too tangled

  • Gaz Coombes en a gardé sous la pédale

    La Rotonde affichait finalement "complet" pour le volet belge de la tournée européenne de l'ex-Supergrass Gaz Coombes. L'Anglais a apporté son style, son sourire et son deuxième album solo "Matador" pour un bon concert qui manquait d'un quelque chose pour ajouter un "très" devant "bon".

    On passe directement et rapidement sur le duo "indie-wave-rock" gantois Too Tangled, qui présentait principalement son troisième album. Certaines chansons se laissaient écouter, d'autres étaient immédiatement oubliées. Même la reprise "Eisbaer" de Grauzone passait plutôt inaperçue... Comme leur prestation scénique, certes énergique mais un peu creuse.

    gaz coombes,too tangled

    Presque dix ans après avoir investi l'Orangerie avec ses joyeux compagnons de Supergrass, l'Anglais semblait plutôt content d'être là, "dans cette jolie salle". Supergrass. Un de ces groupes dont les potes disent souvent "Ouais, sympa, mais bon, voilà quoi..." Pourtant, de "Richard III" à "Moving" en passant par "St. Petersburg", les gars d'Oxford ont écrit de petites perles de pop-rock disséminées dans leurs six albums studio. On l'avoue donc volontiers, on aurait bien aimé en trouver au concert hier. Sans succès.

    Aurait-elle été la petite étincelle pouvant permettre à la salle de s'enflammer totalement? Peut-être. Guitare autour de la taille, Gaz commençait au piano avec "Buffalo", qui ouvre également sa dernière plaque. Un joli début, avec notamment le très délicat "One Of These Days". Premiers moments de somnolence avec "The Girl Who Fell To Earth", heureusement éliminés avec le dynamique "Hot Fruit" (issu de son premier effort "Here Come The Bombs") et "20/20", une des réussites de la soirée.

    En avant-plan par rapport à ses quatre musiciens alignés, il remercie beaucoup les spectateurs, fait une blague ou deux, mais ne parvient pas vraiment à créer un momentum parmi ces derniers. "The English Ruse" vrombit juste avant le break et surtout l'ultime "Break The Silence" récolte tout de même de nombreux et bruyants applaudissements. >Philippe Sadre