BSF J1: Patti Smith en légende, M en caricature de lui-même

Un compte à rebours en partant de 10 sur les écrans, le nom The Feather après la fin de celui-ci et paf!, le Brussels Summer Festival était lancé Place des Palais. Avec directement quelques grosses cartouches de cette treizième édition. Le groupe de Thomas Medard (chanteur de Dan San), nousBSF1.jpg l'avions déjà vu au Propulse, aux Nuits et aux Fêtes de la Musique. Impossible de passer à côté de The Feather cet été. Et une nouvelle fois, ça nous aura transportés, dans un style qui n'est pas sans rappeler celui de Girls in Hawaii en encore un peu plus doux.

Le temps de prendre une bière (il y a de la file devant les guichets...) et c'est au tour de Skip The Use d'apparaître sur scène. Trois albums et une solide réputation scénique sous le bras, les Français s'attaquaient au public bruxellois de plein front. Et au Palais Royal également, sous forme de deux-trois piques dont une réussie: "Le drapeau n'est pas en place, on fait ce qu'on veut!". Le chanteur Mat Bastard se met rapidement à torse-poil et harangue la foule qui bouge de gauche à droite, lève les mains, applaudit. On a rarement vu autant de monde réagir de la sorte aussi tôt au BSF. Du bel ouvrage, mais les chansons ont parfois l'air de servir uniquement de fond sonore entre les gesticulations de ces gaillards et un public avide de sensations. Le groupe, souvent étrangement confondu avec Shaka Ponk (qui sont originaires du même coin), doit assurément encore assoir sa réputation en Belgique. Nombreux sont ceux qui ont d'ailleurs réagi en se disant "oh mais c'est d'eux, ça?" en entendant lesBSF2.jpg voix enfantines de l'intro de "Ghost".

Et pour obtenir quelques couches supplémentaires dans le gâteau musical de la soirée, Patti Smith est là! On ne l'avait pas vue dans de bonnes circonstances aux Lokerse Feesten deux jours avant, revanche a été prise à Bruxelles! Sous son bonnet, un cerveau, un corps et un coeur consacrés à l'écriture et à la musique. Et ça se voit. L'Américaine et son "band" ne font qu'un pour un voyage qui a ravi tous les âges sensibles à un rock engagé et toujours inspiré... près de quarante ans après! Avec en prime un "People Have The Power" qui vaut tous les discours... C'était peut-être un peu plus chaud en Oost-Vlaanderen, mais la capitale venait de recevoir son premier plat de résistance des dix prochains jours.

Petit détour par le Magic Mirrors pour assister à la prestation blues ascendant rock et punk du duo français Catfish. Une voix féminine (accompagnée parfois par son acolyte masculin) puissante, un son uni et une jolie présence nous emmènent directement dans leur monde. Ils sont contents de voir la salle se remplir peu à peu, leur concert étant coincé entre deux "gros noms". Prochaine étape belge au Blue Moon Festival de Visé fin octobre, le rendez-vous est fixé... prochainement sur Sudpop également!

Un burrito pour caler l'estomac et retour Place des Palais pour M. La tête d'affiche de la journée inaugurale, selon ladite affiche. Des lumières, du son, de l'ambiance, le Matthieu semble confirmer gentiment sa réputation de bête de scène. Et puis voilà... On commence par l'arrivée de Saule pour chanter le "Immigrant Song " de Led Zep qu'il reprend d'ailleurs déjà dans ses propres setlists. C'est longuet. Pendant la pause du rappel, deux gars restent sur scène pour sautiller sur du House of Pain, du MC Hammer et du Rage Against The Machine. Ca marche sur le public, mais bon... M revient et prend sa guitare pour des solos in-teeer-miii-naaa-blees pour ceux qui ne l'idolâtrent pas. On regarde sa montre: trois minutes de chants diluées dans plus de vingt minutes de cordes triturées. On a droit à du Hendrix, du White Stripes, du AC/DC et on en passe. Bref, il nous sort son petit manuel "La guitare pour les nuls". Une chanson plutôt rigolote comme "Machistador" passe totalement inaperçue dans ce flot de bruit. Il dit "Aime", on dit "M" comme dans "eMmerdant". Et, cerise sur le gâteau, il termine par une deuxième version, "dance" cette fois, du "Mojo". La prochaine fois, il pourra venir faire un dj set à l'Electrocity du BSF, ce sera mieux.

> Philippe Sadre et Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.