Notre Saint-Valentin, on l'a passée avec Aline

Il en aura fallu du temps pour qu'Aline puisse enfin venir défendre "La vie électrique" au Botanique. La faute à une menace terroriste qui, en novembre, avait empêché les Marseillais de se déplacer dans notre tellement dangereux ghetto bruxellois. Ce qui était d'autant plus dommage vu que la symbolique était forte puisque c'est ici, aux très prestigieux studios ICP, qu'ils ont enregistré leur deuxième album. "Et en tournant un clip, on a même failli mourir dans un taxi, qui faisait la course avec un autre", lance Romain Guerret, la voix du groupe. pour cet album, ils sont allés chercher Stephen Streets, le producteur UK des Smiths. Que ceux qui trouvaient Aline déjà trop référencé rock briton des années 80 au premier album passent leur chemin. Les autres, dont nous, adoreront.DSC_8714.jpg

Qui dit concert reporté dit pas de première partie et une entame peu après 20 heures dans une Rotonde bien remplie. Les lumières sont encore allumées et tout le monde papote allègrement quand le chanteur monte sur scène, pour ce qu'on croit être encore le soundcheck. "C'est bon, je suis prêt, vous pouvez venir", lance-t-il à ses comparses. Le ton est donné, et il sera humoristique pendant tous le concert. Pas de tralala, lunettes de soleil sur le pif, il balance des blagues potaches entre chaque morceau, comme s'il jouait dans son garage. Le concert débute par "Avenue des armées" et balaie avec bonheur les deux albums. La setlist est la même que lors des précédentes dates françaises. Pour la petite touche d'originalité, il faudra attendre le rappel avec l'inédit "La lune sera bleue" et la reprise de "Tout ce que je veux" des Désaxés en hommage au rock français. Pour évidemment terminer par le sublime instrumental "Les copains".

Il est à peine passé 21h30. Jamais les Français n'ont terminé un concert aussi tôt en jouant en tête d'affiche. Un bon repas les attend en loges. Certains auront encore deux petites heures pour se rattraper de leur absence à la maison en cette soirée de Saint-Valentin...

> Christophe Van Impe

> Photo de Lara Herbinia

Les commentaires sont fermés.