Paon à l'Eglise Saint-Donat à Arlon, cela tenait du miracle (ou pas loin)

event134426.jpgAlors que les Nuits Botaniques prendront véritablement leur envol dans une semaine, Arlon accueille de son côté depuis mercredi et jusqu'à ce dimanche les Aralunaires. Un festival qui ne reste pas dans ses murs mais qui se tient aux quatre coins de la cité lorraine. Dans des lieux souvent inattendus. C'est ainsi qu'on a déjà vu certaines prestations se dérouler dans des appartements de particuliers, dans un salon de pompes funèbres ou dans des lieux de culte tels une synagogue ou une église.

les aralunaires,paonC'est ainsi que le groupe bruxellois Paon a investi ce vendredi soir l'église Saint-Donat, un très bel écrin situé sur les hauteurs d'Arlon. Et  le quatuor mené par Aurélio Mattern (qu'on a connu dans Lucy Lucy) et Ben Bailleux-Beynon (également tête pensante des Tellers) en a fait un usage magistral. "C'est une première pour nous. J'espère pas une dernière" glissait Aurélio en plein milieu du concert. On l'espère également sincèrement. Car vu la prestation de haut vol à laquelle on a assisté, l'expérience mériterait d'être renouvelée! 

les aralunaires,paonSi on avait pensé que, vu le lieu, le quatuor se la jouerait unplugged, il avait bien opté pour l'électrique. Et bien lui en a pris. Car l'acoustique de Saint-Donat a apporté une dimension encore supplémentaire aux "pop-songs" pourtant quasi déjà parfaites des Bruxellois.

Du coup, ce rendez-vous, baptisé "La Célébration" par le groupe (des "livrets de messe" avec le programme des chansons avaient même été posés sur les chaises), a tout eu du miracle auditif. Accompagné d'une chorale improvisée ("comme les "Paonnes", ce n'était pas terrible, on les a appelées les "Poulettes"), Paon a véritablement enfilé les perles. Tout leur premier album (sorti voici quelques semaines) y est passé.  

Et si les oreilles ont donc été choyées, les yeux n'ont pas non plus été en reste. Entre un éclairage coloré illuminant subtilement l'arrière de l'église et des bougies disséminées un peu partout, le visuel a apporté un côté intimiste et charmant à une soirée juste magique.

>Julien Carette 

Les commentaires sont fermés.