Nuits du Bota (J7): Nicolas Michaux appartient aux Nuits

Le Grand Salon, c'est la salle de la créativité et de toutes les douceurs au Botanique. Si vous espérez entendre du gros son et des basses à faire vibrer les vitres du Botanique, alors passez votre chemin. C'est dans ce cadre fabuleux que Nicolas Michaux a été invité à présenter sa création originale "Demain n'appartient qu'à la nuit".

Les Nuits, il les avaient déjà illuminées l'an dernier en ouverture de Fauve au Cirque Royal. Mais ce soir, c'est lui le roi de la soirée. Entouré de douze musiciens tous aussi talentueux les uns que les autres, parmi lesquels Bram Van Parys (Bony King of Nowhere) et Thomas Van Cottom (Soy un Caballo et Cabane), il a balayé tous les morceaux déjà composés pour l'album à 19588_10153285990823485_804700964347975740_n.jpgvenir et pour lequel on ne cesse de décompter les mois. Certaines nous sont déjà familières comme "A la vie, à la mort", "Nouveau départ" ou "Les îles désertes", mais l'apport de tous ces musiciens leur apportent encore une envergure supplémentaire.

Pour clôturer en beauté, il fera même appel à Walter Hus sur "I'll be your mirror". Comme par magie, cet espèce de David Lynch de la musique électronique belge, qui squatte les lieux depuis le début du festival, enclenche les orgues et la batterie rien qu'avec son ordinateur portable. Et on se surprend à redécouvrir ce merveilleux morceaux du Velvet sous une autre facette.

Il est largement passé minuit, quand Nico s'apprête seulement à remballer tous ses instruments. Plus besoin de lui botter les fesses pour l'album maintenant. Il a signé auprès d'une maison de disques, et la pépite est prévue pour début 2016...

> La setlist: 1. "Le ciel", 2. "Croire en ma chance", 2. "Avec vous", 4. "A la vie, à la mort", 5. "A tiger has escaped from the zoo", 6. "Nouveau départ", 7. "Un imposteur", 8. "Nothing can happen", 9. "Les îles désertes", 10. "Sew up your mouth", 11. "Entre deux", 12. "Part of no part", 13. "I'll be your mirror" (reprise du Velvet Underground, avec Walter Hus).

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.