La belle déclaration d'amour à Bruxelles des Innocents

"Bruxelles, ma belle" avait été gâtée lors du retour des Innocents après quinze ans d'absence. Face à l'énorme demande un soir de BSF, et pour satisfaire (presque) tout le monde, ils avaient même accepté de jouer deux fois de suite dans le Magic Mirrors. Par la suite, ils étaient encore passés par l'Orangerie du Botanique afin d'y présenter "Mandarine". C'était début novembre, tout le monde baignait encore dans un minimum d'insouciance. Le troisième passage en peu de temps par notre capitale aurait dû être à nouveau synonyme de fête. Comme quand tu retrouves Innocents.jpgdes vieux potes perdus de vue depuis des années. C'était pour eux l'occasion d'une nouvelle fois jouer les morceaux du quatrième album, qui étaient restés jusqu'à aujourd'hui au fond d'un tiroir. Mais voilà, les attaques terroristes ont jeté une chape de plomb sur Bruxelles. On a senti Jipé et Jean-Chri très affectés par les événements. En début de set, ils se félicitent d'être plus à l'abri à l'intérieur de la salle qu'en rue. Quoique... Car on aurait désormais presque l'impression qu'aller à un concert relève de l'acte héroïque, de l'acte citoyen. Avec beaucoup de pudeur et d'amour pour Bruxelles, ils feront à plusieurs reprises allusion aux attentats. Et, après près de deux heures d'un concert resplendissant de retenue, c'est sur un "Un homme extraordinaire" lourd de sens qu'ils s'en vont. Un morceau qu'ils en ont marre de devoir dédier à certaines personnes depuis un funeste soir de novembre.

"On se souviendra de ceux qui commettent un crime un jour...
De tous ces chasseurs de primes...
Et puis d'oublier la vie d'un homme extraordinaire..."

> Christophe Van Impe

Les commentaires sont fermés.