woosha!

  • Ostende sous orage, le Woosha! à l'eau

    Douche froide sur les festivaliers présents samedi pour la deuxième journée du Woosha! sur la petite plage d'Ostende. Un bel orage a en effet poussé les organisateurs à faire évacuer le site vers 22h40, juste avant des têtes d'affiches qui n'ont finalement pu monter sur scène malgré des conditions redevenues conciliantes.

    Reprenons le fil des évènements. On arrive pile-poil à 17h50 pour "Remedy", le single bien sympa des Louvanistes de Willow. La journée est 100% noire-jaune-rouge, même si ces artistes sont presqu'exclusivement connus au Nord du pays. Comme Soldier's Heart, qui offre une chouette électro-pop matinée de beats et de rythmes "japanisants" sous la tente.

    Un brin linéaire mais les singles "New Housie" et "African Fire" sont convaincants de même qu'une reprise sympa de "Broad Daylight" de Gabriel Rios avec un soupçon de "Day Dream". "Wicked Game" de Chris Isaak en rappel est sans prétention de la part de ces jeunes gens un peu foufous. Le temps de se retourner et Mintzkov balance les premières salves d'un rock un peu trop statique, malgré des singles agréables à la radio.

    image.jpgIl est 19 heures. Deux heures plus tard, Daan lance le début d'un concert "best of" qui a pourtant du mal à détourner les spectateurs de leurs conversations privées. Jusqu'aux premières goutelettes et "Icon", accueilli avec beaucoup d'entrain. La drache a commencé pendant les classiques "Housewife" et "Victory" qui ont fait bouger une plage commençant à sentir bon le sable mouillé.

    Détrempé même, ce qui permettait au duo Laston & Geo d'avoir plus de monde qu'ils ne pensaient pour leur dj set sous la tente à 22h. Un joyeux mélange qui réchauffait d'un coup... sec le public. Seulement voilà, quand il commence à pleuvoir à travers les piliers dans la tente même, ça va devenir compliqué. Il est 22h35, les deux compères quittent les lieux et il ne faut pas cinq minutes pour que la sécurité demande aux spectateurs d'en faire de même sous les éclairs.

    Le temps de se réfugier sous un porche ou une entrée de garage, il est 23h, ça commence à se calmer. Comme quelques dizaines de personnes restées à proximité de l'entrée, on va voir de plus près ce qui se passe quand la police annonce que le show est "volledig afgesloten, sorry". Assis à la terrasse d'un café du centre à 23h30, le ciel a fermé ses robinets et on se dit qu'on aurait été bien à l'aise en train de regarder la suite d'un programme qui mentionnait School is Cool et The Subs sur la scène principale jusque deux heures du mat'.

    Frustrant parce que l'orage était prévu depuis une semaine et qu'on se dit qu'on a vu pire en Belgique. Mais on ne pourra évidemment jamais reprocher à l'organisation de suivre l'avis de "cas de force majeure" émis par la police et les pompiers. Malgré la déception, les nombreuses réactions ont donné raison à cette décision: le drame du Pukkelpop en 2011 est encore présent dans tous les esprits.

    N'empêche, que le "Bon Dieu joue aux quilles" (ndla: expression liégeoise) le lendemain au même endroit pour le concert des Backstreet Boys, on aurait compris; mais là...

    > Philippe Sadre
    (photo de M.V.)