Oscar and the Wolf rôde sur tous les fronts

Ses fans ont beaucoup crié et il a surgi: Oscar and the Wolf a squatté les festivals cet été, confirmant sur scène le bien qu'on pensait du premier album "Entity", sorti il y a quelques mois. Malgré un calendrier bien chargé donc, le chanteur et tête pensante Max Colombie a accepté l'invitation d'un hôtel bruxellois du quartier européen d'être son "artistic resident" durant ce mois de septembre.

Le programme (voir ci-dessous) a débuté jeudi dernier avec un showcase réservé à cent cinquante chanceux. L'ambiance de la tournée (palmiers et papier alu doré) a été reconstitué le temps de six chansons claviers-voix, cette dernière toujours aussi lancinante, limite plaintive. Les deux singles "Princes" (avec un énorme air de "Lucie" d'Obispo à l'intro) et "Strange Entity" étaient bien là, de même qu'une cover de Rihanna et de... Gala. Un peu plus tôt, nous avons rencontré Max, assez chill, dans une chambre où l'aluminium doré (encore lui) donnait un certain charme au cercueil confectionné au coin du lit... Tout un symbole.

oscar and the wolf,entity"C'est joli hein? Oscar a un côté poétique, léger, qui absorbe la lumière brillante; et le loup la recrache un soir de pleine lune. J'adore la nuit, surtout pour travailler: je suis au calme et je ne dérange personne."

C'était moins calme sur les scènes estivales, où toutes ses apparitions ont etė fort remarquées. Dont un jumelé Pukkelpop-Werchter toutefois différents dans leur déroulement.

"Quand les gens crient juste devant toi, il est impossible de ne pas se laisser submerger par les émotions. J'aime beaucoup l'idée de me "donner" au public. Même si on a joué en premier à Werchter, l'ambiance était magnifique. A Kiewit aussi, mais là on était programmé... en dernier. Tu arrives dix heures à l'avance, tu bois un verre, puis tu allumes une cigarette, puis un autre verre... et quand on t'appelle cinq minutes avant le début, tu te dis "Aie...!"



Premiers pas avec l'Eurokids

Avant les débuts plutôt folk de son groupe en 2010, il rêvait d'être peintre... Il a finalement trouvé une voie qui lui convient plutôt bien... et qui s'est ouverte rapidement à lui: à l'âge de 14 ans (la vidéo de "Voor Eeuwig" est dipsonible sur dailymotion, pour le fun et sans moquerie), il terminait en effet deuxième de la sélection belge de l'Eurovision "junior".

"C'était une super expérience qui m'a permis de rencontrer mon meilleur ami, même si je n'ai pas voulu sortir de deuxième single, comme prévu par EMI. J'ai ensuite suivi des études d'art, mais je ne crois pas à un art que l'on doit nécessairement apprendre. Les points et le système général d'une école enferment les élèves plutôt qu'ils les encouragent à créer."



Bruxelles, un tremplin vers le monde

Une âme créatrice qu'il aime retrouver dans notre capitale, lui qui est né à Jette et habite dorénavant à Dilbeek, à la porte des dix-neuf communes.

"Bruxelles offre beaucoup de possibilités niveau culture. C'est une ville internationale et très intéressante pour rencontrer des gens et acquérir de l'expérience. J'en profite, même si j'avoue avoir envie de franchir les paliers. Je reste réaliste: ce qui nous arrive est génial, mais ce n'est "que" la Flandre. Là on se prépare à jouer en Allemagne, en Suisse, en Scandinavie, nos singles sortent en Australie, on attend l'Espagne... On verra bien!"

Les prochaines dates à Bruxelles, Louvain et à Gand "sold out", il ne reste que le festival "Leffingeleuren", à côté de Middelkerke, pour les voir en Belgique avant la fin de l'année.


> Philippe Sadre (avec Katarina, photo de Chris V.I.)

> 9 septembre: à 18h, exposition de la jeune photographe Marie Wynants, amie de Max Colombie et qui travaille étroitement avec Oscar and The Wolf.
> 20 septembre: Tournage et production d'un clip de la chanson "Undress", pour lequel le groupe fera un appel à ses fans.
> 3 octobre: soirée de clôture, toujours à l'Aloft Brussels Schuman.

Les commentaires sont fermés.