Will Butler, l'homme à tout faire

L'AB Club affichait complet depuis des semaines pour la venue de Will Butler ce mardi soir. L'échappé d'Arcade Fire le temps de "Policy", son premier album solo, a épaté grâce ses mélodies traversant les styles. Le tout avec le sourire.

Pas de première partie? Qu'importe! L'ami Will (avec un sweat-shirt portant l'inscription... "Will") annonce qu'il se chargera lui-même de l'apéritif: "Quelques morceaux, cinq minutes de pause et puis le vrai concert commence, ça va?".  Deux au clavier, deux à la guitare et une avec son groupe, les terrrrriblement charmantes Julie et Sara... comme inscrit sur leurs sweat-shirts également. 

will butler,ancienne belgique,ab club

Voici donc déjà une réponse à ceux qui se demandaient ce qu'allait donner le concert d'un artiste avec un seul album affichant à peine 28 minutes au compteur. Le bougre a de nombreuses chansons en réserves, qui auraient plus que mérité leur place sur "Policy". Comme ce "Surrender" en forme de dialogue avec ses choristes, plein de "hoooouuu" et de drôleries. Le sympathique trio passe sans complexe d'une pop proche de Talking Heads (surtout sur "Something Coming", à des chansons plus rock (voire bluesy), entremêlées de beats limite disco et d'ambiances gospel, avec "Sing To Me" par exemple. 

Le très catchy "Anna" passe bien en "live", le uptempo (avec sa chorégraphie!) "Witness" est retro, un "Sun Comes Up" sonne 80's avec ses belles ruptures de rythme tandis que la reprise énergique de "The Death of Ferdinand De Saussure" de Magnetic Fields claque bien. Le swingant "Take My Side" marque la presque fin de la setlist puisqu'il y aura un rappel.

Et un beau: les trois musiciens, avec toujours Will en sorte de chef de bande entouré de ses copines souriantes, s'engouffrent au milieu de la salle pour jouer une version a capella de "Way Over There" de The Miracles featuring Bill "Smokey Robinson". L'AB Club s'est ensoleillé une nouvelle fois en cette belle journée. >Philippe Sadre

 

Les commentaires sont fermés.