rock werchter - Page 6

  • Six nouveaux noms (dont Agnes Obel et Metronomy) pour Rock Werchter

    Unknown.jpegRock Werchter vient d'annoncer des nouveaux noms pour son édition 2014. On pourra compter notamment sur Agnes Obel et Imagine Dragons (samedi), Metronomy et Passenger (dimanche), Naked and Famous (vendredi) et Dropkick Murphys (jeudi).

  • Kings of Leon à Rock Werchter

    Rock Werchter 2014.jpgLe groupe américain King of Leon sera le dimanche 6 juillet sur la plaine de Rock Werchter. Le même jour, on retrouvera aussi Stromae et Franz Ferdinand. 

  • Stromae à Rock Werchter

    Stromae.jpgStromae devrait jouer le dimanche 6 juillet prochain à Rock Werchter. Une nouvelle annoncée sur le facebook du chanteur qui a été confirmée par celui de Rock Werchter. Le Bruxellois jouera sur la scène "The Barn", la petite dernière.

    A notre connaissance, ce sera la première fois qu'un artiste francophone avec un répertoire majoritairement en français jouera sur la plaine de Werchter depuis ... la Mano Negra en ... 1990.

    A noter que la veille, le 5 juillet, Stromae sera à Arras.

  • Pearl Jam sera aussi à Werchter

    1452169_10152032070700699_933941483_n.jpgRock Werchter continue à compléter son affiche au compte goutte. Cette fois, c'est Pearl Jam qui se rajoute à une liste déjà impressionnante, comme chaque année. Les Américains joueront le samedi 5 juillet. 

  • Les Black Keys et Jack Johnson seront aussi à Rock Werchter

    1452169_10152032070700699_933941483_n.jpgDeux nouveaux noms de Rock Werchter 2014 ont été dévoilés ce mardi. Il s'agit des Black Keys et de Jack Jonhson. Les premiers seront là le samedi 5 juillet, le second le vendredi 4. 

  • Rock Werchter annonce la venue de Placebo

    1452169_10152032070700699_933941483_n.jpgY a pas à dire, nos amis de Rock Werchter sont les rois pour qu'on parle d'eux un peu tous les jours. Pour la quatrième fois de la semaine, ils viennent d'allonger la liste des groupes qui seront présents début juillet sur la plaine de Werchter.

    Cette fois, c'est Placebo qui est annoncé le jeudi 3 juillet. 

  • Skrillex, Franz Ferdinand, Major Lazer, Triggerfinger et Pixies à Rock Werchter

    Rock Werchter.jpgRock Werchter vient d'annoncer une nouvelle série de noms pour son édition 2014.

    Skrillex fera danser le festival le jeudi 3 juillet tandis que Major Lazer prendra le relais le lendemain.

    Le samedi, on retrouvera deux groupes rock puisque les Américains de Pixies et les Belges de Triggerfinger seront au rendez-vous.

    Enfin, Franz Ferdinand électrisera la plaine de Werchter le dimanche 6 juillet.

  • Les Arctic Monkeys seront aussi à Rock Werchter

    1452169_10152032070700699_933941483_n.jpgQuelques heures après l'annonce de la venue de Metallica début juillet sur la plaine de Werchter, le plus grand festival de Belgique vient d'annoncer une deuxième confirmation : les Arctic Monkeys ! 1479098_10152034082725699_699230193_n.jpg

    Le groupe de Sheffield sera tête d'affiche le vendredi 4 juillet. 

  • Metallica confirmé à Rock Werchter

    Werchter.jpgSans grosse surprise, Rock Werchter a confirmé son premier nom pour son édition 2014: Metallica. Le groupe sera une des têtes d'affiche du jeudi 3 juillet.

  • Balthazar: "Jouer trois fois à Werchter, c'est un rêve d'enfant"

    Ce mardi, le groupe courtraisien Balthazar fera la première partie de Muse à Werchter. Le premier de ses trois passages de l'été sur la célèbre plaine. Car ils passeront aussi à Rockwerchter et au TW Classic. On en a parlé avec Vanessa, la fille du groupe.

    Vanessa, jouer trois fois à Werchter sur le même été, c’est du jamais vuBalthazart.jpg...

    Evidemment, c’est un peu en rêve d’enfant puisque Werchter est dans la tête des gens synonyme de plus grand festival belge. Et on sera deux fois sur la grande scène (NDLR: lors de «Werchter Boutique» et de «TW Classic», par contre, ils joueront sous une des tentes lors de «Rock Werchter»). Maintenant, on sait à quoi s’attendre puisqu’on a déjà joué là-bas après notre premier disque.

    Dans le fond, tout ça, c’est avant-tout une histoire pour les journaux. On a l’impression que d’un coup, après l’annonce de ces trois dates, des quotidiens comme Het Laatste Nieuws nous découvrent. Cela doit être la première fois qu’ils nous appellent pour une interview.

    Vous êtes pourtant un des groupes belges les plus à la mode...

    On est peut-être «tendance» chez certains mais vous savez, je parie que 90% des lecteurs de Het Laatste Nieuws ne nous connaissent pas. Notre musique passe sur certaines radios mais pas plus que pas mal d’autres groupes.  

    Maintenant, je suis très heureuse de l’entendre, même si on n’a pas vraiment l’impression d’être la grosse «hype» du moment. D’ailleurs, je ne sais même pas si on aimerait ça. Les «hype», c’est souvent du court terme. Or, notre carrière, nous voulons l’envisager à long terme.

    Votre disque sort un peu partout en Europe, vous faites des dates dans les plus grands festivals européens,... c’est quand même rare de voir un tel accueil des médias étrangers pour des artistes belges...

    Cela fait des années qu’on joue hors de nos frontières. Je ne sais pas trop ce qui a fait changer les choses....

    Le fait que vous fassiez trois fois Werchter, que votre deuxième disque, Rats, soit très bien accueilli un peu partout, ...

    C’est sans doute un mix de tout ça, en effet...

    Cela fait huit ans qu’on tourne et notre objectif a toujours été européen et pas simplement belge. Si nous ne tournions qu’en Belgique, nous serions sans doute plus riches aujourd’hui. Mais à nos débuts, pas mal de managers, de musiciens, ... nous ont répétés que si on contente de son pays, on s’habitue vite au luxe. Et cela devient alors plus compliqué de faire des sacrifices pour tenter de percer à l’étranger. Car quand on veut conquérir un nouveau territoire, on repart forcément de zéro ou presque.

    On a l’impression que Balthazar est plus reconnu à l’étranger qu’en terre wallonne…

    On pense la même chose. D’ailleurs, nous n’avons pas joué très souvent en Wallonie. On a l’impression qu’il existe une grande frontière entre nos deux communautés. Les groupes appréciés d’un côté sont inconnus de l’autre. Et vice versa. Il y a un très grand contraste.

    On a clairement aussi l’impression qu’il faut passer par la France pour parvenir à créer une brèche en Wallonie. Mais cela commence à marcher pour nous dans l'Hexagone. Donc...

    Propos recueillis par Julien Carette