- Page 6

  • Romano Nervoso et Dario Mars , soirée "di prima qualita" au 210

    Pour 7 euros, aujourd'hui t'as plus rien. Bin, détrompez-vous. C'était le prix, du moins en prévente, de la soirée "Run the Party" organisée à l'Atelier 210 samedi. Avec des groupes de la trempe de Dario Mars et the Guillotines et de Romano Nervoso, avouez que c'était donné. D'autant qu'une partie des rentrées était destinée à l'opération 11.11.11. Bref, toutes les raisons étaient réunies pour que nous allions pointer le bout de notre nez chaussée Saint-Pierre.

    Dario Mars and the Guillotines est en train de forger une solide Dario.jpgréputation scénique. Articulé autour de Renaud Mayeur (ex-Hulk, Les Anges et La Muerte), ce groupe a sorti son premier album en 2014 et avait déjà fait très forte impression au Propulse Festival. Renaud Mayeur, costard noir et fleur rouge à la boutonnière, donne un air très cinématographique à l'ensemble. Tandis que Bineta Sawara, au chant, apporte un côté vaudou, félin et sulfureux. Le mélange est explosif, et ça a donné un concert absolument époustouflant. La première grosse claque de la soirée. Ce groupe a un potentiel énorme...

    Avec Romano Nervoso, il n'est évidemment plus question de découverte ou de surprise. Depuis la sortie de "Born to Boogie, le groupe louviérois a écumé toutes les scènes imaginables. La Sicile, Giacomo l'a dans la peau, jusqu'à l'avoir tatouée sur son avant-bras gauche. Quoi de plus logique donc qu'il débute sur "Vieni dallo zio". Veste en cuir au-dessus d'un t-shirt Kiss du plus bel effet et froc doré à paillettes, il occupe tout l'espace. Il allume clope sur clope, passe de la chope au sky. Ne tenant pas en place devant la scène, le chanteur de Sons of Disaster bondit tel un Marsupilami. Sur "Mangia Spaghetti", Giacomo rend hommage à ses racines. Avant de Giacomo.jpgproposer une reprise. "Vous préférez Black Sabbath ou AC/DC? Ok, plutôt Highway to Hell ou Thunderstuck? Allez, c'est parti pour Highway to Hell!" Ce ne sera évidemment rien de tout ça mais bien "Maria", sa réinterprétation du "Aline" de Christophe", aussi succulente qu'un carbonara "di prima qualita". La soirée touche à sa fin. "Je ne suis censé jouer que 13 morceaux. C'est pour ça qu'on me paie 250 euros, pas pour en faire plus. Mais bon, je vais encore vous faire un morceau. C'est mon premier single, sorti il y a dix ans. Il a été disque de platine, c'est ce qui me permet d'aujourd'hui pouvoir m'acheter des pantalons en or!". Les premières notes su "Sabotage" des Beastie Boys résonnent, et c'est parti pour un dernier moment de fureur. Les lumières sa rallument, les Italiens présents commencent à danser la tarentelle. A l'Atelier 2010, à minuit, la nuit ne fait que commencer...

    > Christophe Van Impe

  • Nicola Testa, un feu d'artifices à la Rotonde

    Un album, ça vous change décidément un artiste. Il y a exactement un an, nous avions découvert Nicola Testa dans le cadre exigu et intimiste du Brass, alors qu'il n'avait encore que son EP sous le bras et que le rythmique de "Koko" commençait seulement à nous faire trémousser. Mais, depuis il y a P1560959.jpgeu le Prix du Public aux Octaves de la Musique, et une présence accrue dans les médias. Du coup, vendredi soir, c'est à la maison, dans une Rotonde archi sold out et surchauffée, qu'il se produisait. Les demandes ont été telles qu'il aurait même pu remplir l'Orangerie sans trop de problèmes. Dans le public, pas mal de personnes n'ayant encore jamais mis les pieds au Bota ou même à un concert. Preuve que le passage en radios, et la qualité de l'album évidemment, font déjà leur petit effet. Que ceux qui n'ont pu se rendre à la Rotonde se rassurent, Nico sera certainement de retour dans un grand festival de la capitale cet été, et sans doute en salles à la DSC_0401.jpgrentrée.

    Beaucoup l'avaient découvert en première partie de Christine and the Queens à l'Orangerie l'automne dernier. Mais cette fois, il était de retour avec son propre show, sur lequel il travaillait minutieusement depuis des mois et face à un public acquis à sa cause. Il avait promis quelque chose de lumineux, et il a tenu parole. A commencer par son t-shirt qui, blanc au départ, s'est progressivement paré par magie de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel.

    L'ambiance est à la fête, Nico ne peut cacher son bonheur. Et quand il s'installe au piano, se donnant des airs de Martin Gore, il s'excuse presque de devoir interpréter une chanson triste. Le laser, positionné derrière la batterie, donne à la salle des allures de boîte de nuit. Bien décidé à offrir un concert dense, il propose même un morceau inédit. Il s'amuse comme un gamin. Tellement enthousiaste qu'il en fait tomber son boîtier et débranche par mégarde son micro, sans que ça ne le désarçonne. Après 1h30, il s'en va sur "No More Rainbows". Non, il n'y en aura pour ce soir, mais il reviendra très vite...DSC_0627.jpg

    > La setlist: 1. "Mellotron Skies", 2. "World", 3. "Cells", 3. "Land of Glass", 4. "Violet", 5. "Platoon", 6. "Lost & Found", 7. "Home", 8. "Koko", 9. "The Letter", 10. "Look", 11. "Sour", 12. "Rainbow". Rappel: 13. "No More Rainbows" et 14. "F.M.".

    > Christophe Van Impe

    > Photos de Lara Herbinia

  • Skip The Use tête d'affiche au Verdur Rock

    STU-LittleArmageddom-logo.jpgLe premier nom du Verdur Rock 2015 a été balancé : il s'agit des rockeurs français de Skip The Use. Ils seront présents lors du festival namurois le samedi 27 juin.

    A noter que contrairement aux années précédentes, cette édition du Verdur Rock sera payante. Et les tickets sont en vente depuis ce vendredi. >J.C.

  • Ibeyi et Joey Bada$$ reprogrammés à la Rockhal

    10408956_10205045739277950_4565740903000561717_n.jpgAnnulés ces dernières semaines, les concerts d'Ibeyi et Joey Bada$$ à la Rockhal, au Luxembourg, ont été reprogrammés ces dernières heures. 

    Le duo Ibeyi sera présent à Esch-sur-Alzette le 4 juin prochain. Quant au rappeur de Brooklyn, il prendra d'assaut la salle luxembourgeoise le 1er juin. Deux concerts à ne pas manquer assurément! >J.C.

  • Blur continue à teaser l'album de son retour

    bd67996a.jpgThe Magic Whip, l'album avec lequel Blur effectue son retour aux affaires 12 ans après son dernier opus (Think Tank en 2003), c'est pour dans une semaine. 

    Mais le groupe de Damon Albarn n'hésite pas à déjà occuper le terrain, histoire de teaser son come back. Après  "Lonesome Street", "There Are Too Many of Us", et "Go Out", les Anglais ont balancé un nouveau morceau :  "My Terracotta Heart". En écoute ci dessous ! >J.C.

  • Les premiers noms du Ward'in Rock

    ward'in rock, disiz, intergalactic lovers, alaska gold rush, the tramps, ralittLe 19e Ward’in Rock Festival se déroulera les vendredi 4 et samedi 5 septembre 2015 à Wardin, près de Bastogne. Cette édition renouera avec le hip-hop et la présence du rappeur français Disiz. Il sera l’une des têtes d’affiche du festival.

    Parmi les autres premiers noms révélés, on retrouve également celui des Belges d'Intergalactic Lovers et les grands espoirs d'Alaska Gold Rush.

    The Tramps et Ralitt sont les autres (premiers) noms qui lancent cette édition. >J.C.

  • Will Butler, l'homme à tout faire

    L'AB Club affichait complet depuis des semaines pour la venue de Will Butler ce mardi soir. L'échappé d'Arcade Fire le temps de "Policy", son premier album solo, a épaté grâce ses mélodies traversant les styles. Le tout avec le sourire.

    Pas de première partie? Qu'importe! L'ami Will (avec un sweat-shirt portant l'inscription... "Will") annonce qu'il se chargera lui-même de l'apéritif: "Quelques morceaux, cinq minutes de pause et puis le vrai concert commence, ça va?".  Deux au clavier, deux à la guitare et une avec son groupe, les terrrrriblement charmantes Julie et Sara... comme inscrit sur leurs sweat-shirts également. 

    will butler,ancienne belgique,ab club

    Voici donc déjà une réponse à ceux qui se demandaient ce qu'allait donner le concert d'un artiste avec un seul album affichant à peine 28 minutes au compteur. Le bougre a de nombreuses chansons en réserves, qui auraient plus que mérité leur place sur "Policy". Comme ce "Surrender" en forme de dialogue avec ses choristes, plein de "hoooouuu" et de drôleries. Le sympathique trio passe sans complexe d'une pop proche de Talking Heads (surtout sur "Something Coming", à des chansons plus rock (voire bluesy), entremêlées de beats limite disco et d'ambiances gospel, avec "Sing To Me" par exemple. 

    Le très catchy "Anna" passe bien en "live", le uptempo (avec sa chorégraphie!) "Witness" est retro, un "Sun Comes Up" sonne 80's avec ses belles ruptures de rythme tandis que la reprise énergique de "The Death of Ferdinand De Saussure" de Magnetic Fields claque bien. Le swingant "Take My Side" marque la presque fin de la setlist puisqu'il y aura un rappel.

    Et un beau: les trois musiciens, avec toujours Will en sorte de chef de bande entouré de ses copines souriantes, s'engouffrent au milieu de la salle pour jouer une version a capella de "Way Over There" de The Miracles featuring Bill "Smokey Robinson". L'AB Club s'est ensoleillé une nouvelle fois en cette belle journée. >Philippe Sadre

     

  • Baden Baden, l'élégance avec

    Il y a deux ans, Baden Baden avait déjà visité une première fois les serres du Botanique. C'était un glacial soir d'hiver, au point qu'une tempête avait perturbé le retour des Parisiens, qui avaient fini par improviser une bataille de boules de neige sur le bord de l'autoroute. Mercredi, c'était par contre plein soleil. La terrasse du Bota était bien remplie, lui donnant déjà de délicieuses allures de Nuits. Le climat bruxellois a beau s'être enjolivé, ça n'a pas pour autant rendu la musique de Baden Baden plus frétillante, et c'est tant mieux.

    La Rotonde ne s'est pas soulevée,10934019_10153216472043485_4026668799389071886_n.jpg mais elle a frémi. Surtout pendant la deuxième moitié du concert, où le groupe s'est laissé aller à des intonations flirtant parfois avec le post rock. Sur "A tes côtés ", l'univers onirique de Sigur Ros n'est pas très loin musicalement parlant. On ferme les yeux, on oublie tout et nous voilà transportés. Une partie de l'album a été écrite dans la frénésie parisienne, et l'autre dans la quiétude d'un petit village normand. Et à l'écoute, cette cartographie des morceaux sonne comme une évidence.

    Même si le dernier album est entièrement composé dans la langue de Molière, l'anglais est encore (un peu) présent en live, sur "Last Song" et "Anyone". Puisque Baden Baden est un groupe de goûts, c'est sur une reprise du "Courage des Oiseaux" de Dominique A que démarre le rappel. Entre poètes et esthètes de la musique, on ne peut que se comprendre. A la sortie de la salle, on croise Antoine, une des deux voix de Girls in Hawaï. Comme nous, il est sous le charme. Après tout, difficile qu'il en soit autrement...

    > La setlist: 1. "L'échappée", 2. "Ici", 3. "Hivers", 4. "Evidemment", 5. "Criminel", 6. "Plongé dans le bruit", 7. "Je sais, je vais", 8. "Dis leur", 9. "A tes côtés", 10. "Last Song", 11. "Depuis toi", 12. "L'élégance". Rappel: 13. "Le courage des oiseaux" (reprise de Dominique A) et 14. "Anyone".

    > Christophe Van Impe

  • Texas à la Rockhal le 4 décembre

    a8134c729eb235598cfe26f0573c8390_large.jpegTexas et Sharleen Spiteri seront de retour au Luxembourg en fin d'année. Le groupe écossais jouera, en effet, le 4 décembre prochain à la Rockhal d'Esch-sur-Alzette. Une organisation de l'Atelier.

    Les places seront disponibles dès le 15 avril sur le site de l'Atelier. >J.C.

  • The Strokes s'est bien remis au travail

    9sef5s5qgzv4i0p48dkn9kvyj.488x584x1.pngSelon le site américain Noisey, Julian Casablancas et les Strokes se sont remis au travail. Ils sont en train d'écrire leurs premières chansons en commun depuis (le très peu recommandable) Comedown Machine (2013). 

    Par ailleurs, le chanteur des Strokes est aussi en train de bosser avec Jehnny Beth, la tête pensante du groupe anglais Savages. Les deux artistes ont sympathisé lors de la dernière tournée commune entre Savages et The Voidz, l'autre groupe de Casablancas. >J.C.