BirdPen (lundi 17 au Bota): "Entre la Belgique et nous, c'est une longue histoire"

Si vous aimez Archive (à l'AB le 25 février), c'est au Bota que vous devrez être ce lundi 17 novembre. Dave Penney, par ailleurs chanteur du collectif britannique, y sera de passage pour présenter le troisième album de BirdPen. Avec son compère Mike Bird, Dave commence à connaître la Belgique par coeur. "C'est déjà notre troisième passage en 2014 par chez vous", explique-t-il. "Cet été, il y eu le Festival de Ronquières. Et au printemps, nous avions déjà joué au Botanique, mais au Witloof Bar. C'est un grand souvenir d'ailleurs car cette salle voutée est superbe. J'adore jouer dans des endroits beaux, pittoresques et improbables. En Suisse, nous avions notamment donné un concert dans un château du 18e siècle. On connaît très bien le Bota et on adore cet endroit. On a le privilège de passer directement du Witloof à l'Orangerie, sans passer par la Rotonde."14503_10152235041718485_44585663_n.jpg

Entre BirdPen et la Belgique, le lien est très fort. "Oui, et c'est pourquoi on a beaucoup de dates chez vous. Les gens sont sympas, on connaît beaucoup de gens et la bière est bonne! Nous sommes très attentifs à la scène belge. On connaît dEUS, BRNS, Puggy ou Roscoe, avec qui on a déjà partagé la scène." Cette fois, il s'agira de faire découvrir le troisième album, qui succédera à Global Lows (2012). "Il est aventureux, mélancolique et progressif. Nous sommes impatients de le jouer pour découvrir les réactions du public. Nous l'avons enregistré, mixé et produit. C'était une belle expérience. On voit qu'on a toujours des choses à apprendre. On savait exactement ce qu'on voulait, et on a pris le temps de le faire. C'était comme un nouveau challenge."

Surtout que Dave est beaucoup pris par Archive, qui est en train de bosser sur un nouvel album. "Organiser mon agenda entre Archive, BirdPen et le reste? J'adore ça! Je fais également pas mal de DJ sets, qui me permettent de m'aérer l'esprit. Les membres d'Archive forment un collectif de très chouettes personnes. Ils respectent beaucoup ce que je fais avec brident. Et le travail de chaque groupe inspire l'autre, c'est une situation de "win win". Même si la manière de travailler au sein de chaque collectif est différente. Je dirais que BirdPen est plus personnel en ce qui me concerne, il y a plus de rôles bien définis dans Archive."1625535_10152235041303485_874014640_n.jpg

BirdPen n'est pas encore aussi reconnu que son "grand frère". "Il faut être patients car ça commence à très bien marcher dans certains pays comme l'Allemagne ou en Europe de l'Est. Les gens y sont ouverts à ce genre de musique atmosphérique. Il y a du potentiel.

> Une interview de Philippe Sadre et Christophe Van Impe


14879_10152235041183485_1937484602_n.jpg

 

Les commentaires sont fermés.