Godspeed You! Black Emperor de retour sur son trône

Sans-titre-1.jpgLes Nuits du Bota, c'est parti. Enfin presque car la soirée d'ouverture, ce ne sera que pour le 9 mai avec notamment le très attendu Benjamin Clementine, déjà à l'affiche l'an dernier. Pourtant, à l'instar de celui de Flying Lotus il y a quelques jours (visuellement bluffant), le concert de Godspeed You! Black Emperor était référencé comme faisant déjà partie des Nuits. Bref, pas encore d'apéro sur les marches, mais un événement de taille toute de même. Le dernier passage des Canadiens, c'était déjà au Cirque Royal en 2012. Deux ans auparavant, on avait pourtant craint le pire après l'annonce de la séparation officielle du groupe. Mais, rassurez-vous GY!BE, maître du post-rock apocalyptique, se porte très bien.

godspeed.5.jpgComplet depuis de longues semaines, ce concert aura en effet tenu toutes ses promesses. Vers 21h15, c'est dans une ambiance assez étonnante que les huit membres du groupes montent sur scène. Pendant que le violon de Sophie Trudeau sert d'introduction à "Hope Drone", les autres s'installent successivement, parfois même en étant assis dos au public. Sur l'écran géant, des images jaunies défilent, donnant à l'ensemble une impression de générique d'un film de David Fincher. Episodiquement, l'inscription "Hope" s'affiche, pour rappeler que tout n'est pas que désenchantement chez GY!BE.

Après un morceau inédit, l'angoisse s'accentue encore avec Mladic. Aux images de prisons se succèdent celles peu flatteuses du "Boucher des Balkans", responsable du siège de Sarajevo et du massacre de Sebreniça. L'ambiance n'est pas à la franche rigolade. Musicalement, la partie symphonique se mêle maintenant à d'impressionnantes montées en puissance. La deuxième partie du concert est, elle, consacrée à "Asunder, Sweet And Other Distress", le dernier album en date. Le public est scotché devant tant de puissance. Les applaudissements sont rares, vu que les morceaux font entre dix et vingt minutes. Avant même d'avoir débutées, les Nuits viennent déjà d'avoir livré un concert-référence...

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.