Rhye a fait rêver le Botanique

On ne connaissait que deux chansons de Rhye, groupe plutôt mystérieux basé à Los Angeles: les enchanteurs " Open" et surtout "The Fall", apparus quasi du jour au lendemain sur internet sans beaucoup plus d'indications. Sorte de "Ritournelle" de Sébastien Tellier en anglais, ce dernier single a atteint un bon rythme de croisière sur les ondes belges. "Avec une voix féminine" avait-on envie d'ajouter, mais là aussi on nous a bluffés: il s'agit en fait d'un chanteur. Le Canadien Michael Milosh (qui a déjà trois albums solo à son actif) s'est acoquiné avec le Danois Robin Hannibal pour mener un quintette de musiciens terriblement soudés dans un Witloof Bar sold out en quelques heures seulement. 


Ambiance feutrée, public enthousiaste dès le premier morceau et musiciens appliqués: tous les ingrédients d'un bon concert sont présents. Milosh dit bonjour en néerlandais, en français, puis enchaîne avec ses petites merveilles de pop et de soul aux accents funky. On se surprend à entendre du Sade, du Marvin Gaye, ou un beat tout droit sorti de "Just the  two of us" de Bill Withers et Grover Washington Jr. Le tout enveloppé par cette voix de fausset ciselée, parfaitement accompagnée sur certains a cappella. D'autres titres terminent plutôt en crescendo: on a alors l'impression de voir les musiciens se taper un petit boeuf entre eux, relax. Entre deux plaisanteries du chanteur, on se délecte de ces invitations sensuelles à la douceur rassemblées en un premier album, intitulé "Woman", sorti il y a quelques jours. Conquis, le public a gratifié cette prestation d'une standing ovation mille fois méritée: Rhye lui a fait passer cinquante minutes de rêve musical.

Les commentaires sont fermés.