rockhal - Page 5

  • Blondie et Giorgio Moroder à la Rockhal

    Blondie_-_Parallel_Lines.jpgDeux "légendes" de la musique seront de passage à la Rockhal d'Esch-sur-Alzette ces prochaines mois. Tout d'abord Blondie et sa chanteuse Debbie Harry le 19 juin, avant Giorgio Moroder le 10 juin. L'ancien roi du Disco, qui a participé au dernier album des Daft Punk, sera là en DJ set. 

  • BRNS balance un premier extrait de son album

    BRNS-500x400.jpgAprès un EP qui a fait sensation en Belgique comme en France (voire un peu partout en Europe), les Bruxellois de BRNS publieront leur premier album, Patine, le 25 août. 

    En attendant, ils ont balancé un premier single, "Void". Ce dernier est déjà dispo sur iTunes et sortira en version vinyle le 19 avril lors du Record Store Day.

    BRNS sera aussi en concert le 16 mai au Botanique (mais c'est déjà complet) et le 28 avril à la Rockhal à Esch-sur-Alzette. 


  • Liam Gallagher était à Esch vendredi et il n'a pas changé

    Beady Eye.pngLes légendes du rock de la trempe de Liam Gallagher se comptent sur les doigts d’une main. On exagère à peine. Qui, si ce n’est l’ancien leader d’Oasis, peut se targuer d’avoir fait partie d’un des plus gros groupes de rock de ces vingt dernières années, d’avoir vendu des millions d’albums, d’avoir rempli deux fois le Wembley Stadium en quelques minutes, d’avoir incarné  à ce point le triptyque « sex, drugs & rock’n’roll » ? A part Mick Jagger et Keith Richards, Dave Gahan (Depeche Mode), Iggy Pop ou ou David Bowie, franchement, on ne voit pas. Bref, Liam Gallagher, ce n’est pas Bono ou Chris Martin, loin s’en faut.

    Vendredi soir, donc, la scène de la Rockhal d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg) accueillait une véritable légende du rock’n’roll : Liam « fookin’ » Gallagher et ses Beady Eye, le groupe formé sur les cendres  encore chaudes d’Oasis, suite à la séparation du groupe en 2009. Soit Oasis au grand complet, moins Noel Gallagher. Et accompagnés désormais par un ancien Kasabian, à la basse. P1090643.JPG

    A 21h30 tapantes, les Mancuniens montent sur scène. Les premières notes de « Flick of the finger » retentissent. Le son est lourd, les musiciens bien en place, et Liam Gallagher statique derrière son pied de micro. Long manteau remonté jusqu’au menton, lunettes de soleil sur le nez, mains croisées dans le dos, l’homme toise le public quelques très longues secondes avant de commencer à chanter. Première (bonne) surprise : on le croyait abimé par les excès et  la voix en rade… il n’en est rien. Liam chante encore très bien, et on retrouve la même voix que celle découverte sur les premiers albums d’Oasis il y a déjà plus de 20 ans. A vrai dire, malgré près de deux décennies de musique au compteur, le chanteur semble ne pas avoir bougé d’un iota : même morgue, même postures, même voix, même prestance, même charisme. Classe.

    Le groupe enchaîne pour commencer  quelques morceaux de BE, son très bon dernier album : « seconde bite of the appel », « soul love », « Iz Rite », etc. Du rock’n’roll de bonne facture, classique, efficace, parfaitement maîtrisé. Un peu trop, peut-être, car les musiciens et le chanteur semblent avoir du mal à cacher une certaine lassitude. Ou est-ce du je m’en foutisme ? Liam Gallagher n’a certes jamais vraiment été un grand communicant, mais à ce point-là… A part pour sermonner un fan qui jetait des t-shirts sur scène (« we don’t need your fookin’ shit man, stop throwing your shit man », - ce genre)  on ne l’aura pas vraiment entendu taper la causette.

    P1090569.JPGLes morceaux s’enchainent donc les uns aux autres sans trop de transitions. Puis, sans prévenir, les accords de « Wonderwall » résonnent dans la salle. Le public est ravi et reprend les paroles en chœur. Visiblement, c’est un peu (surtout !) cela qu’il attendait… Le groupe enchaînera avec « Cigarettes & Alcohol », un titre présent sur « Definitely Maybe ». Et c’est à peu près tout ce que le groupe jouera d’Oasis ce soir. Le set se poursuit néanmoins avec quelques très chouettes morceaux :  « i’m just sayin’ »,  « the Roller », « Start a new »… 

    Avant de quitter les lieux, le groupe gratifiera le public d’une excellente reprise de « Gimme Shelter »,  des Stones, en guise d’unique rappel. 22h45, réglés comme des horloges suisses, Liam Gallagher sort de scène, sans dire « merci d’être venus » ni même « au revoir ». On ne se refait pas.

    Mais de l’avis général, on a assisté à un très bon concert, malgré un groupe un peu figé et un son qui aurait pu être un peu mieux équilibré.
    > Par Romain Goffinet

  • Maximo Park en interview : "La tournée qui débute ce lundi à Bruxelles nous excite"

    Maximo Park.jpgMaxïmo Park a une grosse actu en ce moment: leur nouvel album (le cinquième) est sorti voici quelques jours et une grande tournée débute. Le groupe de Newcastle sera à Bruxelles ce lundi soir et au Luxembourg (à la Rockhal) le 24 février.  Le chanteur, Paul Smith, nous a accordé une interview voici quelques jours. A lire ci-dessous.

    Paul, les deux premiers singles de votre nouvel album Too Much Information, "Brain Cells" et "Leave This Island", étaient très calmes, sombres et électroniques. Cela avait de quoi décontenancer un peu votre public...
    Oui et non. En sortant d’abord ces deux premiers morceaux, on voulait surtout attirer l’attention
    sur notre capacité à faire autre chose que du rock à guitares.
    Pour ceux qui ne nous connaissent pas, ces morceaux peuvent être une porte d’entrée intéressante vers notre univers. Et pour nos fans, c’est l’occasion de nous découvrir différemment.
    Vous n’avez pas peur de dérouter les fans ?Maximo-Park album.jpg
    Non. Je crois qu’il est important d’essayer de faire de nouvelles choses. On avait envie de changement. Mais que les fans se rassurent : l’album est très diversifié… On continue à faire du Maxïmo Park !
    Vous n’en avez donc pas marre des guitares…
    Non, pas du tout ! Certains morceaux sont même très rock, limite punk. L’album est très éclectique. Nous écoutons tous des choses très différentes. Dans Maxïmo Park, certains aiment la musique électronique, d’autres écoutent de la techno, d’autres encore de la country ou du rock… Bref, le
    disque est un mélange de toutes ces influences. Personnellement, j’ai même écouté les Pet Shop Boys durant l’enregistrement !
    Vous êtes réputé pour être un groupe très « littéraire », limite intello…
    Oui, c’est vrai qu’on lit beaucoup.  Pour ma part, cela influence les textes que j’écris. Durant l’enregistrement du disque, j’ai beaucoup lu Don DeLillo par exemple. C’était très inspirant !
    À quoi fait allusion le titre de l’album, Too much Information ?
    Justement, au fait que nous soyons très bavards dans nos paroles… Pour certains, faire de la
    musique pop avec de vraies paroles, c’est « trop d’informations »… C’est cela que traduit ce
    titre.
    De tous les groupes qui incarnaient le renouveau du rock anglais au début des années 2000, vous êtes l’un des rares survivants, avec Franz Ferdinand… C’est quoi, votre secret pour durer ?
    Dans Maxïmo Park, il n’y a pas de leader. C’est une vraie collaboration entre nous, tout le monde s’implique, tout en gardant sa liberté d’aller vers des horizons différents. On ne fait pas de plan de carrière, on n’exploite pas un filon, et au final on continue tout simplement à aimer ce que l’on fait.
    La tournée débute en Belgique et au Luxembourg. Excité ?
    Bien sûr ! Vous aurez la primeur de notre tout nouveau show! Pour l’instant, nous n’avons joué les nouveaux morceaux que pour des radios anglaises… Mais on sait que l’ambiance est bonne au Luxembourg, nous sommes impatients de voir ce que cela donne !
    Pas trop difficile de reproduire les sonorités électroniques des nouvelles chansons sur scène ?
    C’est vrai que tant qu’on est en studio, on ne pense pas à cela. On se contente de faire les meilleures chansons possibles, mais on ne pense pas à comment elles vont sonner en live ! (rires) Mais il y avait déjà des claviers sur scène, des boîtes à rythme, etc. Une chose est sûre : nos concerts resteront très énergiques !

    Interview réalisée par Romain Goffinet

  • Les Girls in Hawaii de retour au Luxembourg le 30 mai

    Unknown.jpegCeux qui avaient été frustrés de la courte prestation des Girls in Hawaii lors du festival des Sonic Visions en novembre dernier à la Rockhal peuvent se réjouir. Le groupe belge sera de retour au Grand-Duché dans la même salle mais pour un concert normal le 30 mai prochain ! 

  • Bertrand Cantat et Detroit viendront à la Rockhal le 6 mai

    detroit,rockhal,bertrand cantatOn savait que Détroit, le nouveau projet de l'ancien leader de Noir Désir, passera par l'Ancienne Belgique à Bruxelles le 15 mai. D'autres dates ont été confirmées depuis un peu partout en France ... et au Luxembourg. C'est ainsi que le 6 mai, le "tour bus" de Détroit fera étape à la Rockhal à Esch-sur-Alzette.

  • Liam Gallagher et Beady Eye en février à la Rockhal

    Beady Eye photo.pngLiam Gallagher (ex-Oasis) et son groupe Beady Eye seront en visite à la Rockhal à Esch-sur-Alzette le 21 février prochain.

    Les tickets sont déjà disponibles.

  • Nine Inch Nails chez nous en mai

    733934_10152035607386221_164388045_n.jpgNine Inch Nails vient d'annoncer une tournée européenne pour 2014. Celle-ci passera par la Rockhal à Luxembourg le 16 mai et la Lotto Arena d'Anvers le 28 mai.

  • Metronomy à l'Ancienne Belgique et à la Rockhal

    484729_10151945202016084_1647250052_n.jpgLe groupe électro anglais Metronomy sera bientôt de retour sur disque (on vous en parlait ici) mais aussi en live.

    Le groupe prévoit une tournée européenne pour le début de 2014. Celle-ci passera par la Rockhal à Esch-sur-Alzette (Grand-Duché) le 31 mars et l'Ancienne Belgique le 2 avril. 

  • Fall Out Boy à l'Ancienne Belgique et au Luxembourg

    994012_10151997786070348_178281546_n.jpgLes rockeurs US de Fall Out Boy seront dans nos contrées en mars prochain. Ils passeront d'abord par le Luxembourg le 4 mars à la Rockhal (une organisation de l'Atelier) avant de rejoindre l'Ancienne Belgique à Bruxelles une semaine plus tard, le 11. 

    A noter qu'entre les deux, ils seront aussi au Zénith de Lille le 6 mars.