Sudpop - Page 8

  • Le premier nom du Dour Festival 2017 vient de débouler...

    15232180_10157779072805257_4925702206646241086_n.jpgAlors que les organisateurs des Ardentes annonceront leur première tête d'affiche vendredi, ceux du Festival de Dour ont publié sur les réseaux sociaux ce mardi le premier nom de leur édition 2017. Il s'agit des déjantés Sud-Africains de Die Antwoord. 

  • Great Mountain Fire et d'autres au Bota les 16 et 17/12. On a des places pour vous!

    Envie d'un concert de Great Mountain Fire pour les fêtes?
    Le 16 décembre, les Bruxellois seront bientôt de passage au Bota, en compagnie de OY, Napoleon Gold et Kiol. Et le lendemain, ce sont Thylacine, Ogris Debris et Haring qui se relaieront dans les différentes salles. GMF.jpg
     
    Cet événement EUROPAVOX s’inscrit dans le cadre d’une double soirée de concerts pour la promotion de la diversité musicale européenne.​

    S’appuyant sur une relation historique, 7 partenaires de 7 pays différents ont été réunis pour concevoir, réaliser et déployer l’EUROPAVOX PROJECT afin de faciliter la mise en œuvre de collaborations à l’échelle de notre continent. Le but est de rassembler la jeunesse européenne autour d’une expérience de musique live internationale et interactive !

    Vous voulez assister à ces concerts?

    On a 2x1 places à vous offrir! Répondez juste à la question suivante, par mail à christophe.vanimpe@sudpresse.be

    Question: sous quel nom Great Mountain Fire avait-il débuté sa carrière?

  • Blink-182 à Rock Werchter

    15219639_10154719391775699_2274167755547293217_n.jpgRock Werchter a ajouté ce vendredi un nouveau nom à son édition 2017 : les rockeurs américains de Blink-182. Ils joueront le samedi 1er juillet, soit le même jour que Linkin Park et System of A Down.

    Pour rappel, trois autres noms ont déjà été révélés : Arcade Fire (le jeudi 29 juin), Radiohead (le vendredi 30 juin) et Foo Fighters (le dimanche 2 juillet). 

     

  • Rammstein au Graspop

    15094988_1382512091788945_701600925624766532_n.jpgLe festival du Graspop vient d'annoncer le nom de la première tête d'affiche de son édition 2017. Et c'est du lourd puisqu'il s'agit de Rammstein! 

    Les Allemands seront là le vendredi 16 juin. A noter que selon l'annonce des organisateurs, il s'agira de leur seul concert dans le Benelux cet été. 

    Les places seront en vente à partir du 24 novembre. 

  • Les premiers noms des Nuits Botanique 2017 !

    15134728_1257312137623109_8601129507319961383_n.jpg

    En mai prochain auront lieu les Nuits Botaniques 2017. Les premiers noms ont été balancés ce mardi. Découvrez-les ci-dessous. On retiendra ceux d'Angel Olsen, Ryley Walker, Broken Back ou Shannon Wright. 

    Samedi 13 mai : 

    Max Cooper presents "Emergence"

    The Comet is Coming

    Dimanche 14 mai : 

    Gruppo Di Pawlowski - Cocaine Piss

    Mardi 16 mai : 

    Shannon Wright

    Mercredi 17 mai :

    Angel Olsen - Ryley Walker

    Jeudi 18 mai :

    Tim Dup - Eddy De Pretto

    Thor Harris & Friends

    Vendredi 19 mai :

    Broken Back - Napkey 

  • Julien Doré, on l'a aimé sur les bords du lac

    Lundi soir, Julien Doré était de passage en Belgique pour un showcase Radio Contact/Plug RTL (très prochainement, un Black Pass sera consacré à l'artiste sur Plug). Une agréable coutume chez lui, qui a toujours eu pour habitude de tester ses morceaux en live devant quelques centaines de privilégiés. Pour la sortie de "Bichon", il avait fait ça sous les dorures du Trianon à Paris. Il avait alors joué tout son deuxième album dans l'ordre, pour terminer par un duo d'anthologie avec son maître à penser Christophe sur "La Dolce Vita".

    Cette fois, la Belgique, où sa cote de popularité ne cesse de grandir au fil des albums, a également eu droit à un tel honneur. Dans unJulien.jpg endroit symbolique, puisque dans une salle feutrée du Château du Lac de Genval, en référence au titre de son dernier single. Pour une de ses premières longues apparitions en live depuis la sortie de "&", le Nîmois nous aura une nouvelle fois subjugués. Dans une formule un tantinet plus intimiste, avec deux musiciens de moins que ce qu'il proposera sur la tournée (dont l'insolent de talent Arman Méliès, actuellement sur la route), il a fait preuve de sensibilité, d'humour, de générosité et de lâcher-prise. Bref, tout ce qu'on attendait de sa part. Certes, son dernier album peut paraître un peu déstabilisant pour le grand public. Notamment par la disparition du second degré, qu'on retrouvait sur des morceaux plus légers comme "Les Limites" ou "Kiss Me Forever". Mais Julien Doré, ce n'est de toute façon pas pour cet aspect de son oeuvre qu'on l'aime profondément.

    Alors, quand il débute son showcase sur "Mon Echo", une des pépites de "&", on est directement sous le charme. Après "Le Lac", "Beyrouth" et "Coco Câline", il puise dans "Love" avec "Chou Wasabi". Il s'installe ensuite au piano pour "Magnolia", "Elle adore" et le fabuleux "Sublime & Silence". "Paris-Seychelles" emballe le tout en rappel, après 50 minutes de bonheur intense. Pour d'autres merveilles comme "Corbeau Blanc" ou "Baie des Anges", il faudra être présent à Forest National le 12 mai. Mais le concert de lundi restera quoi qu'il arrive dans nos mémoires, dans nos archives finalement pas si sombres que ça. En attendant, on aura l'hiver, pour se dire qu'il nous manque...

    > Christophe Van Impe

  • L'escapade de Daan nous fait du bien

    daan.jpgLe chanteur le plus classe de notre plat pays est de retour avec "Nada", un nouvel album teinté d'une belle pureté.

    Retour aux sources, recherche de sérénité, nouveau départ,... Voici quelques états d'esprit qui émaillent les nouvelles compositions de Daan. "Daan, Nada; Nada, Daan", aurait fait Rabbi Jacob. 

    L'album a été pensé lors de voyages dans une sorte de "no man's land" espagnol en compagnie du photographe Peter De Bruyne, mis en images dans le documentaire intitulé "De Nada". Le délicat mais dense "Friend" est un brillant premier extrait, qui sera certainement un des grands moments à découvrir à l'Orangerie du Botanique le 11 décembre prochain, lors de la "Release Party". >Ph.S.

  • Metallica échappe à l'auto-destruction

    Huit ans d'attente! Il aura fallu beaucoup de patience aux fans de Metallica pour enfin entendre un nouvel album de leur groupe favori. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'abum Hardwired...To Sel-Destruct tient toutes ses promesses. Du moins pour les fans de la première heure. Pour autres, la déception sera de mise.

    Lire la suite

  • Faon Faon: "On anticipe déjà la suite"

    FAON FAON ou quand Fanny et Olympia fusionnent leurs voix et leurs voyelles pour livrer une musique mixant des sonorités pop, hip-hop et électro. Lauréates du concours « Du F dans le Texte » en 2015, ces filles ont l'art de surprendre, autant par leurs clips colorés que dans leurs tenues de scène qu'elles confectionnent elle-même.

    Comment est votre état d'esprit après la sortie de l'EP et la release party?

    Fanny: " C'est drôle parce que, vu qu'on est déjà en train d'anticiper toute la suite, on se dit que tout ça est déjà passé. Mais, c'est chouette de se dire que ça existe aux oreilles du monde, même si c'est un petit monde. Pour l'instant, c'est chouette ce qu'on est en train de vivre. La release party, au Brass, c'était génial. C'était Faonfaon.jpgvraiment un lieu parfait pour nous. On a rempli la salle, sans que ce soit bondé. On a invité des copains, et on a proposé un format un peu différent de d'habitude."

    Olympia: "On a même joué un morceau, qu'on a crée aux Secrètes Sessions, et qu'on n'a pas encore intégré dans notre set. C'était vraiment un régal."

    Et la prochaine étape, c'est l'AB en première partie de Jain.

    Fanny: "Ouiiiiii. On a aussi fait le Splendid en première partie de Puggy. On n'avait encore jamais joué en-dehors de la Belgique. Mais l'AB, c'est sacré quoi."

    Olympia: "Chaque date a son lot d'intensité. C'est chaque fois une manière de se donner un challenge pour améliorer le show."

    Fanny: "On sort de deux jours de résidence avec Franco Mannara, que Michaël Larivière nous a trouvé. Et là, je peux dire que nous sommes prêtes pour les grosses scènes. Allez, envoyez les gars! On y va!"

    Quel a été le rôle joué par Anthony Sinatra?

    Fanny: "C'était comme un coup de baguette magique. On a composé, écrit et fait des maquettes. On lui a tout confié, on a discuté, on a échangé. Il a "pimpé" ça et nous a fait de beaux morceaux avec ses synthétiseurs. On ne le connaissait pas avant, mais ça a très vite marché."

    Olympia: "Par rapport à nos contraintes de temps, il a été super réactif. C'est quelqu'un qui bosse très bien et qui comprend assez vite ce que tu veux. Il a sa patte à lui, très particulière. Mais, quand tu choisis un producteur, tu prends tout. C'était une super expérience, on a gagné en professionnalisme en travaillant avec lui."

    Fanny: "C'était important de bien s'encadrer car c'est un premier pour nous. On a choisi des gens qui étaient motivés par le projet."

    Olympia: "Tout le monde n'est pas James Blake quoi! Tout le monde ne devient pas, à 22 ans, le producteur super connu et qui a inspiré toute une génération. Travailler avec Remy Lebbos, c'était également génial. Il sent quand tu n'es pas content. Il est hyper perfectionniste et il n'a pas peur de recommencer."

    Comment avez-vous déniché Rémy Lebbos?

    Olympia: "Je l'ai rencontré à une soirée, où on écoutait plein de musique. Je l'entendais parler du dernier album de David Bowie, et je suis allé lui parler de nos productions. Je ne savais pas qui c'était, mais sa manière de parler de musique me plaisait. Il m'a filé sa carte. Après être allées à son studio, on a directement compris que c'était notre homme."

    Qu'avez-vous retiré de votre victoire dans le concours "Du F. dans le texte " en 2015?

    Fanny: "Ca nous a amené tout! Au niveau des dates de concert, ça a eu un impact considérable."

    Olympia: "C'est là qu'on a appuyé sur le bouton start, c'est la validation de l'existence de ce projet."

    Comment le projet est-il né?

    Fanny: "En l'an de grâce 2006, une rencontre en jam au Chapitre. On a pris le micro toutes les deux, alors qu'on ne se connaissait pas. Deux mois plus tard, alors que je travaillais comme styliste, on était en casting pour un défilé à l'occasion des dix ans de la marque. Des mannequins ont débarqué au bureau et quoi vois-je débarquer? Notre chère Olympia. C'était le premier casting de sa vie. Elle a fait partie de la maison pendant quelques années. Je dessinais en imaginant les vêtements portés sur elle, car elle était inspirante. On écoutait de la musique, on écoutait les projets de l'autre. Et puis, il y a eu une faillite et je me suis retrouvée sans boulot du jour au lendemain. Elle était à Berlin pour un stage de danse et de performance. Elle m'a proposé de la rejoindre là-bas. Elle a un jour eu une carte-blanche au centre culturel Omar Khayam un jour, et je suis allée chanter avec elle. Tout a assez vite fonctionné entre elle et moi. On a tressé quelque chose, d'où la tresse sur la pochette et au début du clip. On n'avait pas d'histoire à la base."

    Comment confectionnez-vous les vidéos?

    Olympia: "Fanny fait les costumes, et moi les vidéos. Je l'ai toujours fait avec très peu de moyens. Je n'ai pas de formation mais j'ai été avec un réalisateur pendant trois ou quatre ans. J'ai beaucoup bossé avec lui. Maintenant, je fais les clips comme une grande. Mes références? Elles vont d'Almodovar à Lynch, en passant par Von Trier."

    > Un entretien de Christophe Van Impe


     

     

     

     

     

  • Roméo Elvis et Bazart, grands gagnants des Red Bull Elektropedia Awards

    elektropdia.pngLe rappeur bruxellois et la sensation électro-pop néerlandophone ont ensemble raflé cinq Awards, et non des moindres, lors de cette édition 2016 qui s'est déroulée hier soir Place Flagey dans la capitale.

    "Meilleur album" ("Morale"), "Meilleure performance live" et "Meilleur Urban Act": Roméo Elvis est celui dont le nom a donc été le plus souvent cité ce mercredi soir. Avec les titres d"Artiste de l'année" et de "Chanson de l'année" ("Goud"), les jeunes gars de Bazart remplissent encore un peu plus leur armoire à trophées déjà bien garnie.

    Parmi les autres prix, épinglons le choix de l"Ampère" anversois comme "Meilleur Club" détrônant ainsi le Fuse bruxellois pour la première fois en six ans! Autre nom mythique, les 2Many Dj's passent la main à l'Anversois Faisal en tant que "DJ de l'année". 

    La vidéo de "Mercury", aux effets entraperçus sur "Black Video" il y a quelques années, permet au groupe SX de mettre en avant le travail de Benjamin Desmet. Charlotte de Witte a remporté le prix de "Meilleur...e productrice" et LeFtO celui de la meilleure émission de radio pour ses terribles sets sur Studio Brussel. Enfin, Dour a été désigné "Meilleur Festival".

    Plus de vingt mille personnes ont envoyé leurs votes pour cette édition, ce qui constitue un record. La répartition finale est quant à elle de 50/50 avec un panel de professionnels, pour faire de ces Awards l'évènement-phare de la scène électro belge. Le palmarès complet est par ailleurs disponible ici.

    >Philippe Sadre