An Pierlé à l'Atelier 210: l'avenir sera brillant

Après quelques dates en Flandres, et notamment dans des églises, c'est à l'Atelier 210 qu'An Pierlé avait décidé d'interpréter en intégralité son futur album. Point de "Mud Stories" ou de "Such a shame" (sa reprise de Talk Talk) donc, mais uniquement des nouvelles compositions. Et ce fut une excellente surprise. f6f346eb6317bae96e05d76134daf294.jpg

Vêtue d'une longue robe blanche un peu désuète et assise derrière son synthé, la Gantoise a séduit. Plus apaisée que par le passé, elle a délaissé la folie pour l'émotion. Et les nouveaux morceaux passent plutôt bien. Comme ce "Birds Love wires". Une chanson, faisant presque penser à du Lana Del Rey au début, qui aurait pu être vite pompeuse. Mais pas avec elle. Même avec un répertoire totalement inconnu, elle est parvenue à captiver l'assistance pendant 1h15. "Je dois encore trouver la teneur des paroles entre les chansons", s'excuse-t-elle hilare. Sur "The cold song", elle demande à ce qu'on diminue la lumière "car c'est une chanson qui parle de la mort". Après un deuxième rappel, où elle rejoue une deuxième fois "Birds love wires", elle quitte la scène sous une standing ovation. "Bon, puisque c'était chouette, on va en faire un album hein". On attend ça avec impatience...

> La setlist: 1. "Feel for the child", 2. "Road to nowhere", 3. "Certain days", 4. "Birds love wires", 5. "Changing tides", 6. "It's like", 7. "There is no time", 8. "Dragon Jesus Mary", 9. "Monkey", 10. "Sovereign", 11. "Bedroom dust", 12. "The road is burning". Rappel 1: 13. "The cold song", 14. "The house of sleep. Rappel 2: "Birds love wires".

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.