• L'apocalypse selon Okamy

    Nous avions parlé des premiers clips d'Okamy en avril dernier ici, voici l'étape suivante: la sortie de l'album. "The Apocalypse is Underwhelming" souffle sur le monde aujourd'hui, puisse son titre être prémonitoire.

    unnamed.pngOn est content d'annoncer cette nouvelle après la sortie des solides morceaux "indie urbains" parus et clippés jusqu'à présent. Dont "So Wrong", mis en ligne la semaine passée, dans lequel Gordon Delacroix est très joliment rejoint au refrain par Nina Kortekaas du groupe Noa Lee. 100% belge, 100% inspiré et inspirant.

    Et avec comme guest stars des mignons toutous, histoire de sensibiliser à la cause animale. Tous les animaux dans le clip sont à adopter, certains ont d'ailleurs déjà trouvé une nouvelle famille.

    D'autres collaborations (avec Sunday Charmers et Hunnid) sont présentes au long des quatorze tracks d'un album qui marque une nouvelle étape dans la carrière de la tête pensante des Recorders. Et dont la pochette voit Gordon faire la planche dans les égouts à la sortie de Bruxelles, bouquet à la main, une métaphore pour montrer "la façon dont notre humanité se laisse dériver dans ses propres déchets". 

    Un concert au Botanique (avec StraZ en première partie) était prévu le 27 novembre prochain avant d'être reporté au 27 février 2021. Ca laisse le temps de s'organiser.

     

     

     

  • MacGray, une évasion salvatrice

    Le producteur bruxellois a sorti début 2020 son premier album solo. On l'écoute maintenant et ça fait particulièrement du bien.

    FINAL_bleu.jpgAprès avoir tâté du groupe rock avec TOTM et électro avec Bétøn et assuré de nombreuses productions (d'artistes mais également de diverses bandes-sons), MacGray nous a donc proposé en début d'année "Journey to the Dawn".

    Et justement, en commençant le "rêve" avec "From Dreams" et en le terminant... avec "An Ending", on se laisse vraiment aller. Les plages s'enchainent délicatement et nous emmènent dans un voyage électro très classe, ou calme et tempête s'entremêlent avec virtuosité et talent. Une musique cinématographique qui nous permet de s'évader un peu et d'imaginer une multitude de décors différents.

    Une véritable réussite donc, et on se dit que l'année 2020 aura tout de même apporté quelques bonnes choses. Il y a toujours une date "live" au programme: un concert intimiste à la salle Argonne (Molenbeek) le samedi 28 novembre. Et encore, d'ici là, on ne sait pas de quoi l'avenir sera fait. L'occasion de saluer toutes les personnes et tous les métiers touchés de près ou de loin par cette crasse de virus. Force et courage.