Antoine Goudeseune, le Fab One

"If you have a dream, fight for it..." Telle est la devise d'Antoine Goudeseune. Son rêve à lui, depuis qu'il est tout gamin, c'était d'enregistrer un album d'hommage aux Beatles. Il y est parvenu. Et pas n'importe quel album, puisqu'il a eu le courage de s'attaquer à "Abbey Road", l'avant-dernière production (et sans doute la plus riche) du quatuor de Liverpool. Ce chef d'oeuvre de réinterprétation est sorti ce vendredi, 45 ans jour pour jour après l'original. Pour l'enregistrer, on lui a carrément donné les clés du célèbre studio londonien. Sur "Here comes tAntoine.jpghe sun", pépite signée George Harrisson, il donne la réplique au guitariste suédois Matias IA Eklundh. La démarche est particulière. On est très loin de l'album de reprises. Antoine, tout en sobriété et délicatesse, parvient à sublimer ce qui l'est déjà. Dans le style "fingerpicking", il donne une nouvelle âme à ces 17 morceaux mythiques.

Jeudi, c'est à la Rotonde du Botanique qu'il est venu présenter son bébé, tout juste sorti de la maternité. Pendant deux heures, il a ravi le public. Durant l'intro, on entend une conversation d'époque. Dans un subtil jeu d'ombres et de lumières, Antoine apparaît devant la légendaire pochette. Guitare sous le bras, il traverse la rue, puis vient s'installer tout en jouant les premières notes de "Come Together". La magie opère déjà. Et sur "I want you" et "Because", Antoine2.jpgcela devient carrément prodigieux. Deux heures de guitares, quasiment sans paroles, ça peut sembler long. Mais même pas, car les respirations, agrémentées de grands classiques issus des autres albums des Fab Four, permettent de rendre le set digeste. Toujours dans le but d'éviter toute monotonie, Antoine avait avec lui une ribambelle d'invités, parmi lesquels Nicolas Dieu (Mister Cover), Nicolas Scamardi (Von Durden) et Julie Compagnon. Sur la fin, tout ce beau monde s'est retrouvé pour un "Hey Jude" qui, une heure plus tard, était encore fredonné sous la verrière du Bota...

> Christophe Van Impe

 

Les commentaires sont fermés.