therapy?

  • BSF (J9): Giacomo, Andy, Dave, Ruben et les autres...

    Giacomo n'est pas du genre à heurter les sensibilités, quoique. Son néerlandais n'était pas encore al dente, c'est donc en anglais qu'il a exceptionnellement décidé de s'exprimer cette fois. Même devant un public encore assez peu nombreux, Romano Nervoso a encore une fois tout dévasté sur son passage, jusqu'à ce "Maria" final chanté au milieu du public. On ira même jusqu'à lui pardonner sa confusion entre Fabiola et Paolo. Oui oui, l'une est espagnole et l'autre italienne. Mais qu'importe, le roc bien burné des Louviérois nous a encore une fois fait chavirer. Les gars de Therapy? ont apprécié, et le feront d'ailleurs savoir pendant leur concert.

    triggerfinger,therapy?,flogging molly

    Place à Therapy? donc, un groupe cher à notre coeur. Le genre de groupe qu'on a vu dix fois mais qu'on est toujours content de voir une onzième. Pourquoi? Parce qu'Andy Cairns et ses potes sont sympas, ont la pêche et assument tout ce qu'ils ont fait dans leur carrière. Des bons gars quoi. Le genre qui se souviennent du prénom d'un confrère une dizaine d'années après l'avoir rencontré pour la dernière fois. Ou qui parlent du Roi en disant que chaque matin, il ouvre en fenêtre en criant le "Here I am motherfuckers!!!!" inaugural de "Nausea". On retrouve toutes les chansons les plus connues, et les autres parviennent à garder l'ambiance intacte. On se retrouve donc avec trois gars qui font leur truc à fond et qui accumule les "motherfuckers" sans que cela semble même déplacé. Bref, ils peuvent revenir et revenir, on reviendra et reviendra. "Fan-fuckin-tastic!"

    triggerfinger,therapy?,flogging molly

    D'autres Irlandais les suivront sur scène. Plus "Eire" mais issu de Los Angeles. les punk-Celtiques de Flogging Molly assurent depuis des années l'ambiance avec des shows énergiques, et la Place des Palais n'a heureusement pas été une exception à la règle. Dave King était en forme olympique avec sa grande barbe rousse et tous ses musiciens (bon, ok, la violiniste-flûtiste faisait un peu la gueule) étaient dans le même ton.  Ca sent bon les pubs (pas les pièges à touristes), l'amitié, et toute la Place des Palais se lance dans un petit pas de danse. Même les VIP "qui boivent leur kir royal, mais nous on préfère la Guinness. Viva la Revolucion!' Un excellent moment, avec en prime un peu de la canette du divin breuvage lancée par un des membres du groupe (Merci Den'!). 

    triggerfinger,therapy?,flogging molly

    Tête d'affiche de la soirée, Triggerfinger. Une nouvelle fois, ils faut être un habitué des ondes flamandes pour savoir que le groupe a bien plus à proposer que la reprise "I Follow Rivers" (d'ailleurs ignorée de la setlist au contraire d'une autre reprise, "Man Down" de Rihanna).  Le public n'est pas toujours "dedans" face à ce déferlement de son, mais le groupe parvient à capter de nouveau l'attention avec un show parfaitement huilé. Et que le chanteur Ruben et le bassiste "Monsieur Paul" pointent les projos sur le batteur Mario Goossens, véritable diable sortant de sa boîte. Quelques remerciements pour Therapy? et une interaction à distance avec Giacomo de Romano Nervoso (qu'on a vu beaucoup déambuler et danser pendant la soirée). "All this dancing around" et "This it" font augmenter les applaudissements avant deux rappels. Plutôt stylé et puissant.

     > Christophe Van Impe et Philippe Sadre

    Photos de Denoual Coatleven

  • Intergalactic Lovers, Benjamin Clementine, AaRON: le BSF prend également forme

    bsf,therapy?,intergalactic lovers,Aaron,

    Une bonne brochette de nouveaux noms vient d'être ajoutée au Brussels Summer Festival 2015, de quoi remplir les cases du mots croisés musical de la capitale.

    La Belgique s'octroie une belle part du gâteau avec des valeurs sûres comme Intergalactic Lovers, Novastar, Magnus, Kris Dane ou l'inoxydable Sharko. Niveau international, on note la nouvelle date belge (ce sera le 17 août à La Madeleine avec Kris Dane en première partie) de Benjamin Clementine après les Nuits Botanique. La France n'est pas mal représentée non plus avec les retours d'AaRON et de... Pierpoljak, Cats on Tree ou Yelle.

    Certaines scènes ont déjà belle allure: on a déjà parlé du duo Dane/Clementine, on peut aussi noter les Girls in Hawaii et Etienne Daho le 21 août et un trio Therapy?-Flogging Molly-Triggerfinger le lendemain, toujours sur la Place des Palais. Pas très "aventureux" diront certains, mais c'est plutôt cohérent et fédérateur, soit le plus important pour un festival de ce type. >Ph.S.

  • Therapy?, ces bons vieux potes

    En ce lundi de Pâques, les Nord-Irlandais les plus sympas de tous les temps ont réussi à secouer comme aux premiers jours une salle acquise à leur cause. Plus que jamais, l'image "c'est comme revoir des vieux potes" prend toute sa signification.

    On va éviter les références aux cloches et aux oeufs pour entrer directement dans le vif du sujet: en première partie, les Flandriens tendance metal de King Hiss ont décrassé les oreilles des spectateurs. Les chansons s'enchaînent bien, c'est puissant et le groupe partage parfaitement son énergie pour une mise en bouche réussie et bien suivie dans le public.

    therapy?,ancienne belgique,king hissMais voilà, ce dernier est là pour ses Therapy? adorés qui débutent avec "Still Hurts", le premier single issu de "Disquiet", sorti le mois passé. A peine le premier zakouski en bouche qu'Andy Cairns et son fidèle bassiste Michael McKeegan nous enfoncent dans la bouche "Isolation" et un féroce "Die Laughing". Résultat: une belle bamboula où, à l'instar des fans de sensations fortes dans les parcs d'attractions, les crowdsurfeurs retournent faire la file. Nouveau cadeau pour eux un peu plus tard avec le duo "Screamager" (lancé par une parodie "I wish that I could be like the cool kids, cuz all the cool kids... well, fuck the cool kids!")-"Teethgrinder".

    Les chansons du nouvel album passent pas mal et les deux gars pointent du doigt en souriant vers les spectateurs comme s'ils en reconnaissaient quelques-uns. C'est même pas impossible en fait... Salement touché par la grippe il y a une dizaine de jours, au point d'annuler deux dates en Angleterre, Andy a retrouvé quasi l'ensemble de ses moyens. Après un "Diane" chauffé à blanc, il sort de scène avec sa guitare, comme pour mieux y revenir. 

    "Knives" ("A love song!") ouvre le rappel, puis Andy se souvient de son premier passage au VK en 1993 avec les anciens "Skinning Pit", "Potato Junkie" et "Nowhere", toujours aussi fédérateur. Après une heure trente de concert, les trois lascars saluent le public bras-dessus bras-dessous, comme des... potes. >Philippe Sadre

  • "Disquiet", le... quatorzième album de Therapy? !

    therapy?,abOh, un nouveau Therapy? dans les bacs... OK, cette annonce n'excitera probablement que les die hard fans même si on prêtera une oreille attentive à ce quatorzième album, par respect pour la carrière du groupe toujours emmené de main de maître par Andy Cairns. Les critiques sont d'ailleurs positives et le single "Still Hurts" est du "Therapy?" pur jus.

    Andy et ses potes seront de retour dans une quinzaine de jours pour la... neuvième fois sur les planches de l'Ancienne Belgique, ce qui doit porter son total d'apparitions en Belgique à 527 (environ...), d'Ostende à Arlon... Une belle occasion, juste pour le plaisir, de réentendre les bons vieux "Stories", "Die Laughing" "Diane" et le début de "Nowhere Man" des Beatles pour lancer "Nowhere" tout court... Welcome to the "Church of Noise"!!! >Ph.S.

    Album: "Disquiet" (Amazing Records Co).

    En concert: Le 6 avril à l'Ancienne Belgique.