Intergalactic Lovers: "Faire salle comble avant la sortie de l'album? Génial!"

Quelques jours après leur prestation unanimement encensée à l'AB Box le 22 février dernier, nous avons retrouvé une moitié d'Intergalactic Lovers dans un salon de la salle bruxelloise. Une rencontre tout en sourire et simplicité avec de fiers représentants de la musique "Made in Belgium".

Le concert à l'Ancienne Belgique marquait le véritable départ de la tournée pour le nouvel album (l'excellent "Little Heavy Burdens"), attendu impatiemment par les fans. Ceux-ci ont été comblés, tandis que ceux qui ne connaissaient pas encore cette voix et ces mélodies enveloppantes n'ont pu qu'apprécier.

intergalalarge.jpg

Et vous deux, quels sentiments dominent après ces premières retrouvailles avec la scène?

Lara Chedraoui (chant): "Nous étions vraiment surpris de voir le show afficher complet longtemps à l'avance. Tous ces gens qui achètent un ticket avant même la sortie du CD, c'est génial! En musique, on peut tellement rapidement changer de style, oublier un groupe... Et là, nous étions très contents de voir un public aussi nombreux."

Maarten Huygens (guitare, à gauche sur la photo): "C'est un peu étrange de mélanger anciens et nouveaux morceaux, on doit encore trouver la bonne combinaison pour les "marier". Mais on a pris beaucoup de plaisir. Et il y aura les festivals encore cet été!"

Lara: "L'ambiance d'un festival est plus "vacances", mais j'apprécie les deux. Et puis, on retournera à Dour, d'où on a gardé un magnifique souvenir de notre passage en 2011!"

Beaucoup s'accordent à dire que les chansons atmosphériques de "Little Heavy Burdens" forment un ensemble plus cohérent que sur votre précédent album...

Maarten: "Greetings & Salutations" avait été réalisé en plusieurs sessions. Ici, on l'a écrit et enregistré en un temps. C'est venu plus naturellement. Cela se traduit dans l'atmosphère générale du disque je pense."

Lara: "Pourtant, ça m'a pris du temps pour écrire des textes. Je n'arrivais pas à traduire en mots tout ce que j'avais en tête. Puis d'un coup, c'est venu et ça n'a pas arrêté! Nous avons pu ensuite assembler tout ça avec les belles choses déjà écrites par les garçons. Certains croyaient que nous avions pris une année sabbatique... Oh que non! Nous avons joué pendant presque deux ans notre premier album, tout en écrivant son successeur."

Une popularité croissante en Allemagne


Parmi les nombreux concert, il y avait ce trip d'une semaine en Amérique et au Canada l'année passée. Du bon?

Maarten: "Etre "on the road" aux States... C'est toujours du bon!"

inter.jpg

Lara: "C'était vraiment ça! En plus, on a eu droit à la chaleur du Texas et à la neige à Toronto! Au SXSW Festival à Austin (ndla: où se produisaient entre autres alt-J, Chvrches, Icona Pop ou encore Bastille),je n'avais jamais vu une atmosphère pareille. Il y avait de la musique partout, dans la rue, dans les magasins de vêtements... Et le public était chaud, bruyant, très américain: "Hey!"."Super!". "You're great"! Mais honnête aussi."

Maarten: "Tout était super grand. C'est bien simple, il y avait dix fois plus de musique en-dehors du programme officiel que dans les salles et chapiteaux!"

La tournée reprend ce jeudi à Essen avec le premier d'une longue série de concerts qui vous emmenèra, outre en Belgique, aux Pays-Bas, en Suisse et donc en Allemagne, où vous vous êtes déjà pas mal produit. Peut-on parler d'histoire d'amour avec nos voisins d'Outre-Rhin?

Maarten: "Ca a commencé à bien marcher assez rapidement, mais à la base c'est un processus qui demande de la patience. Nous avons dû semer avant de voir de plus en plus de gens à nos concerts et pouvoir maintenant retourner dans les mêmes villes."

Lara: "Le producteur de nos deux albums est allemand, ça aide. Nous pouvons dorénavant compter sur un label et un "booker" là-bas. Nous étions heureux de nous être fait connaître en Flandre, mais c'est intéressant d'essayer de séduire un marché différent."

Maarten: "On aimerait bien aussi par exemple percer un peu en France. Nous n'y avons joué qu'une seule fois, en première partie de Puggy à l'Olympia."

Et la partie francophone de la Belgique aussi?

Lara: "Bien entendu, mais tout reste toujours assez divisé malheureusement... J'ai participé au single "Fate & Glory" sur le dernier album de Montevideo. Même en travaillant ensemble, ça n'ouvre que peu de portes de salles ou de festivals de l'autre côté du pays. Dommage, j'aime beaucoup leur album, comme le dernier des Girls in Hawaii par exemple."                                                                                                                  

"Fière d'avoir collaboré avec Montevideo

intergalalahautejpg.jpg

Parle-nous justement de cette collaboration: comment as-tu été en contact avec eux?

Lara: "Un matin, je reçois un e-mail demandant si j'étais intéressée pour chanter sur un de leurs morceaux. En fait, je croyais que je devais moi-même écrire ma partie. Quand je suis arrivée au studio, je n'avais pas presque pas dormi! Le chanteur Jean me dit alors "Euh, ce n'est pas ce qu'on avait prévu", mais ils ont quand même écouté ce que j'avais écrit. Je suis fière d'avoir travaillé avec eux. Mais, comme toujours, j'ai d'abord demandé la permission aux autres membres du groupe avant de dire "oui"! (rires)"

En parlant d'activité "extra", on vous retrouve sur la bande originale du film belge "Code 37", sorti en 2011: une bonne expérience également?

Maarten: "On nous a demandé de réaliser toute la bande originale avec une deadline de.... deux mois! On était en plein milieu d'une série de concerts, c'était impossible."

Lara: "Finalement, ils ont utilisé des chansons de "Greetings & Salutations" et une reprise (ndla: "Help Me Make It Through The Night" de l'Américain Kris Kristofferson) que nous avons "retravaillé" pour l'occasion."

Maarten: On aimerait certainement retenter ce genre de choses dans le futur... mais avec plus de temps!"


< Un entretien de Philippe Sadre


Pas besoin d'aller d'aller jusqu'en Amérique pour voir Intergalactic Lovers en "live" puisque les Alostois seront en concert le 28 mars à Mons (Alhambra), le 29 mars à Namur (Belvédère), le 5 avril à Anvers (Arenberg) et à Dour (14-17 juillet). Ah oui, sinon, le CD n'a toujours pas quitté notre chaîne hi-fi... (photos: Guy Kokken) 

Les commentaires sont fermés.