- Page 2

  • Anaïs: "Nous ne sommes pas des chatons!"

    Un quatrième album sous le bras, celle qui s’est révélée au grand public il y a une dizaine d’années continue ce qu’elle fait de mieux: arpenter les scènes avec une grosse dose d’humour pendant et entre ses chansons. Nous l’avons rencontrée au Botanique, où elle se produira demain.

    Et oui, le temps a passé depuis cette leçon de tennis dans le clip de «Mon Cœur, Mon Amour», l’ «intermède écossais» et toutes les interventions rigolotes de la Grenobloise dans son premier album «The Cheap Show». «Un «live», preuve que je fais un peu tout à l'envers», s'amuse-t-elle. Preuve également que la scène occupe une place importante chez elle. 

    Anais1.jpg

    «J'ai testé mes nouvelles chansons en tournée dès fin 2013, bien avant que l'album ne sorte. Et j'aime toujours autant ajouter des petits extras ou reprendre des chansons à boire que moi seule connaît! Mais je ne voulais évidemment pas d’un «Cheap Show II», même si ça aurait pu être marrant au niveau du titre… «La Résurrection!»… «L’embrasement!». Ou alors à la Star Wars: «Les Origines !» (rires). Il ne fut pas prendre les gens pour des cons... En plus, mes fans sont particuliers, ils n'aiment pas savoir ce qui va exactement se passer. Et en surprenant le public, je peux me surprendre moi-même.» 

      

    Retour à l’auto-production

    C’est justement cette sensation qui l'a décidée à quitter sa maison de disques et à revenir à l’auto-production pour ce quatrième album. Pas de regrets toutefois par rapport à ces débuts fulgurants. Ou bien si, un petit...  

    "Avec le recul, je trouve le choix des singles un peu dommage... Les têtes pensantes voulaient répéter le succès de "Mon Coeur, Mon Amour", du coup le grand public n'a pas pu apprécier tous les styles qui étaient présents sur l'album. Dans l'absolu, j'avais besoin de ce changement, de retrouver une sorte de minimalisme, mais également de me remettre en danger. En auto-production, tu oses plus, ça vient des tripes. J’étais dans la procrastination mais là, tu n’as plus le choix. Mes 3-4 morceaux plus «engagés» ont été écrits très rapidement, et je les ai vite finalisés. Il faut se dépêcher dans ces cas-là, sinon tu risques de t’auto-censurer par la suite."

    Anais2.jpg

    Du coup, on retrouve des coups de gueule («DRH», «Une Petite Fuite») ; mais aussi des textes plus doux («J’Attends Mon Joe») et un hommage des plus symboliques avec «What Would We Have Done Without Joni Mitchell?». 

    «A travers elle, je rends hommage à Woodstock et à sa chanson du même nom. Et dire qu'elle a regardé le festival à la télé! J'aime sa voix aérienne, son flow destructuré par rapport à d’autres artistes et l'esprit libertaire de cette époque: je ne me suis pas du tout assagie! Je n'ai jamais couru derrière la notoriété ou l'argent, mais ça m'embête de voir par exemple Google et Youtube faire croire aux gens que ça ne coûte rien de faire un disque. Le titre de l'album est évidemment dans cet esprit, avec ce petit personnage qui représente la société de consommation à outrance et la mondialisation... Le message est clair: nous ne sommes pas des chatons!» 

    Anais3.jpgCe  message, elle le garde lors de ses concerts en ajoutant le grain de folie qu'on lui connaît. Et celle qui remercie Keanu Reeves sur chacun de ses albums («C’était un délire depuis le début, dans le genre «Special Thanks», pourquoi pas lui ?!») et s’amuse dans ses clips et sur les réseaux sociaux se réjouit de pouvoir revenir à Bruxelles.

    «J’ai vraiment apprécié mon passage à… l’Orangerie, c’est ça ?, qui m’a fait penser à une salle un peu underground, à la new-yorkaise. J'avais pu également présenter à Bruxelles «The Amber Story», un projet chanté uniquement en anglais que je n’avais malheureusement pas pu sortir en CD. Et vous me dites que la Rotonde est une très jolie salle, alors je suis vraiment impatiente de la découvrir!» >Philippe Sadre

    (Photos de Louis Salto et Sébastien Bance) 

    En concert: ce mercredi 25 mars au Botanique.

  • ... celui de Blur également

    Le troisième extrait du nouvel album de Blur a également égayé la toile hier. "Lonesome Street" sera le morceau d'ouverture de leur huitième album "The Magic Whip" à paraître le 27 avril prochain.

    Ca s'enchaîne donc pas mal après l'initial "Go Out" et "There Are Too Many Of Us"... A ce train-là, on les aura tous avant la sortie de l'album... Et un festival/concert en salle en Belgique... Ou les deux? 

    Le Pukkelpop annoncera ses premiers noms cette semaine, "affaire à suivre" comme on dit... >Ph.S.

     

  • Le retour de Muse se précise...

    A force de parler des Foo Fighters et de leur venue à Werchter (et du festival avancé d'une semaine, provoquant un effet "domino cascade" pour tous les autres organisateurs d'évènements musicaux en Belgique), on avait presque oublié que 2015 marquait également le retour aux affaires de Muse. Ou quand deux super-puissances du rock feront de l'ombre à de multitudes d'autres groupes tout aussi méritants voire plus...

    Le septième album studio du trio du Devon s'intitule "Drones" et sortira officiellement le 8 juin prochain. La presse parle souvent d'un retour aux sources, en évoquant notamment une suite au plutôt pas mal "Citizen Erased" sorti sur l'album "Origin of Symmetry" en 2001. Après "Psycho" il y a quelques jours, le morceau "Dead Inside" apparu hier sur le net nous fait pourtant plutôt penser à du Muse récent... 

    Il y a quelques jours, le groupe avait créé un mini buzz lors d'un concert en jouant "Muscle Museum", le single le plus marquant de leur premier album "Showbiz" (1999), pour la première fois depuis... huit ans. Et si c'était là le vrai "retour aux sources"? > Ph.S.

     


  • "Disquiet", le... quatorzième album de Therapy? !

    therapy?,abOh, un nouveau Therapy? dans les bacs... OK, cette annonce n'excitera probablement que les die hard fans même si on prêtera une oreille attentive à ce quatorzième album, par respect pour la carrière du groupe toujours emmené de main de maître par Andy Cairns. Les critiques sont d'ailleurs positives et le single "Still Hurts" est du "Therapy?" pur jus.

    Andy et ses potes seront de retour dans une quinzaine de jours pour la... neuvième fois sur les planches de l'Ancienne Belgique, ce qui doit porter son total d'apparitions en Belgique à 527 (environ...), d'Ostende à Arlon... Une belle occasion, juste pour le plaisir, de réentendre les bons vieux "Stories", "Die Laughing" "Diane" et le début de "Nowhere Man" des Beatles pour lancer "Nowhere" tout court... Welcome to the "Church of Noise"!!! >Ph.S.

    Album: "Disquiet" (Amazing Records Co).

    En concert: Le 6 avril à l'Ancienne Belgique.


  • Tout Va Bien, que du bonheur

    Tout va Bien,Kepler StarUn nouveau single de Tout Va Bien lancé pendant la Journée internationale du bonheur, quelle belle transition. Le Malinois Jan Wouter Van Gesel s'est fait connaître en 2013 en remportant le concours pour jeunes talents "De Nieuwe Lichting" organisé par Studio Brussel. Sa reprise en anglais de "Ne Me Quitte Pas" avait notamment fait mouche au sein du jury.

    Après l'excellent single "This Fight", c'est au tour d'"Old Love" d'être publié sur le net. Un petit trip cosmique bien inspiré issu de l'album "Kepler Star" dont la sortie est prévue le 24 avril prochain. Il est en concert dans plusieurs villes du Nord du pays et a été confirmé le samedi 27 juin sur la plaine de Werchter. >Philippe Sadre

     


  • Tom Odell en concert dans le cadre prestigieux de l'Abbaye de Neumünster (Luxembourg)?

    le-beau-tom-odell.jpgChaque année, en juillet, les organisateurs de la salle luxembourgeoise de l'Atelier permettent à un invité musical prestigieux de se produire dans la très belle abbaye située au coeur de Luxembourg-ville: l'Abbaye de Neumünster. Sigur Ros, Massive Attack ou encore Amy MacDonald sont passés par là. Et cette année, il semble que ce sera le tour du chanteur anglais Tom Odell. L'Atelier a, en tout cas, posté ce vendredi une petit vidéo montrant l'abbaye, avec des paroles de son tube "Another Love" et la date du 15 juillet. >J.C.

  • Sept nouveaux noms pour Rock Werchter

    -0rse__O.jpegL'affiche de Rock Werchter continue de s'allonger grâce à sept nouveaux noms.

    John Newman et Lonely The Brave se rajoutent au programme du vendredi. Le samedi, ce sont FIDLAR et Tout Va Bien qui monteront sur scène.

    Quant à Red Fang, JD McPherson et Maxi Jazz & The E-Type Boys, ils seront présents le dimanche.>J.C.

  • Les Ardentes font à nouveau fort: D'Angelo sera à l'affiche !

    701506-d-angelo.jpgLes organisateurs des Ardentes avaient déjà fait fort le week-end dernier en annonçant la présence exclusive (pour la Belgique) de Kendrick Lamar. Ils ont remis ça ce vendredi en donnant le nom de D'Angelo! Le prodige américain de la soul moderne, de retour voici quelques semaines avec son premier disque en 14 ans, le formidable Black Messiah, sera à Liège le 12 juillet prochain. 

    Les autres noms annoncés ce vendredi:  Criolo, Logic, Bigflo et Oli. >J.C.

  • Antoine Chance, un "succès fou" entre les bolides

    Après avoir inlassablement écumé les festivals l'été dernier, Antoine Chance s'était octroyé une pause bien méritée. A part sur le plateau de Michel Drucker, jadis squatté tous les dimanches par son illustre paternel, on ne l'avait plus trop vu ces derniers mois. Jeudi soir, il a retrouvé ses talentueux comparses Geoffrey Hautvas (basse) et Yannick Dupont (batterie) pour une soirée pas comme les autres.

    Le concept, c'était un concert intimiste dans le sous-sol feutré de la Antoine.jpgMercedes House, au Sablon. Pour une fois, les habituels gobelets de bière avaient fait place à des flutes à champagne. Et il fallait se frayer un chemin entre les bolides pour venir s'installer devant la scène. "Nous sommes plutôt habitués aux grands stades, ça nous change", rigole Antoine en milieu de set. De "Elle danse" à "Parader en Enfer", tout l'album a été parcouru. Les quelques dizaines de personnes présentes ont même eu droit à une reprise au piano du "Succès fou" de Christophe. La filiation entre les deux artistes étant évidente, ça passe aussi bien que les bulles dans notre gosier. En rappel, le trio interprète encore "Comme la Pierre" et une deuxième fois "Fou". Antoine prend son pied en s'installant un moment à la batterie, et s'en va ensuite tout sourire.

    La belle aventure de "Fou" n'est pas terminée pour autant. A l'étranger, elle ne fait même que commencer. On peut d'ores et déjà vous annoncer qu'Antoine sera de la partie aux Francofolies de La Rochelle et de Montréal. Et si vous voulez encore le voir en Belgique, c'est au Festival de Ronquières qu'il faudra être!

    > Ch.V.I.

  • Royal Flop

    Mercredi, c'était LE concert qu'il ne fallait surtout pas manquer. L'AB affichait sold out depuis des mois, les tickets s'arrachaient à prix d'or au marché noir. Et pourtant, Royal Blood était déjà venu aux Nuits du Botanique en mai dernier. Et c'était passé plutôt inaperçu, vu que l'album n'était sorti que trois mois plus tard, RoyalBlood.jpgen pleine tempête médiatique. Depuis, la presse anglaise en a fait des tonnes, présentant le duo de Brighton comme étant la huitième merveille du Monde. On s'est aussi fait avoir, on le reconnaît. Même si pour l'album, on acquiesce. Il est terrible, bien que pas forcément novateur.

    En live par contre, quel ennui. Musicalement on a évidemment apprécié, mais on n'a pas pris notre pied une seule seconde. Mike Kerr, le bassiste/chanteur n'a sans doute même pas besoin de prendre de douche après le concert. Il ne bouge pas, prend la pose comme une rockstar qui aurait 20 ans de carrière, 10 albums à son actif et aurait déjà sniffé des montagnes de coke dans les backstages de Wembley. C'est trop propre, trop gentil, ça manque d'énergie rock n'roll. Bref, on s'ennuie ferme et ça n'apporte rien de plus que l'album, sinon d'interminables blancs entre les morceaux. Sur "Loose Change", voilà même que la moitié sans casquette du binôme briton réagit au quart de tour après avoir reçu une... pièce de 20 centimes sur le bras. Il arrête brutalement le morceau, invective de manière assez grotesque "le coupable", le fusille du regard pour ensuite balancer rageusement une baguette de batterie en sa direction. Un sketch ridicule, mettant un terme à un concert on ne peut plus mièvre et tiède. Méfiez-vous de la hype, on nous l'avait pourtant dit...

    > Ch.V.I.