musique africaine depuis longtemps, aux voix également. Sur le titre "Sit-in Hère", la chanteuse Nahawa Doumbia, une diva au Mali, a accepté d'interpréter un de mes titres traduit en Bambara dans un studio à Bamako. J'aimerais l'inviter à me rejoindre sur scène très vite…

    Vous êtes plutôt du genre discret, voire timide. Le live, pour vous, c’est une expérience que vous appréciez ? D’ailleurs, à quoi ressemble un live de St-Germain pour ceux qui ne vous ont jamais vu en concert ?

    Je suis très heureux de faire découvrir ce nouvel album. Nous sommes huit sur scène avec des instruments traditionnels comme la fora, la guitar n'Goni mais aussi des claviers, une batterie, une guitare basse, du saxophone, de la flute, etc. Mon rôle est celui de chef d'orchestre, je dirige les musiciens, je balance les effets et les voix samples.

    Vous avez déjà joué en Belgique et au Luxembourg ? Des souvenirs particuliers ?

    Oui, en Belgique, c’était aux Halles de Schaerbeek. Puis deux fois à Forest National, Werchter, le Pukelpop et le Cactus festival. Je me suis également produit à L’Atelier au Luxembourg. Récemment, j’ai joué  à l'Ancienne Belgique (NDLR: le 11 novembre 2015). Le public était formidable et fidèle.

    Une anecdote ?

    J'ai oublié le disque d'or belge de Tourist (NDLR: son album de 2000) sur un trottoir ! J'étais confus, il a été récupéré, heureusement, par quelqu'un de la maison de disque qui me l'a fait parvenir…

    Comment envisagez-vous la suite de St Germain ? Allez-vous à nouveau disparaitre dans la nature durant 15 ans ou êtes-vous de retour pour de bon ?

    J'ai déjà une idée mais c'est un secret!

    >Romain Goffinet

  • AaRON: "Le lien avec le public est toujours là"

    aaron,we cut the night,sonic visions,rockhalAprès une première soirée "Warm Up" vendredi dernier (avec Son Lux et Josef Salvat), le Sonic Visions, le festival hivernal de la Rockhal à Esch-sur-Alzette, prendra véritablement son envol jeudi pour trois soirées de haute qualité. Avec notamment au menu le duo français AaRON ce vendredi. Avant ce rendez-vous, nous avons tapé la causette avec Simon Buret, le chanteur du duo hexagonal. Histoire d'évoquer, outre leur venue à Luxembourg, leur troisième album sorti voici quelques jours.  

    Sudpop: Votre 3e album, We cut the night, est plus sombre que les précédents, plus électronique aussi. Comment expliquez-vous cela ?

    Simon Buret: Plus électronique oui, plus sombre je ne sais pas… Vous trouvez ? Il est vrai que le thème de la nuit est bien présent, mais c’est une nuit éclairée alors… C’est marrant, moi je trouvais le disque plutôt lumineux. Comme quoi… Disons que c’est un album plus centré, plus intime. Ce qui fait que vous pouvez peut-être avoir cette impression.

    OK ! Mais on a en tout cas le sentiment que vous repartez à zéro, que vous avez fait table rase du passé…

    Oui, complètement. Je trouve qu’il est important de laisser de la place à la page blanche, pour ne pas faire de redites. Nous, ce qui nous intéresse, ce n’est pas de reproduire les formules du passé, mais d’aller chercher ce qui va se passer ensuite !

    aaron-en-concert-lechonova-en-novembre.jpgQuand on connaît un énorme tube au tout début de sa carrière, je fais allusion à "U-Turn (Lily)", est-ce que cela a un côté paralysant pour la suite ?

    Vous trouvez qu’on a eu l’air paralysés ? (rires) Non, pas du tout. Peut-être que si on avait galéré pendant des années et qu’on avait sorti ce tube, cela aurait pu nous bloquer pour la suite, mais ce ne fut pas le cas. On a eu de la chance, le premier disque s’est très bien vendu, c’était un beau feu d’artifice de départ ! Le deuxième disque s’est très bien passé également. L’angoisse, c’est plutôt : est-ce que j’aurais des choses à dire sur un 3e album? Il fallait être prêt, quitte à prendre du temps. Et nous l’étions.

    Cela fait dix ans que vous avez commencé AaROn, avec le succès que l’on connaît. Quel regard portez-vous sur ces dix dernières années ?

    Avec le succès, le regard des gens a changé, il faut bien le reconnaître. Quand je regarde dans le rétroviseur, je redécouvre tout ce qui s’est passé. Et je constate une chose : la seule constante, ce n’est pas le succès, c’est le mouvement. Tout bouge, tout le temps. Prendre conscience de cela, ça a été libérateur. Moi j’ai longtemps cherché à trouver ma place. C’est d’ailleurs un des thèmes de l’album. Aujourd’hui, je crois que je l’ai trouvée : ma vie est intimement connectée à AaRON, mais aussi à tout ce qui m’entoure. Je suis une vraie éponge ! En somme, durant les dix dernières années, j’ai grandi.

     

    "Je voulais que John Malkovitch préface l’album"

     

    Vous vous êtes offert John Malkovitch pour le clip de "Blouson Noir", sur votre nouvel album. Comment cette collaboration est-elle née ?

    On se connaissait via des amis communs. Je lui ai écrit une lettre sur la genèse de "Blouson Noir", un morceau que je vois comme une carte postale de New-York, où j’ai habité. Je voulais que John préface l’album, comme il le ferait pour un livre, en récitant un poème sur la musique de "Blouson Noir".

    AaRON-We-Cut-The-Night.jpgCela a fait un joli buzz…

    Oui, et un super teaser pour l’album.

    Comment sonnent les nouveaux morceaux sur scène ?

    C’est jouissif ! Le public est complètement dingue. On les a notamment testés en Belgique, où le public est super réceptif, tout en étant très attentif. Tout comme au Luxembourg d’ailleurs. Malgré nos quelques années d’absence, on a remarqué que le lien avec le public était toujours là. C’est tout simplement génial.

     

    "Au Luxembourg, on se croirait parfois dans le grand nord canadien"

     

    aaron_vanessa_filho_425x250.jpgVous aimez venir jouer au Grand-Duché et en Belgique ?

    Bien sûr, on est toujours très contents de passer la frontière. Quand on vient au Luxembourg, on est saisis par la nature, c’est tellement magnifique. On se croirait parfois dans le grand nord canadien ! Moi qui suis très connecté à la nature, j’adore.

    Votre album était à peine dans les bacs qu’il était déjà aussi sur le net… Cela vous ennuie ou vous vous en fichez ?

    Ah bon, l’album a déjà été piraté ? Vous me l’apprenez. Non, je ne m’en fiche pas. Cette façon de consommer les choses, je ne comprends pas. La musique, c’est comme la nourriture. C’est de la nourriture spirituelle. Or, cela ne vient quasiment à personne l’idée d’aller voler la nourriture dans les magasins. Il y a beaucoup de travail derrière ce disque, des tas de gens impliqués ! C’est dommage. Mais grâce au vinyle, cela change peu à peu. Les gens se réapproprient l’objet. Et nous, on accorde une grande importance à cela.

    >par Romain Goffinet

  • Oscar & The Wolf: "Je travaille sur un nouvel album"

    1628693944.jpgOscar & The Wolf sera ce jeudi soir dans le Club de la Rockhal du côté d'Esch-sur-Alzette. L'occasion de taper la causette avec Max Colombie, la principale tête pensante de ce fleuron de notre musique.

     

    Gros succès pour votre premier album. Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie ? 

    Ce succès, ça a changé toute ma vie ! Je ne vis plus que pour et grâce à la musique. Il ya des côtés positifs, comme tourner dans toute l’Europe, faire de belles rencontres, etc. Mais aussi du négatif parfois, comme le fait que je ne vois presque plus mes amis et ma famille. Après, le succès, c’est quelque chose de relatif : la Belgique n’est pas le monde ! Mais ça commence à pas mal fonctionner aussi en France, en Suisse et en Hollande… On commence à être connus. Il parait même que Nick Cave a dit qu’il adorait notre album ! Le fait de tourner beaucoup m’a permis de rencontrer des artistes que j’adore, comme MGMT ou Roisin Murphy (la voix de Moloko, NDLR), que l’on aime beaucoup et avec qui on va partir en tournée. Ça fait bizarre… 

     

    "Le nouvel album sera plus fort encore"

     

    Vous avez joué quelques fois au Luxembourg. Le concert que vous donnerez ce jeudi 29 octobre sera-t-il différent des précédents? 

    Oui, certainement. C’est un concert que l’on donne dans la foulée du Sportpaleis d’Anvers, qui est une date très spéciale pour nous, donc oui ce concert à la Rockhal sera différent du précédent. On testera des nouveaux morceaux. 

    Vous écrivez pour le moment ? 

    Oui, absolument. Je suis en train de travailler sur le nouvel album, qui sera plus fort encore ! Avant, j’écrivais juste des chansons pour écouter sur disque, maintenant je pense aussi à comment cela va sonner en live… 

    1041672893.jpgJustement, l’ambiance de l’album est très particulière. C’est facile de rendre cela en live ? 

    Disons qu’en live, je change un peu la couleur des morceaux, j’essaie de les rendre plus dansant et plus énergiques. Le live et le disque, pour moi, cela doit être deux choses très différentes. Je n’aime pas reproduire sur scène les morceaux de la même manière qu’ils sonnent sur le disque. 

    Le single « Strange entity » a été un gros succès. C’est quoi votre recette pour pondre un tube ? 

    (Il rigole) Il n’y a pas de formule ! Mais je dirais, pour réponde à la question, que ça doit être quelque chose qui n’existait pas avant : un truc original, catchy, sur lequel on peut chanter facilement ! Voilà ! 

    Un mot sur le public Luxembourgeois, que l’on dit parfois un peu froid… 

    Oh non, ç’a été ! On avait joué dans une toute petite salle (NDLR: le The Floor à la Rockhal), les gens étaient très gentils. Un très bon public. On est content de revenir. 

     

    "Stromae pourrait devenir aussi gros que Michaël Jackson"

     

    On a une très belle scène musicale en Belgique. Y a-t-il des groupes dont vous vous sentez poches ? 

    Vous savez, j’écoute assez peu de musique en réalité. Ce qui m’inspire, c’est surtout le cinéma, les séries, la peinture, ce genre de choses. Les groupes belges, je ne connais pas trop. Je ne sais pas ce qui passe à la radio.  A part Lana Del Rey, que j’aime bien. Sinon en Belgique, il y a juste Stromae, que j’adore. Lui, il pourrait devenir aussi gros que Michael Jackson ! 

    Vos projets avec le groupe ? La conquête du monde, comme Stromae ? 

    (Rires) Je n’ai pas de projet de domination du monde, non ! C’est trop égoïste. (sic) Mais si cela se passe, bon alors on verra ! 

    > Par Romain Goffinet

  • Macklemore & Ryan Lewis débuteront leur tournée européenne par Anvers (avant d'enchaîner avec le Luxembourg)

    macklemore & ryan lewis, Les rappeurs US Macklemore & Ryan Lewis seront sur les routes d'Europe début 2015. Le duo commencera même sa tournée par le Sportpaleis d'Anvers le 1er mars, avant d'enchaîner le 3 avec la Rockhal d'Esch-sur-Alzette. 

    D'ici-là, on devrait avoir eu droit à leur nouvel album dont le single "Downtown" est tiré. Il est forcément très attendu après le carton mondial de "The Heist" (avec les singles "Thrift Shop" et "Can't Hold Us") en 2012. 

    A noter que la première partie devrait être assurée par l'excellent jeune Américain Raury. 

    >J.C.