BRNS: «Le Rock-A-Field, notre plus grosse date cet été»

10385376_10152453189421921_4528119892043117095_n.2.jpgLes rockeurs wallons de BRNS seront ce dimanche à Roeser, au Luxembourg, pour la dixième édition du Rock-A-Field. Avant ce rendez-vous, ils nous ont accordé une petite interview. 

 

Vous serez au RAF dans une semaine. Une grosse date pour vous, non?

Oui, c’est même notre plus grosse date cet été! Pourtant, on va faire une dizaine de festivals. Mais ce concert au Luxembourg sera sans doute particulier, on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Quand on voit les groupes à l’affiche le même jour que nous, comme Muse ou Alt-J, qu’on risque de croiser dans les backstages, on se dit que c’est du lourd! Mais bon, on va y aller cool, pas de pression.

Ce n’est pas la première fois que vous jouez au Grand-Duché…

Non, en effet. Et à chaque fois, l’accueil était très bon, tant du côté des organisateurs que du public, assez réceptif.

Vous cartonnez en Belgique, mais comment BRNS est-il reçu à l’étranger?

Il y a des pays comme la France, l’Allemagne ou la Suisse où on commence à devenir gros. Le bouche-à-oreille fonctionne bien, d’autant qu’on passe peu à la radio. Mais sinon, ailleurs, on ne nous connaît pas encore vraiment, ce qui pour nous est assez excitant. On a un peu l’impression, quand on joue à l’étranger, de donner notre tout premier concert! Et on a envie que les gens se prennent une claque. En Belgique, on a toujours un peu peur que les gens nous aient déjà vus 15 fois… (rires)

brns_1.jpgComment percevez-vous l’évolution du groupe sur cinq ans?

On ne s’attendait pas à cela, c’est clair. Dès que la musique a été partagée, les choses ont été assez vite. Mais c’est une évolution assez sereine. Ce n’est pas comme si on avait fait le buzz un jour, et puis plus rien le lendemain. On évolue sainement, en quelque sorte. Et on garde le contrôle sur ce que l’on fait, ce qui pour nous est essentiel.

Des projets?

Après les festivals, on fera la première partie d’Archive sur quelques dates. On sera à l’automne en Islande, en Norvège et en Angleterre. Puis on prendra un peu de repos pour bosser sur le 2e album…

>Propos recueillis par Romain Goffinet (La Meuse Luxembourg)

Les commentaires sont fermés.