Sudpop

  • Arabnormal lance son premier extrait

    Jeter un coup d'œil distrait sur les réseaux sociaux. Puis tomber sur un nom connu et sur un son reconnaissable. Et enfin écrire une petite rubrique sur un groupe belge dont on va suivre avec plaisir les débuts.

    arabnormal.jpg

    Ce son et ce nom mènent vers Arabnormal, le nouveau projet de Younes Faltakh, le chanteur de The Hickey Underworld. Ce groupe anversois, vainqueur du Humo Rock Rally en 2006, on l'aime d'amour. Des albums écoutés en boucle, des concerts mémorables même si inégaux et des singles qui résonnent dans tous les coins du cerveau telle une boule de flipper. Le tout mis en images dans des vidéos plus ou moins barrées (voir ci-dessous).

    Fin de cette aventure donc, mais on reconnaît et apprécie la voix, le style psyché et le visuel de "Scorpio", la première chanson lancée il y a quelques jours. «A flying carpet music journey to the orient and back », voilà ce que  nous promet Arabnormal ! Younes ne repart pas tout à fait de zéro, puisque le binôme qu'il forme maintenant avec Niek Meul de Das Pop est composé sur scène de quelques têtes connues du paysage rock belge: Mich Beniest des Deadsets aux claviers, le guitariste Sjoerd Bruil et le batteur Damien Vanderhasselt de Millionaire ainsi que Jonas Govaerts. Le réalisateur et ancien guitariste des Hickey Underworld a dû quitter le navire suite à des problèmes d'acouphènes, le voici de retour une basse dans les mains.61412271_1257808597722574_2200879201114914816_n.jpg

    Après avoir assuré l'une des premières parties de dEUS à l'AB lors de l'Ideal Crash 20th Anniversary Tour, voici quelques dates dans des clubs flamands à Anvers (Het Bos, 14/09), Louvain (Het Depot, le 12/10), Opwijk (Nosta, 17/10), Gand (Café Charlatan, 30/10) et à Alost (Ruis, 02/11) avec Cocaine Piss.

    Photo: Hatem Boussaid

     

     

     

     

     

  • Le Green Fabric Festival, un nouveau (bien)venu

    Nouveau venu parmi les festivals belges, le Green Fabric Festival se déroulera samedi prochain. Un coup d'oeil à son affiche, son cadre et sa philosophie dont... son prix le place directement dans la catégorie "pépite".

     

    66852663_476284093132237_2591058842309623808_n.jpg

    Pas de grande plaine, pas de chapiteau, pas de Magic Mirrors, mais bien une herboristerie pour proposer un programme 100% belge. Et "éclectique" peut-on s'empresser d'ajouter, puisque le blues et le folk côtoieront le jazz, la pop et du rock dans tous ses états.

    En haut de cette affiche, on notera la présence de La Jungle, toujours aussi trépidante et aventureuse, et de BRNS, plus rare sur scène ces derniers mois, actuellement en préparation d'un nouvel album.

    Et en profitant, pourquoi pas, de la microbrasserie présente sur le site, laissez-vous aller avec Hipsterfuck: le trio vient de clamer "WE ARE THE RESURRECTION" et poussera les disques en respectant sa propre Sainte Trinité "joie, plaisirs coupables et nostalgia ultra" !

     

    Samedi 7 septembre: Hipsterfuck, Benoït Lizen, Leopard skull, Commander Spoon, Phoenician Drive, The Glücks, La Jungle et BRNS.

    Rue du marais, 140 à 7380 Quiévrain (13 euros en prévente, 15 euros sur place).

  • Les Anonymes au pouvoir !

    Les Anonymes, c’est d'abord une bande de quatre potes de longue date, unis par l'amitié et l'amour du bon son. Entièrement financé par un crowdfunding, leur album "Rituel" est sorti le 15 mai dernier et continuera à les emmener sur les routes.

    unnamed.jpg

    Après un premier EP "Ma Signature" aux samples jazz et soul en 2017, ils "délaissent quelque peu les samples jazzy pour s’inscrire dans l’ère du temps à travers des lignes électro plus sobres". Ce qui leur sied fort bien, notamment à l'écoute d'"Orage", lâché le mois dernier, en compagnie de Venlo.

    Les trois MC's et le DJ délivrent des sons bien construits, et leur musique est ardente et ouverte. Et oui, comme leur belle ville de Liège. Le tout sous le couvert d'un certain anonymat, volonté de mettre les morceaux en avant plutôt que quelconque image.

    Ils seront tout de même visibles à la Fête de la Musique de Rendeux ce vendredi 28 juin et à la maison, le 6 juillet sur la grande scène des Ardentes. C'est à 14h, il faudra faire un effort.

     

     

  • A travers la Belgique

    Allez, en ce jour de course cycliste "Dwars door Vlaanderen", on vous emmène à travers la Belgique musicale. Tel Baloji dans son génial "Liège Bruxelles Gand", on prend le train aux Guillemins pour descendre sur le quai de la gare d'Ostende. 

    mawmaw,the van jetsIls sont deux (Yan Albert et Laurent Richter) et se sont entourés de trois musiciens pour former le groupe MawMaw. Après une résidence au Reflektor, les choses sérieuses commencent avec la sortie de "The Rope", leur premier single accompagné d'une vidéo fortement conseillée. Une indie pop bien maîtrisée pour un début qui fait déjà attendre la suite!

    Ils seront à La Capsulerie à Hannut ce samedi 6 avril en compagnie des Français de Chocolat Billy, et le 3 mai à la "S" Grand Atelier de Vielsalm. D'autres dates devraient venir, à suivre sur leurs réseaux sociaux.

    mawmaw,the van jets"Qui est Guy?" demande donc Zwangere Guy dans son nouveau morceau percutant. Guy, c'est celui qu'on voit dans le clip suspendu, chtard au bec, au-dessus d'un grand boulevard bruxellois, et qui fait encore plein d'autres choses peu recommandables dans le clip. Mais Zwangere Guy, c'est surtout celui qui a renversé l'AB deux soirs de suite la semaine passée et qui, surtout, est en train de marquer l'année 2019 de son cerveau bouillonnant.

    mawmaw,the van jetsThe Van Jets fait partie de ces groupes belges qui ont décidé de mettre un terme à leur carrière, après Soldout, Magnus ou Willow. Ils ont sorti récemment un dernier single "Who Does?" et se préparent à une tournée d'adieu, qui se clôturera à l'Ancienne Belgique le 1er novembre prochain. Un morceau catchy, comme pour tirer sa révérence avec le sourire.

  • Le retour sur disque des Young Gods après huit ans d'absence

    Le groupe suisse sort aujourd'hui "Data Mirage Tangram", un huitième album qui marque le retour aux affaire après un long hiatus.

    the young godsFin du silence pour les fans: huit ans après "Everybody Knows", le trio présente donc ce vendredi "Data Mirage Tangram", le "tangrame du titre faisant référence à ces puzzles japonais de 7 pièces qui forment un carré mais aussi plein de silhouettes d'animaux ou de personnages".

    Un travail de plusieurs année qui débouche sur sept titres, soit sept voyages parmi les différentes atmosphères de ces pionniers rock et electro. Le retour du "Jeune Dieu" originel Cesare Pizzi a redonné un coup de fouet à une des formations helvétiques phare des années 80.

    The Young Gods

    Et en live, cela se traduit par une tournée européenne qui passera par le Botanique le 24 mars prochain. On avait récemment pu les voir sur la scène du Depot à Louvain, invités sur scène pour les 20 ans de Triggerfinger. Ils y ont notamment joué "Figure sans nom" et "Tear Up The Red Sky", les deux singles de l'album. La video de ce dernier est à paraître début mars.

    (photo © Mehdi Benkler)

     

     

     

  • The Sore Losers - Black Leather Jacket, Botanique, Bruxelles (10.02.2019)

    Le meilleur moyen de terminer un week-end un chouïa pluvieux? Une grosse dose de rock à la Rotonde, où The Sore Losers aurait mérité de faire s'envoler le plafond...

    IMG_8498.JPG Les Limbourgeois terminaient à Bruxelles la première partie de la tournée consacrée à leur petit dernier "Gracias Señor". Mais avant cela, on était curieux de voir Black Leather Jacket lors de l'avant-programme. Le groupe originaire d'Essen (province d'Anvers, à la frontière avec les Pays-Bas) faisait partie de la fameuse fournée 2017 du concours "De Nieuwe Lichting", mais son style garage-rock ne figurait finalement pas parmi les trois lauréats.

    Pas de problème pour ce trio énergique, qui prépare activement la sortie prochaine de son premier full album. Le single "Village People" est "hot" sur Studio Brussel, pointe le bout de son nez à l'étranger et s'avère déjà bien rôdé sur scène avec ses "woohoohoohoo", tandis qu'un morceau comme "FFFreaks" montre également une facette très intéressante, plus épurée. D'une manière générale, ces nouveaux morceaux (aucune ancienne chanson sur la setlist) se sont alignés avec une efficacité assez remarquable.

    The Sore Losers 10.02.19  8.jpgExcellente mise en jambes donc avant de The Sore Losers, un de ces nombreux groupes belges dont on peut être fiers. Début de set placé sous le signe de "Gracias Señor", petit problème de micro inclus et réglé avec le sourire. Ca joue fort, juste, avec passion. Ca joue en équipe aussi, quand les membres s'envoient des bisous entre eux. Trop bien.

    Passer le concert juste devant l'énergie et le talent de Cedric le guitariste peut certes renforcer un certain sentiment de puissance, mais l'ensemble est souverain dans sa manière de livrer un son dense et intense à la fois.

    The Sore Losers 10.02.19  a.jpgLe chanteur Jan rappelait à un moment que le groupe se produisait il y a presque dix ans sur cette même scène de la Rotonde. Une décennie, quatre albums, soit assez de matos pour faire trembler la salle pendant 1h20.

    Et ils ont bien fait le tour de leur discographie, passant allègrement d'un single à l'autre en fin de set. Jan teste son micro en s'aventurant dans le public. Des demoiselles crient le gimmick de "Girl's Gonna Break It", ce qui nous fait penser "Seven Nation Army" ou "No One Knows"."Dark Ride" perd un peu de formes dans l'aventure, mais pour compenser un "Cherry Cherry" est plus vivifiant que jamais.The Sore Losers 10.02.19 5.jpg

    "Tripper" et "Shaky Painters", tous deux issus de "Roslyn" paru en 2014, formaient un rappel qui nous filait une dernière claque avant d'aller boire une (dernière également) bière. Le groupe débute une pause d'un mois avant de reprendre la tournée. En attendant l'été, les festivals, tout ça.

    Ah oui, sinon, vous trouvez pas que la musique sur le refrain de "Don't Know Nothing" sonne à fond comme un croisement entre "Ca (c'est vraiment toi)" et "Driver's seat"? Non? Ok...

    Setlist: Little Baby (doughboy), All In A Day's Work, Got It Bad, Eyes On The Prize, Can't You See Me Running, Nightcrawler, Silver Seas, Blue Shoes, A Little More, Dark Ride, Denim On Denim, Girl's Gonna Break It, Emily, Beyond, Repair, Cherry Cherry, Don't Know Nothing, Juvenile Heart Attack / Tripper, Shakey Painters.

  • Nouveau clip pour Foals

    foals,ancienne belgiqueCes derniers jours, Foals a abondamment précisé son retour aux affaires en 2019 avec en point d'orgue la vidéo d'"Exits".

    Avant-goût du plus bel effet pour "Everything Not Saved Will Be Lost - Part 1", elle met en scène notamment Isaac Hempstead Wright, présent dans le casting de "Game of Thrones".
    Le cinquième album des gars d'Oxford est prévu le 8 mars prochain, tandis que leur tournée passera par l'Ancienne Belgique le dimanche 12 mai prochain.
    Préventes à partir de ce vendredi 1er février à 9h.

  • Un cadeau parfait offert par Coverballs All Stars

    Après avoir notamment signé des terribles reprises destroy de "L'Amour à la plage" ou "Je ne suis pas un héros", les Belges de Coverballs s'attaquent à un calibre de niveau mondial: "We Are The World", une des chansons les plus charismatiques de matière de sensibilisation pour une bonne cause.

    coverbaalq.jpgNicolas Scamardi, le leader du groupe, a réuni autour de lui une quarantaine d'artistes belges ascendant rock bien entendu. Parmi eux, citons en vrac Romano Nervoso, Bineta Saware (Dario Mars and the guillotines), Cédric Gervy, Mister Cover ou PPZ30.

    Pas question toutefois de récolter des fonds pour un but précis, mais simplement "de donner un élan de générosité aux gens (...), l'occasion de véhiculer les valeurs de la scène rock et de rendre hommage à ce monument de la chanson dans une nouvelle version bien rock."

    Et vous ne devez pas attendre sa sortie officielle le 25 décembre pour apprécier le résultat, allez-y maintenant, c'est cadeau!

  • "Scared Of You", le nouvel album de Laura Imbruglia

    Cinq ans après avoir mis la musique entre parenthèses, le temps notamment de monter le show télé "Amateur Hour" (mêlant sketches, interviews et musique), Laura Imbruglia revient à ses premières amours.

    lauraimbruglia.png

    Avec sa recette à elle: la vie de tous les jours passée au crible de son oeil malicieux. L'Australienne excelle dans ses chansons évoquant la vie de tous les jours, parfois désabusées, parfois délirantes, mais toujours sincères. Cette description vous fait penser à Courtney Barnett? Des affinités existent, les deux se retrouvant d'ailleurs plusieurs fois sur la même affiche.

    Son nouvel effort studio "Scared Of You" sortira dans le courant de 2019, soit treize ans après son premier album éponyme. Et à la vue/l'écoute des deux premières chansons (voir ci-dessous) elle n'a rien perdu de ce qui fait son charme, ni de ses vidéos qui sentent bon le délire entre potes pendant le tournage

    Pour mener ce projet à bien, un crowfunding prendra fin dans une semaine. Si vous voulez faire le malin avec votre facteur et recevoir un colis de Down Under ou simplement encourager le travail d'une artiste qui vit de ses passions, il y a moyen de participer ici.

  • Du belge dans nos oreilles

    Deux tranches de douceur et de bonne humeur autour d'une bombe: on voulait vous parler de quelques chansons qui passent dans le poste ces derniers jours.

     

    The Lighthouse est un groupe pop louvaniste, vainqueur en compagnie de Kai Wen et de Tamino du concours "De Nieuwe Lichting" de Studio Brussel en 2017. Depuis, les singles et de nombreux concerts se sont succédés (AB, Pukkelpop, Sziget Festival) pour arriver à "Catch Fire", annonciateur d'un premier album décrivant une relation entre deux personnes et les différents niveaux de cette relation.

    Autre artiste qui sortira son premier LP solo, puisqu'on le connaît déjà avec Stikstof, l'un des groupes les plus intéressants de la scène belge: Zwangere Guy. Ou Gorik Van Oudheusden dans la vraie vie, puisque c'est bien de cela qu'il s'agit: avec "Gorik Pt.1", le Bruxellois règle durement des comptes très personnels, faisant même passer "Défaite de famille" pour une sitcom familiale US des années 80's.

    Pour terminer en douceur, le Liégeois François Bijou nous a pondu un clip décalé pour accompagner son single "Les mains baladeuses". Il organise un crowdfunding pour "l'enregistrement studio d'un chef-d'oeuvre pop en français", soit... un premier EP avec six chansons au printemps 2019. Et entretemps, il se "mariera avec son orchestre" lors d'un concert le 16 décembre prochain dans un magasin de robes de mariée à Lidje.